samedi 3 août 2013

25 juillet 2013 : 577 députés absents sur 577...

  Oui, ce sont les vacances, oui il faisait chaud ce jour là sur Paris, mais c'est quand même fort de café le coup qu'ils nous ont fait le 25 juillet dernier nos députés...


Cette séance de session extraordinaire au palais Bourbon a été le théâtre d'une scène oscillant entre le grotesque et le honteux : à l'ouverture de la séance, il n'y avait absolument aucun député dans l'hémicycle... Le président Denis Baupin faisait face à des centaines de sièges vides. Seul lui faisait face le ministre délégué au Budget, Bernard Cazeneuve. Un ange passait dans le palais laïcard.
Pour les néophytes qui croient que "extraordinaire" sous entend une séance inattendue, qui aurait pris au dépourvu les députés en dernière minute sachez qu'il n'en est rien. Une session extraordinaire est une suite de séances qui peut durer plusieurs semaines (celle ci portait sur des dizaines de projets de loi ainsi que 9 propositions de loi).

Mais il faut dire que 9h30 c'est un peu tôt pour les nantis... Et pourquoi pas 5 heures du matin comme en 2X8 dans les usines ?
Sarkozy voyait son statut de président de la république comme un simple job prestigieux, ce n'était plus une fonction imprégnée d'un certaine "sacralité" qui demandait le sacrifice de l'individu à son pays, assujettissement de l'homme à la charge. Il semble qu'il ait fait des émules.

Il n'y a donc pas que les mauvais élèves qui font de l'absentéisme, il y avait aussi ce jour là à l'ouverture 577 absents sur les 577 attendus.
La séance commençait par un hommage aux victimes de la catastrophe ferroviaire en Espagne. C'est vrai que ce n'était pas si important. 13 512 € bruts par mois, ça donnerait pourtant de la motivation et une soif de justifier son salaire à tous les français, excepté à eux visiblement.


Mais au final, qu'est-ce que cela a changé pour nous, les gueux ?
Certes, l'hommage gâché n'était qu'un hommage mais il en dit long sur le manque de conscience de leur fonction représentative. En brillant par leur absence, ils ont empêché chaque français et la France elle-même de rendre hommage à ces malheureux espagnols. C'est aussi une insulte au peuple espagnol que chacun de nous a commis à cause d'eux.

A quoi sert l'assemblée nationale ? Nos députés sont les vestiges d'une époque révolue, intrinsèquement inadaptée au climat politique anti-national européen. Quelle scandaleuse loi européenne pourrait passer sans leur collaboration ?
Alors messieurs les députés, soyez de bons citoyens : prolonger vos vacances et ne revenez plus à l'assemblée nationale ! S'ils ne travaillent pas pour nous, au moins ils ne travailleront pas contre nous...

Source 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires seront publiés après approbation, merci de votre compréhension.