dimanche 18 août 2013

La légende du Dreamcatcher ( l'attrapeur de rêves)

 Il y a plusieurs hypothèses sur les origines du Dreamcatcher, parfois discordantes selon les traditions, qu’elles soient Sioux, Cheyenne, Chippewa, Oneida ou Ojibwe.

Mais le Dreamcatcher a été diffusé dans toutes les nations des Peaux-Rouges.
Les légendes transmises oralement et arrivées jusqu'à nos jours parlent de Dieux et de personnages mythologiques qui peuvent se lier à la culture de tribus précises, mais toutes différentes.

Ce halo de mystère qui enveloppe la naissance du Dreamcatcher le rend encore plus charmant, suspendu entre la magie de l'inconscient et des visions oniriques et la réalité du réveil.

La légende (dans la tradition Sioux Lakota)
Il y a longtemps de cela, lorsque le monde était encore jeune, un vieux guide spirituel de la tribu Lakota se trouvait au sommet d’une haute montagne, et eut une vision. Dans cette vision, Iktomi, grand coquin et Maître de la Sagesse apparut sous forme d’araignée. Iktomi lui parla dans une langue sacrée. Tout en parlant, Iktomi l'araignée pris le cerceau en bois de saule - décoré de plumes, de crin de cheval, de perles, et d'offrandes - appartenant au shaman, et se mis à tisser une toile.

Il parla au prêtre des cycles de la vie, commençant nos vies en tant qu’enfant, et passant par la jeunesse vers l’âge adulte. Enfin nous atteignons la vieillesse, quand nous avons encore une fois besoin des soins des autres, comme dans notre enfance, ainsi complétant le cycle.
« Mais, » ajouta Iktomi tout en tissant, « chaque étape comprend ses propres forces – les unes appartenant au bien, les autres appartenant au mal. Si tu écoutes les forces du bien, elles te conduiront sur le bon chemin. Mais si tu écoutes les forces du mal, elles te conduiront sur le mauvais chemin et te blesseront. Ainsi ces forces peuvent contribuer à l’harmonie de la Nature ou l’endommager. » Tout en parlant, l’araignée continua de tisser sa toile.
A la fin de son discours, Iktomi donna sa toile au prêtre, et lui dit, « La toile est un cercle parfait avec une ouverture au centre. Utilise la toile afin d’aider ton peuple à atteindre ses buts en tirant parti de ses idées, de ses rêves et de ses visions. Si on croit au Grand Esprit, la toile attrapera ses bonnes idées, et les mauvaises tomberont par le trou au centre. »
Le prêtre fit part de sa vision au peuple, et maintenant beaucoup d’Indiens accrochent un Attrape Rêve au-dessus de leurs lits afin de tamiser leurs rêves et leurs visions.

Le bien est retenu dans la toile de la vie et reste avec le peuple, tandis que le mal s’en va par le trou au centre de la toile et ne fait plus partie de leur vie.
Il est dit que le Dreamcatcher tient le destin de l’avenir.
Originairement on suspendait le Dreamcatcher au berceau des nouveau-nés pour les protéger des cauchemars, de plus les plumes qui oscillaient à chaque souffle entretenaient l'enfant.
Pour les petits on accrochait au cercle des plumes d'aigle, qui symbolisent le courage et la force, tandis qu'aux petites étaient destiné plumes de hibou ou de chouette, symbole de sagesse.
Chacun de nous devrait posséder un Dreamcatcher parce que chacun de nous a besoin d’une clé pour les rêves, à n’importe quel âge.

Une pensée pour ne pas oublier

Le Grand Esprit nous a créé et il nous a donné cette Terre.
Nous étions libres comme le vent et nous ne devions pas obéir au commandement d'un autre homme.
Nous avions beaucoup d'enfants et les troupeaux étaient nombreux.
Nos anciens parlaient avec les Esprits et ils faisaient de bonnes magies.
Nous vivions où nous levions nos "tepee", sans être prisonniers d'une maison.
Et personne ne disait « Jusqu'à cette ligne c'est ma terre, au-delà c'est la tienne ».
A ce point l'homme blanc arriva.
Makhpiya-luta (Nuage Rouge)
Tribu Lakota

Source 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires seront publiés après approbation, merci de votre compréhension.