dimanche 16 février 2014

Le Président Maduro lance une alerte au monde : le gouvernement bolivarien fait face à une tentative de coup d’État


Le Président Nicolas Maduro a alerté l’opinion publique du coup d’État qui se prépare [au Venezuela] à partir des manifestations menées par des groupes de la droite vénézuélienne. Il a déclaré cela à la fin de son discours pour la commémoration du bicentenaire de la Bataille de la Victoire.

“Je lance une alerte à nos pays frères d’Amérique Latine et de la Caraïbe, je lance une alerte au monde entier. Le gouvernement que je préside, le gouvernement bolivarien, fait face à un plan de coup d’État contre la démocratie », a-t-il signalé.

Il a néanmoins déclaré que la Révolution bolivarienne allait triompher en s’appuyant sur la loi et le peuple vénézuélien, comme il l’a fait durant ces 15 dernières années de socialisme, ces 19 dernières élections desquelles la révolution en a gagné 18. « Mais pour eux cela n’est pas suffisant. Mais [la voie démocratique] est l’unique chemin, il n’y en a pas d’autre ».

Dans ce sens, il a cité le matériel audio diffusé par les animateurs du programme Zurda Konducta de la chaîne VTV, dans laquelle on peut entendre les voix de Fernando Gerbasi, diplomate de la 4ème République et participant dans diverses affaires de conspiration, et Ivan Carratu Molina, ex–chef de Maison Militaire (garde rapprochée du président) à l’époque de Carlos Andrés Pérez, matériel dans lequel il fait mention de plans de déstabilisation pour ce 12 février.

“J’exige qu’ils déclarent comment ils savaient à l’avance qu’il y aurait des morts aujourd’hui au Venezuela », a manifesté Maduro en soulignant qu’un de ces personnages indique que quelqu’un l’a alerté et qu’il s’agit de la même personne qui l’avait prévenu le 11 avril 2002 [date du coup d’état manqué contre le Président Chavez]. « Lâches ! Déclarez qui est cette personne, déclarez au Ministère Public de qui il s’agit”.

Ainsi, Maduro a prévenu qu’il fera tout pour que les coupables des événements de ce mercredi soient punis et qu’il n’acceptera plus d’impunité. « Je ne ferai pas un pas en arrière dans ma volonté de chercher la justice », a-t-il exclamé.

Il a finalement signalé : “Nous ne pouvons pas permettre que le sang continue de couler. Nous voulons la paix et la justice, a-t-il déclaré en rajoutant qu’il demande toute la solidarité des nations alliées face à cette tentative de déstabilisation et de tentative de coup d’état.

Traduction pour le blog Viva Venezuela (Chapitre français de la campagne internationale de solidarité avec la révolution Bolivarienne - Plateforme de réinformation sur le Venezuela).

Source : Présidence de la République bolivarienne du Venezuela

 Lu ICI

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires seront publiés après approbation, merci de votre compréhension.