samedi 10 août 2013

Le Costa Rica va libèrer les animaux de ses deux zoos

Malgré sa petite superficie occupant seulement 0,03% de la surface de la planète, le Costa Rica est riche en biodiversité et ses forêts luxuriantes abritent un nombre incroyable de 500000 organismes uniques représentant plus de 4% de toutes les espèces connues sur Terre.

Quelques centaines d’animaux étaient cependant enfermées dans les cages de deux zoos.

Dans un effort remarquable pour rétablir l’ordre naturel pour tous ses habitants d’origine animale, le gouvernement du Costa Rica a annoncé son intention de fermer ses zoos, libérant les animaux de leur longue captivité.

«Nous nous débarrassons des cages et en renforçant l’idée d’interagir avec la biodiversité dans les parcs botaniques de façon naturelle », a déclaré le ministre de l’Environnement René Castro. « Nous ne voulons pas d’animaux en captivité ou enfermé sauf si c’est pour sauver ou les sauver. »

Les fermetures entreront en vigueur en Mars 2014 lorsque le contrat du gouvernement avec l’organisation qui exploite ses deux zoos expirera – un geste qui reflète « un changement de conscience environnementale chez les Costariciens. »

Les installations des zoos Simon Bolivar Zoo et le Centre de conservation de Santa Ana, seront ensuite transformées en parcs ou jardins urbains où la faune pourra vivre librement si elle le souhaite.

Pour les nombreuses espèces d’oiseaux, de mammifères, de reptiles et d’insectes aujourd’hui, le gouvernement s’emploie à leur trouver des maisons plus appropriées. Bon nombre de ces animaux pourront être déplacés à l’intérieur de vastes réserves forestières du pays.

Ceux qui sont jugés inadaptés pour la libération seront placés dans des réserves ou centres de secours.

Après avoir interdit l’exploitation des dauphins, avec l’Inde, la Hongrie et le Chili, le Costa Rica (seul pays au monde sans armée) et l’un des plus actifs dans la protection des animaux.

Un cas encore rare mais précurseur d’un nouveau monde plus conscient.

Un vrai changement de paradigme peut-être déjà en cours dans la pensée populaire qui commence à envisager un lien de parenté et de destin commun avec le monde naturel qui nous entoure et non pas simplement un pouvoir sur lui.

Bravo à ce peuple qui donne un bon exemple à la terre entière !

Source de l’article.

Vu ICI

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires seront publiés après approbation, merci de votre compréhension.