vendredi 20 décembre 2013

Le gouvernement britanique favorable à la fracturation hydraulique sur 60 % du pays

fracturation
Un site d’exploitation de gaz de schiste en Roumanie © AFP PHOTO DANIEL MIHAILESCU
Les deux-tiers de la Grande-Bretagne, soit plus de 100 000 km2, sont susceptibles de contenir des gaz de schiste et le gouvernement pourrait en autoriser l’exploitation. C’est ce qui ressort d’un document officiel sur les gaz de schiste rendu public mardi 17 décembre et commenté dans the Guardian.
Selon le scénario le plus favorable aux gaz de schiste envisagé par ce document, près de 2880 forages pourraient être effectués au Royaume-Uni dans les années à venir. Cette exploitation pourrait créer entre 16 000 et 32 000 emplois,  écrit la BBC.
Le ministre de l’Energie, Michael Fallon, affirme que « il pourrait y avoir de grandes quantités de gaz de schiste disponibles dans le pays mais nous n’en connaîtrons pas l’ampleur avant de pousser plus loin l’exploration. Aujourd’hui marque une étape importante dans l’intégration du gaz de schiste à notre mix énergétique. »
L’impact environnemental d’une telle exploitation suscite les inquiétudes des écologistes. Les gaz de schiste pourraient représenter 15 % des émissions de gaz à effet de serre du secteur de l’énergie britannique. Et la fracturation nécessite l’utilisation de quantités importantes d’eau. Anna Jones, de Greenpeace, explique dans le Guardian : «  le gouvernement veut ouvrir les deux tiers du pays à la fracturation, malgré tous les risques qui vont avec. Jusqu’à 18 % des eaux du pays pourraient être utilisées pour la fracturation, de quoi remplir 40 000 piscines olympiques. Les petits villages devront aussi subir le passage d’une cinquantaine de camions par jour. »

Source

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires seront publiés après approbation, merci de votre compréhension.