samedi 21 décembre 2013

L’Esclavage et le Monde en 2013



Un document étonnant, soit l’indice mondial de l’esclavage en 2013 a été publiée en octobre 2013.
Il dispose de l’opinion généralement acceptée que l’esclavage a été aboli partout dans le monde au 19ème siècle.
L’enquête de l’indice classe 162 pays et estime que près de 30 millions de personnes sont dans cet état réel et physiquement vivant comme des esclaves.
Il s’agit d’un nombre encore plus grand que celui indiqué par l’Organisation internationale du travail, ce qui suggère qu’il y a 21 millions de personnes qui sont victimes du travail forcé, mais il est probablement plus exact.
L’esclavage aux États-Unis d’Amérique.
L’indice, compilé par la Fondation Walk, une organisation australienne, définit l’esclavage moderne dans un large éventail.
L’élément central de la définition est le contrôle d’une personne par une autre, donc lui priver de manière significative de sa  liberté individuelle avec l’intention d’exploiter ces personnes grâce à ce contrôle.
Que l’exploitation peut prendre la forme de la servitude pour dettes, l’esclavage des enfants par la vente ou de l’exploitation, le mariage précoce et forcé, le travail forcé,  l’esclavage fondée sur l’ascendance, et traite des êtres humains.
De même, il existe un certain nombre de raisons afin d’ expliquer pourquoi les gens deviennent et demeurent esclaves : par la fraude et la tromperie, par enlèvement ou conflit, par des fausses pratiques de recrutement, par des lois ou des pratiques traditionnelles qui fournissent des mariages forcés, et par une activité criminelle.

Vente de jeunes enfants.
L’enquête de l’indice offre la possibilité d’ évaluer l’existence ou la violation des droits de l’homme dans les 162 pays.
Les organismes des Nations Unies, en particulier le Conseil des droits de l’homme, ainsi que le Conseil œcuménique des Églises et beaucoup dans les médias et les organisations non gouvernementales, ainsi que des universitaires bien intentionnés, feraient bien de prendre garde aux faits réels existants dans d’autres résolutions et déclarations qu’ils émettent sur ​​des boycotts ou des sanctions.
Le plus grand nombre d’esclaves est en Inde (14,7 millions d’ esclaves), la Chine (3 millions) et le Pakistan (2,1 millions).
La prévalence la plus faible de l’esclavage existe en Grande-Bretagne, l’Irlande et l’Islande.
Au Moyen-Orient on estime que 2,5 % du total de 30 millions dans l’enquête vivent dans une forme d’esclavage moderne.
Le trafic de migrants originaires d’Afrique sub – saharienne et en Asie est très répandue.
Il n’est pas surprenant compte tenu de l’influence de l’Islam, les pays du Moyen-Orient ont le plus haut niveau de discrimination envers les femmes.
Ils ont un niveau élevé de mariages forcés, dès l’enfance, et aussi une exploitation considérable de femmes victimes de la traite des femmes, comprenant  la prostitution forcée et les travailleuses domestiques.
Certains pays, dont l’Égypte, la Syrie et le Maroc ont adopté des lois pour limiter l’esclavage, mais elles ne sont pas appliquées (sauf en Syrie).

Esclavage dans l’islam.
Une question connexe est le grand nombre de travailleurs migrants dans les pays du Moyen-Orient. Les travailleurs étrangers représentent entre 40-90 % de la population en Jordanie, en Arabie Saoudite, Israël, les Emirats arabes unis et le Koweït. Bien que ces travailleurs ne peuvent pas être réduits en esclavage techniquement, ils sont souvent soumis à des contrôles de toutes sortes, et ce n’est un secret pour personne : nous savons tous que l’Arabie saoudite et le Qatar pratiquent toujours l’esclavage !
Les pays du Moyen-Orient détenant le pire classement sont le Soudan, la Libye, l’Arabie saoudite et le Qatar (ces deux derniers sont des pays partenaire avec la France socialiste).
Les mieux classés sont la Tunisie, le Liban, l'Égypte et Israël.
L’Autorité palestinienne et la bande de Gaza par le Hamas  ne sont pas couverts par l’enquête sur l’esclavage.
Israël est relativement bien placé dans cette enquête. ; Ce pays compte environ 300 000 travailleurs étrangers, environ 3,5 % de la population totale.
L’enquête suggère qu’Israël a quand même entre 7700 et 8500 esclaves  !
Presque tous liés aux victimes de trafic sexuel et le commerce du sexe dans lequel  ou environ 15 000 prostituées sont impliqués. Les trafiquants d’êtres humains font la contrebande de femmes chaque année en Israël !
Les services sexuels rémunérés (ou non) étaient et sont encore légaux  en Israël…
Les pires pays au monde pour l’esclavage sont la Mauritanie et Haïti, où environ 10 % des enfants sont dans une certaine forme de travail des « enfants esclaves ».
C’est en Mauritanie (pays musulman) ou il y a la plus forte proportion d’esclaves dans sa population et ce, à travers le monde avec ce que l’enquête estime à 140,000 -160,000 esclaves, bien que les estimations par d’autres autorités sont beaucoup plus élevés, suggérant même 800 000 sur une population totale de 3,7 millions !


L’esclavage en Mauritanie est principalement sous la forme traditionnelle.
Les  adultes et les enfants sont la propriété complète de leurs maîtres qui les possèdent eux  et de leurs descendants.
Ainsi le statut d’ esclave a traversé plusieurs générations de personnes capturées à l’origine dans des raids par des groupes de pirates ou autres.
Les esclaves peuvent être achetés et vendus ou donnés comme cadeaux !
Les femmes sont touchées de manière disproportionnée par l’esclavage, étant soumises à des mariages forcés et l’exploitation sexuelle.
À  un certain nombre de reprises, en 1961, 1981, 2003 et 2007, des lois ont été adoptées en Mauritanie pour  interdire l’esclavage. Ces lois  touchent à  la traite des personnes et à  la plupart des formes d’esclavage en en faisant une infraction pénale.

Mais à ce stade, elles ne sont pas appliquées, et la discrimination et la persécution des esclaves, gardés dans un état d’analphabétisme et d’inculture, se poursuit actuellement, sous nos yeux.
- Les femmes restent mineurs selon le Code de la famille.
- Les mariages précoces et forcés et la manipulation génitale féminine sont communs, tout comme la violence contre elles !

Étant donné ce triste état ​​de choses, le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies s’est surpassé dans son comportement absurde par la nomination bizarre en Décembre 2012 de la Mauritanie en tant que rapporteur, ainsi que les Maldives et l’Équateur, d’autres pays déficients dans l’exercice des droits de l’homme, comme les autres vice-présidents pour 2013.
Peut-être qu’il est tout à fait approprié pour le Conseil, qui a passé une grande partie de son temps en condamnant Israël pour les violations des droits de l’homme, de faire ce rendez-vous de la Mauritanie.

La version du Centre des droits de l’homme peut maintenant être mis en œuvre par un pays qui, en plus de l’esclavage, a un mépris des procédures juridiques et procès équitable, qui emploie la torture, qui se livre à des arrestations arbitraires, qui impose des limites à la liberté d’expression et de réunion, et qui a la peine de mort pour lutter contre l’homosexualité.

Source 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires seront publiés après approbation, merci de votre compréhension.