mardi 13 mai 2014

"Si les abattoirs avaient des murs en verre, tout le monde serait végétarien"




 «Ne limitons pas ce scandale à l'abattage des chevaux alors que plus de 1 milliard d'animaux, tout aussi magnifiques et tout aussi sensibles, sont tués et mangés en France chaque année […]. Pourquoi choisir de manger des porcelets à qui on a arraché les dents et coupé la queue sans aucun antidouleur, incapables de déployer leurs ailes, alors que les magasins regorgent de céréales, pâtes, haricots, riz, noix, fruits et plus de variétés de légumes qu'il n’y a de repas dans l'année? Tous les animaux, du cheval à la poule, finissent dans de terrifiants abattoirs. Comme le dit Paul McCartney: “Si les abattoirs avaient des vitres à la place des murs, tout le monde serait végétarien”»
(PETA France, www.petafrance.com (link is external)).


Mercredi 20 février 2013. Depuis le 7 février, où le «scandale de la viande de cheval Findus» est découvert, 39 millions de mammifères et d’oiseaux, c’est-à-dire 3 millions par jour, ont été tués pour votre consommation, et ça, pas en Roumanie, ni au Royaume-Uni, ni ailleurs, non, juste en France, dans nos abattoirs. Dont des chevaux. Ah bon, parce qu’on en mange encore, chez nous? On boulotte «la plus noble conquête de l’homme», on ose? Eh oui, et même des poulains, des élevages en «produisent» — certains, parmi vous, qui l’ignoraient, vont peut-être être choqués en l’apprenant.

Chassez donc l’image du petit cheval gambadant joyeusement dans les prés au côté de sa mère —qui, elle-même, a fini transformée en steaks. Je sais qu’un veau, un bœuf, considérés comme «moins mignons», n’émeuvent pourtant guère les foules, qui ne voient en eux que le filet, la côte… Quand même, vous laisser le choix de «la bête» que vous souhaitez manger est la moindre des choses, me direz-vous. Car le vrai problème est là. Il est dans la «tromperie du consommateur», et ça, c’est très mal, c’est Stéphane Le Foll, ministre de l’Agriculture, de l'Agroalimentaire et de la Forêt, qui l’a dit: «Il est hors de question qu'on puisse tromper le consommateur» (France Inter, 9 février). Qui trompe qui, Monsieur le Ministre ?
Mais, c’est tous les jours qu’on le trompe, le consommateur, qu’on lui ment, et vous ne vous en offusquez guère. Lui qui, en l’absence de cet étiquetage que vous refusez, mange de la viande d’animaux abattus selon les rites religieux casher et halal, viande dont les morceaux non consommés par les pratiquants se retrouvent dans le circuit de distribution classique. Jusqu’à, nous apprend Frédéric Freund, directeur de l’Œuvre d’assistance aux bêtes d’abattoirs, «la certification “Agriculture biologique” délivrée par Ecocert au profit de steaks hachés “halal ” commercialisés par Bionoor sous la marque “Tendre France”», et la réponse stupéfiante de cette société, interrogée par l’OABA: «les viandes conventionnelles ne sont pas sûres, compte tenu de la présence de résidus d’antibiotiques et autres hormones de croissance»… Vous avez dit tromperie?

Végétarisme: céréales et légumineuses associées= protéines végétales. Et là, aucune tromperie: on ne mange pas de cadavres. Essayez !
www.petafrance.com (link is external)
www.oaba.fr (link is external)

Luce Lapin

À lire également: retour des farines animales, «Le saumon meuglera, et la truite grouinera», entretien avec F. Freund (28/06/11) (link is external)

Avis : haut les cœurs ! Tout ce qui précède est, mais vous le savez bien, complètement obsolète aujourd’hui. Il y a belle lurette que dans notre beau pays on ne mange plus les animaux, qu’on considère comme «nos amis». Hé, on n’est pas des barbares, nous, Français, au xxie siècle !

• À LIRE dans la rubrique de protection animale, «Les Puces», du journal (Charlie Hebdo du 27 février 2013). Élevage intensif: tous à la manif! Rendez-vous à 13 heures gare Montparnasse, départ 13 h 30, direction le Salon de l’agriculture, porte de Versailles. J’y serai, au nom des «Puces» et du CRAC Europe. On s’y retrouve, nombreux!
IMPORTANT. Faites connaître le site de Charlie, diffusez autour de vous! S’il existe, c’est grâce au journal, en vente tous les mercredis, en kiosques et chez tous les marchands de journaux, 2,50 euros. Achetez le journal, allez sur le site !


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires seront publiés après approbation, merci de votre compréhension.