vendredi 24 janvier 2014

Le carré Sator


Un simple gri-gri, un talisman… ?
Malgré la profusion des symboles, beaucoup d’entre nous sont capables de reconnaître les signes distinctifs de l’Ankh, du Triskel ou du Yin-Yang ; cependant il reste un symbole, une figure, un objet méconnu, dont le mystère n’a d’égal que l’harmonie et la puissance qu’il dégage : je veux parler du Carré magique Sator.
Peut-être avez-vous vu ce Carré pour la première fois sur la couverture de ce livre ? A moins que vous n’ayez déjà lu attentivement les explications proposées dans un des nombreux ouvrages qui traitent des symboles… Pour autant, êtes-vous éclairé sur cette figure secrète qui n’a cessé d’exciter la curiosité et la sagacité d’un grand nombre de chercheurs ? 
Le Carré en général
Il pose une énigme aux êtres humains depuis près de 2000 ans. En effet, on suppose qu’il fut composé approxi­mativement en l’an 79 de notre ère puisqu’il fut découvert dans les ruines de la ville de Pompéi, détruite la même année par l’éruption du Vésuve.
Fréquemment recopié jusqu’à la Renaissance, ce diagramme possède un riche passé historique que l’on retrouve dans de nombreux pays.
Notamment en France où l’on peut découvrir son inscription :
- en Indre-et-Loire, dans les châteaux de Chinon et de Loches,

- en Charente, dans le château de Jarnac,
- dans le Puy-de-Dôme, dans la Maison d’Agnès Sorel, favorite de Charles VII,
- en Haute-Loire, dans une maison du Puy-en-Velay,
- dans l’Isère, dans la maison de justice de Valbonnais,

- en Ardèche, à Rochemaure, en l’église Saint-Laurent,

- elle fut aussi dessinée dans une bible carolingienne de 822, sur un parchemin du XIIIème siècle ainsi que sur des amulettes du XVIème siècle.
Mais les chercheurs en font mention également :
- en Angleterre, dans le Pays de Galles, à Circenster, sur les murs d’une caserne romaine (en effet, n’oublions pas que l’Angleterre fut occupée par les soldats romains dans la première moitié du premier siècle).
- On retrouve encore le Carré en Syrie, dans les ruines de la ville de Doura-Europos, sur l’Euphrate, appelée aujourd’hui Salihye, où ont été découverts, dans la maison d’un particulier, une chapelle chrétienne et un baptistère.
- On le signale encore en Turquie,
- en Hongrie, à Budapest (où les troupes romaines sont passées),
- en Ethiopie et sur les bords du Nil,
- enfin, en Allemagne, sur un jeton de compte de la trésorerie des Habsbourg daté de 1572, etc…
Ce diagramme fut donc largement diffusé dans le monde occidental et au Moyen-Orient. On comprend que de nombreuses recherches lui aient été consacrées. Fascinés par la troublante harmonie de ce palindrome, beaucoup de latinistes se sont évertués à trouver la traduction possible du Carré. Celle que nous vous donnons provient du dictionnaire des symboles (collection Bouquins) et mentionne :
« Le laboureur à sa charrue ou en son champ, dirige les travaux. »
Une nouvelle Clef…
…très importante fut donnée, en 1926, par deux chercheurs qui ignoraient tout de leurs travaux respectifs : un pasteur protestant allemand du nom de Félix Grosser et un suédois qui s’appelait Agrell. Ils trouvèrent que les 25 lettres du Carré pouvaient être mises dans la disposition suivante :
A ce jour, certaines personnes considèrent le Carré SATOR comme un message codé d’origine chrétienne, et plus précisément comme le témoignage d’un événement d’une portée considérable : la volonté de Dieu – du PATER – de renouer l’Alliance avec les hommes (nous = NOS).
A part ces quelques bribes de clefs, il est pratiquement impossible, sans une révélation plus approfondie, de comprendre la signification de ce palindrome.
Le Carré en particulier
Pourquoi le Carré Sator personnalise-t-il ce livre ? Tout simplement parce qu’il "s’UN-pose", tant sa portée révélatrice est pro…di…gieu…se !
Tôt ou tard vous le constaterez : le Carré Sator, conçu divinement, est à la fois une Clef et une Serrure ! Il démontre avant tout, par l’intermédiaire de la langue franche, que l’Esprit et le Verbe sont les Maîtres des Lettres, des Mots, des Chiffres et des Nombres. Conçus avant toute création, ils composent ce fameux Verbe prêté aux hommes pour communiquer et pour concevoir leurs propres œuvres.


