vendredi 21 février 2014

Les médias ont un pouvoir de vie ou de mort sociale


Jean-Yves Le Gallou est interrogé sur Politique Magazine :

"Vous affirmez que les médias ne sont plus le quatrième pouvoir, comme l'affirme l'adage, mais le premier. Pourquoi ?
Les médias exercent aujourd'hui le principal pouvoir, celui sur les esprits. Le message qui est diffusé s'imprime dans les têtes. Qu'on le veuille ou non, c'est un véritable organe de contrôle du cerveau. En outre, les médias ont un pouvoir de vie ou de mort sociale. Ils peuvent diaboliser un personnage, le starifier ou l'ignorer totalement. Les exemples ne manquent pas (voir La Tyrannie médiatique). Les médias calibrent ce qu'ils disent ; ils s'autolimitent selon l'idéologie dominante.
Quelle est cette pensée unique dont vous parlez ?
De toute évidence, elle prône la destruction des frontières, la marginalisation des traditions et de la culture, l'avènement d'un gigantesque espace de marché pour la consommation individuelle. Ceux qui ne partagent pas cette vision s'exposent à la mort sociale dont je parlais. Le mimétisme entre les journalistes renforce ce phénomène. En Europe, particulièrement en France, les médias n'informent plus, ils communiquent.
Comment en est-on arrivé là ?
Nous observons en France une conjonction entre les trotskistes de salle de rédaction - ceux qui avaient massivement investi les médias suite au mouvement libéral-libertaire de mai 68 - et le capitalisme financier - qui a constamment aidé la presse avant d'en devenir propriétaire. Vous savez, cette corruption des médias et leur transformation en instruments de propagande ne sont pas un phénomène nouveau. L'influence qu'y exercent des banquiers, des hommes politiques ou des puissances étrangères pour les détourner de leur fonction de contre-pouvoir ne l'est pas non plus. Mais on ne peut en dire autant de la disparition totale de la pluralité des opinions dans nos médias aujourd'hui.
Est-il possible de rétablir de la diversité médiatique ?
Dans le cadre actuel, je ne pense pas. Il n'y a plus aucun contrepouvoir dans la grande presse et les médias audiovisuels sont surveillés par le Conseil supérieur de l'audiovisuel, organisme qui peut rappeler à l'ordre des intervenants ou empêcher la diffusion d'une chaîne sur le territoire. Il y a eu des tentatives de diversification et elles ont toutes échoué : Frédéric Taddéï a été neutralisé sur France 3, Robert Ménard a été éliminé d'I-télé, Eric Zemmour a vu son temps d'antenne réduit de 60 % sur RTL...
L'Internet peut-il changer la donne ?
Il modifie déjà en profondeur le paysage médiatique. Le rapport de force entre les médias dominants et les médias alternatifs est bouleversé : s'il était de 1 pour 1 000 avant l'apparition de l'Internet, il est aujourd'hui tombé à 1 pour 10. La répercussion est considérable. Il n'est pas impossible que nous assistions à la fin de la tyrannie médiatique. En effet, nous observons d'une part un début de « krach » : la différence entre ce qui est montré et espéré par la caste journalistique et ce qui est vécu et voulu par la population est telle que cette dernière ne croit plus au message qu'on lui soumet. D'autre part, des médias alternatifs ont fait leur apparition sur Internet, et le volume est en extension. [...]"
Michel Janva

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires seront publiés après approbation, merci de votre compréhension.