dimanche 5 janvier 2014

Québec : “La quête de la simplicité volontaire”

La  simplicité volontaire est un mode de vie qui consiste à réduire sa consommation de biens et de services et à  se passer du superflu. Elle prône un changement des mentalités et des modes de vie qui aboutiront si adoptés par le plus grand nombre à une modification du mode de développement actuel qui ruine la Terre et sème le chaos par son besoin insatiable de ressources naturelles.
Utopiste? Mais n’est ce pas le modèle utra-libéral actuel qui s’impose avec une violence inouïe qui l’est? « Il faut créer de la richesse, hors de la croissance, point de salut ” . Ce  leitmotiv qu’on nous assène depuis des décennies a mené à l’impasse dans laquelle nous nous trouvons actuellement, a créé une société inégalitaire où toujours les mêmes se répartissent les richesses et pillent désormais allègrement le bien commun, et oriente les démocraties vers le fascisme sous prétexte d’une insécurité qu’elles ont elles-même engendrée.
Il est totalement impensable que la population mondiale utilise toujours davantage de terres arables, d’eau, de pétrole, de minéraux, qu’elle produise année après année plus de biens qu’elle gaspille et plus de déchets, polluant les sols, les cours d’eau, l’atmosphère et les êtres humains. Il est aberrant de croire que de crises en crises, on puisse faire perdurer ce système indéfiniment.
Dès 1972 et pour la première fois, dans The Limits to Growthquatre jeunes scientifiques établissent les conséquences dramatiques sur le plan écologique d’une croissance économique et démographique exponentielle dans un monde fini et démontrent qu’ elle ne peut que mener qu’à l’effondrement. Et nous y sommes.
On continue? Ou on passe à autre chose? La sobriété ne peut-elle pas être heureuse?

Source 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires seront publiés après approbation, merci de votre compréhension.