Sa signification…
Voici 3 échantillons de Clefs qui vous permettront d’imaginer une structure réellement harmonieuse et incroyablement puissante.
La 1ère Clef est une simple petite mise en garde.
Au risque de faire sourire certains d’entre vous, nous souhaitons attirer votre attention sur ce Carré qui peut s’avérer dangereux pour les chercheurs "imprudents".
Remarquez le TENET, il TiENT toute la structure en croix, et rappelle au quêteur malavisé qu’il peut être un explosif :
T N T
LOG-ique, car, comprenons-le bien, c’est du LOGos, du Verbe Sacré dont il s’agit, véritable Arche d’Alliance qui relie Dieu aux Hommes.
Sur un ton plus badin, référons-nous à Indiana Jones dans le film : "Les Aventuriers de l’Arche Perdue". Ne montre-t-il pas, à travers cette Arche, que tout homme en quête de la vérité doit préalablement passer par les portes de l’Humilité et de l’Amour, sous peine de "brûler" et de "fondre" devant la Lumière ?
Ainsi, ce héros ne symbolise-t-il pas ce que devrait être la quête de chaque homme ? Celle d’un infatigable aventurier à la recherche du seul trésor qui vaille (avec l’Amour…) : l’ "OR" (racine du latin : os, Oris = bouche), Celui du Verbe divin.
La 2ème Clef, comme nous l’avons préalablement vu, confirme qu’il ne peut y avoir d’omnipotence sans "omnipo-TEMPS-ce".
Il est évident qu’aucun pouvoir divin ne serait envisageable sans une parfaite maîtrise du Temps, ou plutôt des Temps.
Dans cette "OMNI (cf. : tout) po-TEMPS-ce" il faut deviner, par simple dé "FINITION" (cf. : qui vient du FINI), la puissance de Celui qui "MAÎTRise" tous les Temps (cf. : « Je Suis Celui qui Suis » ).
"A présent", si nous observons attentivement la figure présentée page suivante, nous distinguons dans un cercle, la ronde, la "ROTAS-ion" des Temps représentés par les Alpha / Oméga.
C’est bien par l’intermédiaire de la racine REP/PER (= 39 = DIEU) au centre de toute création – et du Carré –, que leurs croisements alternatifs s’opèrent.
Dans sa double lecture, de gauche à droite et de droite à gauche, le palindrome symbolise l’alternativité du Temps. Plié en deux il devient le grand symbole des "TEMPS-PLIES" ; il dévoile que la fin "O" – de oméga – est bien dans le commencement "A" – de alpha – et réciproquement le commencement "A" – de alpha – est bien dans la fin "O" – de oméga –.
Si vous êtes observateur, vous remarquerez que seul le TENET, qui TIENT tout le Carré – avec son N central – n’est pas concerné par ce croisement temporel.
Pourquoi ? Tout simplement parce qu’il est immuable ! Il ne parcourt plus les Temps, il les regarde… Il Est en tout Temps et en tout Espace (voir le T et le E de TENET) ; il est l’Eternel présent, qui, justement, se présente aux hommes sous le dénominatif : « Je Suis Celui qui Suis ». Si Dieu Est l’Eternel Présent, Il Est alors le Centre de Tout, Il Est l’Unité vers laquelle tout converge… (comme par hasard, LE CENTRE DE TOUT = 167 correspond à la grande signature numérique de l’unité en français : CENT TRENTE CINQ = 167).
Quelle signification revêt la lettre "N" au centre du Carré ? Le Larousse la définie comme suit :
« sert à désigner quelqu’un qu’on ne peut pas nommer.»
Plus concrètement, cette lettre N est "L’Inconnu(e)", Le "Principe caché" que l’on ne peut imaginer car, par essence, Infini(e). Il-Elle correspond au fameux "En-Soph" évoqué(e) par les Juifs. (Phonétiquement "N Soph" !).
La 3ème Clef évoque le testament du GRAVEUR… pour les "GRAVES HEURES".
Amis Chrétiens, allez-vous récriminer si l’on vous révèle que le Carré Sator ne fut rien d’autre que la fameuse PIERRE gravée des mains de Jésus, véritable testament prêté à Simon-Pierre ?
Souvenons-nous, c’est bien sur une Pierre – PETRA en latin – que Jésus le berger – le PATRE –, promettait pour son retour et au nom du PATER, de bâtir son église… ( cf. : « et sur cette pierre Je bâtirai mon église ». Cette église n’est-elle pas la fameuse Ekklésia qui rassemblera tous les hommes par le Verbe, à la fin des temps… donc, avant le TREPA de cette humanité ? 
Avez-vous remarqué que seules 2 lettres ne furent pas utilisées au cours de ces 3 échantillons de démonstration ? Il s’agit de "S" et "R" qui MAIN-tiennent les 4 angles du Carré.
Leur somme numérique (S – R – R – S = 19 + 18 + 18 + 19) est égale à 74 et signe la MAIN du "Graveur" : JESUS = 74.

