dimanche 16 février 2014

L'arme anti-OGM 100% naturelle


Monsanto est arrivé quasiment au sommet de son œuvre. Escalader peut s’avérer difficile mais le plus compliqué reste encore d’occuper la première place le plus longtemps possible. Son heure de « gloire » semble légèrement péricliter : Monsanto et ses OGM peuvent trembler. Il existe désormais, une arme intraitable contre les OGM et devinez quoi: elle est 100% naturelle !

Ceux qui en doutaient, ont maintenant la confirmation : la nature a un pouvoir divin et finit toujours par reprendre ses droits. Si les OGM lui ont causé beaucoup de tord, elle a su prendre son temps, observer en silence puis, présenter son arme la plus dévastatrice : l’amarante. Plante sacrée des Incas, elle est l’un des aliments les plus anciens du monde, bien que sa culture ait été abandonnée en Amérique du sud, après que les Espagnols aient investi le nouveau continent. Cette « mauvaise herbe » comestible d’ordinaire inoffensive, porte également le doux nom « d’immortelle » car elle ne fane jamais.. Et pour cause : elle semble avoir été investie du gêne de résistance aux désherbants !

Si l’amarante était très appréciée des Incas, qui grillaient ses graines ou en faisaient de la farine (au goût de noisette), ils consommaient également ses feuilles aux propriétés nutritives surprenantes (teneur en protéines supérieure au soja et au lait de vache, fer, vitamines A et C et riche en sels minéraux). Depuis une dizaine d’années, cette plante a repris ses droits essentiellement dans les champs d’OGM. Les cultivateurs américains sont obligés d’abandonner des champs entiers, n’arrivant plus à s’en débarrasser !

Et comme la nature fait bien les choses, cette jolie immortelle produit environ 12 000 graines/an, capables d’être « suspendues » pendant une trentaine d’années avant de germer, si les conditions climatiques ne sont pas réunies ! Ses racines très profondes, font d’elle, une « mauvaise herbe » redoutable pour les agriculteurs.

Ce serait en Géorgie que ce phénomène se serait produit il y a déjà près de 10 ans. En effet, l’amarante aurait résisté au Roundup, pourtant composé de glyphosphate, l’herbicide le plus puissant au monde. Même si cette hypothèse n’est pas soutenue par certains scientifiques et semenciers, elle reste, pour l’heure, la plus probable. Les cultures sont donc envahies par cette herbe résistante, poussant les agriculteurs à les arracher eux-mêmes à la main. Devant le travail de titan que cela occasionne, quelques 5000 ha de cultures de soja transgéniques ont déjà été délaissées en Géorgie pendant que 50 000 autres présentent les mêmes signes de détresse. Nombre d’agriculteurs américains souhaitent revenir à des modes de cultures plus traditionnels, car celles-ci sont moins coûteuses que l’agriculture transgénique et la course à la rentabilité les intéresse de moins en moins.

Pour comprendre le phénomène, il est essentiel de rappeler que la firme Monsanto propose des graines déjà traitées à l’herbicide (Roundup Ready). Ce sont ces mêmes graines qui ont été plantées sur les parcelles concernées. Après études d’échantillons par le « Center for Ecology and Hydrology » (une organisation Britannique), il semblerait que les gênes de résistance au Roundup se soient transférés de la graine à l’amarante.

Le problème (ou l’avantage !) devient important, dans la mesure où l’amarante aura donc toutes les propriétés que sont censées avoir les cultures Monsanto : résistance, croissance et multiplication importantes et surtout, étant donné qu’elle résiste au Roundup, le désherbant le plus puissant au monde, elle risque d’envahir de façon conséquente et pour une durée indéterminée, les cultures du nouveau continent.

Monsanto tente de faire bonne figure en indiquant que ces « superweeds » existent bel et bien et qu’elles sont effectivement le fruit d’une erreur imprévue, mais qu’elles ne sont pas un frein car elles seront tôt ou tard maîtrisées.

Néanmoins, d’après certaines sources, il semblerait que la firme, par un communiqué transmis à tous les agriculteurs d’OGM, leur ait vivement conseillé, d’alterner le Roundup avec un autre herbicide, d’autant que d’autres herbes semblent aussi atteintes du même « syndrome d’immortalité ». Mais en attendant, l’amarante a encore de beaux jours devant elle, pour le plus grand plaisir de mère nature !
Source: Facon2parler.com

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires seront publiés après approbation, merci de votre compréhension.