jeudi 13 mars 2014

Un groupe de femmes pacifistes a été bloqué à l'aéroport du Caire par la sécurité égyptienne, du cinq au six mars. Elles voulaient se rendre à la bande de Gaza lors de la journée internationale de la Femme.




Ce groupe, composé de cent femmes venues d'Europe, du Maghreb, des États-Unis, avait répondu à l'appel au secours des Palestiniennes de la bande de Gaza. Elles voulaient les rejoindre lors de la journée internationale de la Femme, le huit mars. Elles leur avaient collecté des lampes torche à dynamo, car les coupures d'électricité dans cette enclave cloîtrée par Israël sont régulières.
 
Je voulais suivre cette mission pour rendre compte du quotidien des habitants de Gaza. J'avais demandé à Olivia Zemor, la coordinatrice, d'accompagner les participantes. Elle accepta. 
 
Le cinq mars, j'atterris à l’aéroport du Caire aux environs de vingt heures. J'arrive au contrôle des passeports, voyant une quarantaine de femmes bloquées par la sécurité égyptienne. Pourquoi ? Un problème de sécurité au Sinaï, me lancent les autorités. Et où est passée l'autre moitié du groupe ? Une partie est disséminée on ne sait où dans l'aéroport, une vingtaine a déjà passé la douane, une autre a été expulsée.
 
Mairead Corrigan, militante irlandaise, prix Nobel de la paix en 1976, a été expulsée martialement. La police égyptienne a brutalisé la militante américaine Médéa Benjamin, expulsée de même. Ayant un bras cassé et une épaule démunie, elle est dans une clinique à Istanbul. A l’heure actuelle, elle est revenue aux Etats-Unis.
 
Pourquoi cette violence ? Aucune réponse. Les autorités égyptiennes utilisent leur seule excuse : problème de sécurité au Sinaï. Elles ont également confisqué les passeports des femmes bloquées, alors qu'ils sont valables, et qu’aucune ne représente un danger. Deux mois auparavant, le gouvernement égyptien fut mis au courant de la mission. Les cent femmes lui avaient envoyé leurs noms et leurs numéros de passeport. Cette procédure servait à obtenir l'entrée au terminal de Rafah, ville frontière avec la bande de Gaza.

La suite ICI

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires seront publiés après approbation, merci de votre compréhension.