Que dit la Bible ?
Lisons, en termes à peine voilés, 5 extraits concernant l’existence d’une Pierre, d’un Caillou… étroitement lié à l’émergence d’une autre langue (nos commentaires figurent entre parenthèses) :
- Apocalypse (cf. : révélation). II-17
« Que celui qui a des oreilles entende (car il faut de l’entendement) ce que l’Esprit dit aux Eglises : A celui qui vaincra Je donnerai (au futur) de la manne cachée, et je lui donnerai UN CAILLOU BLANC (parce que Divin) ; et sur ce caillou (le Carré Sator) est écrit un nom nouveau (celui du Paraclet), que personne ne connaît, si ce n’est celui qui le reçoit. » (donc le seul à pouvoir l’ouvrir et le déchiffrer).
- I. Pierre II-6
« Car il est dit dans l’Ecriture : Voici, je mets en Sion une PIERRE angulaire, choisie, précieuse (car "pré" parée dans les "cieux") ; et celui qui croit en elle (bien comprendre le double sens : croire et croître) ne sera pas confus. » (en référence à la confusion décrite dans l’Apocalypse).
- Matthieu XIII-35
« Je publierai des choses cachées depuis la création du monde. »

- Matthieu XXI-43
« C’est pourquoi, je vous le dis, le royaume de Dieu (la Connaissance) vous (au peuple hébreu et sa langue) sera enlevé, et sera donné à une nation (la France par sa langue… à vous d’en juger par la suite) qui en rendra les fruits. » (la révélation du "Verso" des mystères, pour l’Apocalypse).
- Confirmé dans 1 Corinthiens XIV-21
Il est écrit dans la loi (c’est la Torah qui est appelée la Loi) :
« C’est par des hommes d’une autre langue, et par des lèvres d’étrangers que je parlerai à ce peuple, et ils ne m’écouteront pas, même ainsi, dit le Seigneur. »
Doutez-vous ?
Conscients que toute interprétation par essence est subjective, nous vous proposons quelques éléments de recoupements qui laissent pour l’intelligence du cœur une place infime au hasard.
Par recoupements, nous entendons la fameuse Kabbale, technique millénaire maintes fois utilisée par les talmudistes, mais que nous appliquons aujourd’hui à la langue française. Les "Recoupements" que vous allez découvrir, aussi troublants soient-ils, ne représentent pas une fin en soi, mais uniquement un complément d’explication.
Dans les exemples qui suivent nous utiliserons la "Guématrie" ou "alphanumération". Cette technique, rappelons-le, consiste à attribuer un chiffre à chaque lettre de l’alphabet (A = 1, B = 2, C = 3 etc… jusqu’à Z = 26). Plus accessoirement, nous utiliserons la "Thémoura" qui reprend la technique bien connue de l’anagramme.
Si Dieu…
…et par analogie l’origine divine du Carré Sator, symbolisent l’Unité du tout, il n’y a que 2 signes pour l’exprimer en français : soit par le chiffre "1", soit par l’adjectif numéral "UN".
En assemblant leur valeur numérique 1 et 35 – résultat de l’addition du U : 21ème lettre + N : 14ème lettre – nous voyons apparaître le chiffre "135", signature importante que nous retrouverons à de nombreuses reprises dans cet ouvrage.
A propos d’unité…
…avez-vous remarqué que le nombre 135 est composé des chiffres 1, 3 et 5 qui sont les TROIS premiers "nombres premiers" ? 
·       Saisissez-vous mieux l’importance du "TROIS" = 81 d’où est SORTI (mêmes lettres) = 81 L’UNITE = 81= LE DEPART = 81 = L’ENTETE. Ce dernier mot est bien celui choisi par André Chouraqui, dans sa traduction de la Bible, pour exprimer le fameux "Béréshit" commençant la Genèse. (Cet EN-TETE est symboliquement LA TETE = 63 siège de l'Esprit et notamment Celui de DIEUX = 63).
·       D’ailleurs L’ESPRIT (= 99) matérialisé par LE VERBE = 69 n’est-il pas le fameux "EN-TETE" = 69 de toute création ? (L’EN-TETE, L’ESPRIT, LE VERBE sont 3 principes indissociables dont la signature numérique varie en fonction de la ROTAS-ion du 6 – ce chiffre symbolise nécessairement la MOT-bilité, puisque SIX = 52 = VERBE).
·       Cet "EN-TETE" fondu dans le TENET est, comme nous l’avons déjà vu, au-dessus des temps et pourtant il les tient (cf. : les Alpha-Oméga positionnés de chaque côté du TENET). Ce n’est pas par hasard si le mot "EN-TETE" peut s’écrire avec les deux TENET en croix dans le Carré Sator
T
E
T  E  N  E  T
E
T
Il est donc parfaitement logique que l’Esprit unitaire se reflète :
·       dans LE CARRE SATOR = 135
·       appelé également LE CARRE MAGIQUE = 135,
·       mais aussi LA PIERRE SACREE = 135,
·       parce qu’Elle SIGNE L’UNITE = 135 ! !
Esprit qui se dévoile en-FIN sous nos yeux avec les "caractères" d’une autre langue :
·       dévoilant avec FRANChise LE SECRET DE DIEU = 135.
·       A travers LES CHIFFRES ET = 135 = LES LETTRES,
·       L’ALPHABET DIVIN = 135,
·       C’EST LE FRANÇAIS = 135,
·       LA LANGUE CALCULEE = 135
·       qui PROUVE PAR A + B = 135.
·       Cette nouvelle SCIENCE DU VERBE = 135
Bref, c’est par le Verbe Franc :
·       qu’aujourd’hui, DIEU S’IMPOSE = 135
·       PAR LA PREUVE = 135,
·       …COMME PAR HASARD = 135 ! 

