vendredi 3 janvier 2014

Des records de froid au Québec et une nouvelle tempête en Nouvelle-Angleterre

Des records de froid ont été pulvérisés ce jeudi dans plusieurs régions du Québec, déclassant les marques enregistrées il y a plusieurs décennies et, dans un moins un cas, un record vieux de 92 ans, a confirmé Environnement Canada en début de soirée.
À Témiscaming, l’ancien record du plus bas minimum datait de 1922 avec -30,6; désormais, le -34,2 de 2014 s’impose. Toujours dans la région de l’Abitibi-Témiscamingue, Val-d’Or a enregistré une température record de -41,6 degrés contre -41 degrés en 1980.
À Québec, la marque de 1968 avec -29,4 passe derrière le -33,9 enregistré ce jeudi. À Baie-Comeau, le -37 de 2014 éclipse le -34,4 de 1974.
 
À Montréal, ce jeudi, le mercure n’a pas été en mesure de s’élever plus haut que -24,2 degrés, ce qui constitue également un record du maximum le plus froid. La marque précédente avait été inscrite en 1968, avec un -17,8 degrés.
En matinée jeudi, des températures minimales allant de -28 à -42 degrés ont été répertoriées à travers la province. En tenant compte du refroidissement éolien, les gens qui ont osé mettre le bout du nez dehors ressentait plutôt des températures oscillant entre -38 et -52 degrés.
Dans une entrevue accordée à La Presse canadienne, Catherine Vallières, d’Environnement Canada, a mentionné que les températures moyennes étaient d’au moins cinq ou six degrés plus basses que les records de froid établis il y a plusieurs années.
 
«Le froid va se poursuivre dans la nuit de jeudi à vendredi et, vendredi, cela sera encore relativement très froid. Le mercure va tranquillement monter vers les moyennes de saison samedi, et on annonce un peu plus doux dimanche, avec des températures près des normales, ou légèrement au-dessus», a-t-elle par ailleurs confié.
Hydro-Québec a demandé à la population de restreindre sa consommation d’électricité aux heures de pointe, c’est-à-dire entre 6 h et 9 h et entre 16 h et 20 h, pour éviter le déclenchement de pannes.
Les températures polaires enregistrées depuis le 30 décembre sont liées à une masse d’air glacial qui s’est installée sur l’Ontario, le Québec et les provinces maritimes.
Ce système, qui est relativement stationnaire, est constamment alimenté par des vents de l’ouest poussant l’air froid en provenance des Territoires du Nord-Ouest, explique le météorologue André Cantin, d’Environnement Canada.
Des températures plus près des normales saisonnières devraient être de retour au courant de la fin de semaine.
Le froid laissera alors place à la neige, puisqu’une autre tempête est attendue dans la nuit de dimanche à lundi à la grandeur du Québec.
[...]
 
La Nouvelle-Angleterre sous la neige
  
Par ailleurs, une tempête hivernale accompagnée d’importantes chutes de neige, de vents puissants et de températures glaciales s’est abattue jeudi sur le nord-est des États-Unis, rendant les déplacements difficiles pour le premier jour de travail de l’année, et donnant un jour de congé supplémentaire aux élèves après la pause des Fêtes.
La neige a commencé à tomber durant la nuit sur certaines parties de la Nouvelle-Angleterre et de l’État de New York, mais le gros de la tempête était attendu plus tard jeudi. Jusqu’à 30 centimètres de neige étaient prévus dans certaines régions dans la nuit de jeudi à vendredi.
 
Le mercure devrait chuter jusqu’à -17 degrés Celsius dans une grande partie du nord-est des États-Unis, selon le service national de la météo.
Jusqu’à 35 centimètres pourraient tomber dans la région de Boston, et un avertissement de blizzard a été diffusé pour Long Island, à New York. Dans les régions montagneuses du Maine, le mercure pourrait descendre jusqu’à -37 degrés Celsius vendredi soir.
 
Certaines écoles de la Nouvelle-Angleterre et de New York sont restées fermées de façon préventive ou prévoyaient terminer la journée plus tôt que d’habitude. Les municipalités ont décrété des interdictions de stationnement pour faciliter le déneigement, tandis que les centres pour sans-abri s’attendaient à être remplis à pleine capacité.
La tempête a déjà laissé 30 centimètres de neige sur certaines parties du Michigan et plus de 15 centimètres en Illinois, provoquant l’annulation de centaines de vols mercredi à l’aéroport international O’Hare de Chicago.
Les transporteurs aériens ont annulé plus de 1800 vols à travers le pays jeudi en prévision de la tempête.
 
Le Devoir

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires seront publiés après approbation, merci de votre compréhension.