mercredi 12 mars 2014

Racket - Najat Vallaud-Belkacem prête à pénaliser fiscalement les mères aux foyer

Le ministre des Droits des femmes et de la Communication d'État du régime, Najat Vallaud-Belkacem, nature généreuse mais d'un ton sans réplique, veut organiser le bonheur des femmes selon un modèle rénové, qu'elles le veuillent ou non.


Najat Vallaud-Belkacem
Modèle socialiste façon 2014, on procèdera à une puissante incitation fiscale au travail à l'extérieur du foyer familial. Dans les familles ringardes, où les mères resteront bêtement chez elles à s'occuper de leurs enfants, le montant de l'impôt d'État sur le revenu augmentera à revenu constant par rapport aux familles évoluées, où les femmes auront compris les vertus d'un second emploi parallèle à celui de leur compagnon. Pour le gouvernement en effet, le risque, c'est la famille, pas le travail...

Le régime aura procédé entre temps à « la révision de l'un des fondements de la fiscalisation des ménages, la conjugalisation de l'impôt », annonce notre ministre délégué à l'avenir du « genre » humain, Mme Vallaud-Belkacem. Cela au coude à coude avec Jean-Marc Ayrault, le Premier ministre déjà au volant du rouleau compresseur de la « remise à plat » du système fiscal.

Résultat de cette normalisation, les pères de famille paieront désormais leurs impôts « plein pot » comme s'ils étaient restés célibataires, sans plus bénéficier désormais de la « demi-part fiscale » attribuée jusqu'à maintenant au titre de leur épouse. Ainsi, le régime va pénaliser fiscalement les familles nombreuses dont les mères élèvent les enfants à la maison sans les confier au système éducatif collectif d'État. En revanche, les couples sans enfants bénéficiant de deux salaires selon la nouvelle norme internationale DINK (Dual Income-No Kids) verront leur impôt baisser, avec la possibilité de fractionner le chiffre à déclarer...

Mme Vallaud-Belkacem a annoncé (Les Echos, 13 décembre), qu'à l'encontre de la fâcheuse « familialisation » d'hier, désormais « l'individualisation de l'impôt favorise l'emploi des femmes ». Cette « gouvernante » de la société de demain déclare froidement que ce nouvel « accès à l'emploi » des femmes est « une question de justice mais aussi un enjeu économique majeur » : elle prédit un gain de 0,5 point de croissance par an pendant 10 ans. Mais elle demande donc un effort collectif équivalent de deux plans quinquennaux. L'État « doit peser en tant que donneur d'ordre »...

metatv.org

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires seront publiés après approbation, merci de votre compréhension.