Finalement
Si le Carré Sator s’impose, c’est tout simplement parce que "TOUTE LA VERITE" = 173 émanée de Dieu, donc du "1", passe par le "SATOR" = 73 (CQFD).
Ainsi, une traduction pertinente du Carré serait…
« Le Semeur (SATOR), subrepticement (A-REP(T)-O), Tient (TENET) l’Œuvre (OPERA) dans la Rotation (ROTAS) des temps (cf. : l’alternance des Alpha / Oméga). »
A moins que vous ne préfériez la traduction proposée dans le dictionnaire des symboles :
« Le laboureur à sa charrue ou en son champ, qui dirige les travaux » ? 
(A propos du "Sator-Semeur", n’est-il pas symbolique de voir figurer au "verso" de certaines pièces de monnaies une SEMEUSE ?).
Résumons-nous
Le Carré Sator, pierre gravée, est le véritable testament de Jésus remis à Simon-Pierre. Il prouve aujourd'hui que sa numération, bien qu'écrite en latin, fut composée pour la langue française, comme déjà conçue pour servir, entre autre, lors d'une future révélation.
Vous avez le choix…Soit, considérer l’ensemble de ces explications comme un ramassis de balivernes...
Soit, comprendre que 2000 ans après, à partir de la simple écriture latine du mot :
"H-EBREV"
apparaît, en-FIN sous nos yeux – symbolisé par une lecture de droite à gauche – le RE-TOUR du :
"VERBE-H"
(Le "H" représente ici le chiffre 8, le retour du Verbe à l'heure H... Le rond supérieur du 8 est la lumière d'en haut se reflétant ici-bas ; ce symbole du Christ permet également de remonter au ciel par l’écHelle, dont le "H" représente le 1er barreau).
Pour conclure cette longue introduction, je vous invite à réfléchir sur l’observation suivante : si jadis l’hébreu et ses multiples combinaisons devaient révéler, quelque part en Galilée, un événement d’une portée considérable, d’après vous, que peut signifier aujourd’hui l’émergence d’un Verbe nouveau… ?

A chacun de faire ses recherches... 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires seront publiés après approbation, merci de votre compréhension.