mercredi 21 août 2013

Union européenne : L’élite et les banques comptent se servir de la crise pour abaisser les salaires de 30 à 50%


amateurisme 

Cinq ans après le krach de Wall Street en septembre 2008, les chiffres compilés par la bibliothèque de la Chambre des Communes britannique sur les niveaux des salaires des 27 Etats-membres de l’Union européenne montrent que le niveau de vie des travailleurs a drastiquement diminué.
Ces statistiques contredisent les affirmations selon lesquelles la zone euro a « redressé la barre » grâce à une modeste croissance au cours du dernier trimestre. La situation est particulièrement grave dans les pays soumis aux dictats de la « troïka » – l’UE, la Banque centrale européenne (BCE) et le Fonds monétaire International (FMI) – qui supervise les réductions massives des dépenses sociales comme l’exigent les banques internationales.
En Grèce, les salaires ont dégringolé de 11,3 pour cent depuis l’automne 2010. L’Institut d’études fiscales en Grande-Bretagne a décrit ce déclin comme étant « sans précédent ». La politique d’austérité a jeté des millions de gens dans la pauvreté et a propulsé le taux de chômage à un niveau record de 27,6 pour cent. Parmi la tranche d’âge des 15 à 24 ans, le taux officiel atteint le niveau ahurissant de 64,9 pour cent.
Et pourtant, le pays est soumis à des demandes incessantes en faveur de davantage de coupes. Le mois dernier encore, le parlement grec avait approuvé un nouveau train de réductions qui réduira une fois de plus drastiquement les salaires en supprimant 15.000 emplois supplémentaires de fonctionnaires d’ici 2015. Après avoir réduit de 32 pour cent le salaire minimum pour les jeunes de moins de 25 ans, en le faisant passer à 500 euros par mois, Athènes envisagerait de nouvelles réductions.
La suite ICI

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires seront publiés après approbation, merci de votre compréhension.