vendredi 20 septembre 2013

Le curcuma combat le cancer

Curcuma

Au pays du curry, il y aurait moins de cas de cancers qu’en Amérique du Nord. Certains chercheurs attribuent cette situation au curcuma, une épice orangée utilisée dans les plats au curry. Et bien que les études en éprouvette et sur les animaux semblent confirmer les propriétés anti-cancérigènes du curcuma, tout reste encore à découvrir en ce qui concerne l’humain.

Curcuma : un secret bien gardé
Le curcuma est une épice orangée utilisée depuis des millénaires en cuisine indienne, notamment dans les currys. Au cours des dernières années, des molécules anti-cancer ont été découvertes dans cette épice, en l’occurrence des antioxydants appelés curcuminoïdes.


La Curcumine nommée aussi Diféruloylméthane ou parfois safran des Indes est un pigment naturel qui provient du Curcuma. Pigment principal (pigment polyphénolique, curcumoïde) du curcuma Curcuma longa il donne la couleur jaune dans le secteur des colorants alimentaires sous le nom de colorant E100.
Cancer et nutrition : la curcumine à l’essai

Pour mieux définir le rôle du curcuma dans la lutte contre le cancer, des centaines d’études ont été menées en éprouvette et sur des rongeurs. Mais le nombre d’études cliniques réalisées sur des humains est minime. Ces études ont permis jusqu’à présent de s’assurer de l’innocuité du curcuma pris en grande quantité et d’évaluer la capacité de l’organisme d’absorber les curcuminoïdes.

Qu’en disent les études ?
En éprouvette et dans le cas des rongeurs, les curcuminoïdes auraient la capacité d’arrêter la croissance des cellules cancéreuses et de les faire mourir. Il s’agit là d’une des hypothèses soulevées par les chercheurs.

Toutefois, nul ne sait avec précision comment agissent ces antioxydants face aux cellules cancéreuses chez l’humain. Les études sur les humains ont permis jusqu’à présent d’établir que le curcuma pris en grande quantité est généralement sécuritaire, causant à l’occasion des nausées ou de la diarrhée. Les chercheurs ont aussi observé une faible absorption des curcuminoïdes par l’organisme, ce qui réduirait leur efficacité en ce qui a trait au cancer.

Pour favoriser l’absorption des curcuminoïdes, certains recommandent de la broméline, une enzyme retrouvée dans les ananas et les pommes de pin, alors que d’autres suggèrent des corps gras, comme les huiles. Certains chercheurs suggèrent également des composés pouvant être administrés avec le curcuma pour en freiner la dégradation et prolonger son action. Mais aucune étude sur les humains ne vient appuyer ces recommandations.

Il y a présentement un petit nombre d’études cliniques randomisées contrôlées chez l’humains qui ont observé les propriétés anti-cancéreuses du curcuma. Parmi celles-ci, trois ont trouvé des effets positifs à la supplémentation en curcuma. Toutefois, les doses utilisées et les conditions cliniques étaient très variables, rendant ainsi l’interprétation difficile. Par conséquent, d’autres recherches sont nécessaires pour confirmer l’effet du curcuma sur le cancer.

 
En attendant plus de résultats scientifiques, rien ne vous empêche d’ajouter du curcuma à vos plats! Il met de la couleur, de l’exotisme et de la variété au menu!

Source : http://www.extenso.org/article/le-curcuma-combat-le-cancer/
Autre source: http://www.santenatureinnovation.com/quelles-solutions/nutrition/epice-anticancer-sante-naturelle/

Perso, je trouve cette épice excellente dans pas mal de plats: Ratatouille, avec une sauce au basilic, paella etc...

2 commentaires:

  1. Nous avons soigne et gueri en 2-3 jours les plaies d'un jeune chiot attaque par une "chitta" (petite panthere). Saupoudrer le poil des chats avec de la poudre de curcuma est le moyen le plus efficace contre puces et tics.
    Mona, Rajasthan

    RépondreSupprimer

Les commentaires seront publiés après approbation, merci de votre compréhension.