lundi 14 septembre 2015

Ils ont exterminé 95 % des Indiens d'Amérique.


Sitting Bear, 1908. Photographer: Edward Curtis.

« Indien : le mot a été créé par nous (les Blancs), pas par lui. Il n'est un indien que depuis 500 ans. Pendant 25 000 ans, il a été un Ottawa, un Dakota, un Shoshone, un Cherokee – ou un autre des centaines de peuples qui ont occupé ce continent. (Edgard S. Khan et David W. Hearne ed. Our Brother's Keeper Indians in White America New York New American Library 1975 P. vii)

Dans ce qui suit, nous échapperons au vocabulaire - « Indiens » ou Amérindiens - des envahisseurs génocidaires en invoquant « Awonawilona
(Celui qui crée et qui contient Tout, le Père de la paternité et de toutes choses) »(The beginning of a Newness : A Zuni Creation Legend » Thirteen Annual Report of The Bureau of American Ethnology, 1895 in Élise Marienstras La résistance indienne aux États-Unis)
Cet article fait suite à :

Une « Révolution » Américaine faite par les génocidaires des « Indiens »

Dans les manuels scolaires, dans les programmes scolaires, il n'y a rien sur le génocide indien. Pourtant il est comparable à la Shoah dans l'horreur des méthodes employées !
« Alors qu’il pointait ses obusiers sur un campement d’Indiens non armés à Sand Creek, au Colorado, en 1864, un colonel de l’armée du nom de John Chivington, qui avait dit une fois que la vie des enfants indiens ne devait pas être épargnée car « les lentes font des poux, » a dit à ses officiers : « Je suis venu pour tuer les Indiens, et je crois qu’il est juste et honorable d’utiliser tous les moyens qu’il y a sous le ciel de Dieu pour tuer les Indiens. » Des centaines de femmes indiennes, enfants, et vieillards furent abattus dans le massacre de Sand Creek. Un officier qui était présent a dit plus tard, « Les femmes et enfants ont été tués et scalpés, les enfants fusillés sur le sein de leur mère, et tous les corps mutilés de la plus horrible des façons. Les cadavres des femmes étaient profanés de telle manière que le récit en est écœurant. » Marlon Brando Songs my Mother Told Me (1994)

Et le nombre de victimes est bien plus important. 6 millions pour le génocide des juifs et 100 millions pour celui des indiens (source wikipédia démocide et wikipédia génocide des indiens). Chaque génocide est important, les recherches et la transmission des événements aux générations futures sont primordiales. C'est pour cette raison qu'il faut étudier tous les génocides !

L'ONU qui défend toujours les colons envahisseurs et qui s'imagine que la population croit encore que c'est une organisation pacifique perpétue le crime européen en refusant de reconnaître le génocide indiens.
« Bien que l'Histoire démographique des Amérindiens montre incontestablement une diminution, ces disparitions ne sont pas actuellement officiellement recensées par l’Organisation des Nations unies en tant que génocides, dans leur ensemble, mais aussi dans le détail, par exemple en ce qui concerne la lente disparition de certaines tribus en Amérique du Sud » wikipédia génocide Amerindien

ALORS QUE LES AWONIENS LEUR OFFRAIENT HOSPITALITÉ ET AIDE LES EUROPÉENS NE PENSAIENT QU'A LES SUPPRIMER

Les Awoniens leur ont offert leur savoir faire en agriculture, chasse, remèdes médicaux afin que ces nouveaux arrivants puissent survivre. Ils ont apporté des vivres à ces hommes venus de la mer pour les aider à tenir le coup... Face à cette générosité, cette gentillesse des Awoniens, les Européens ont répondu par la destruction et l'accaparement de tout ce qu'avaient construit ces peuples que l'on nomme Indiens.
Dès leur arrivée, les Européens ont livré une guerre sans pitié aux Indiens. Ils ont utilisé toutes les méthodes possibles et imaginables pour mettre à bas cette civilisation.

Tous les peuples Awoniens sans distinction ont été opprimés.

White Hawk. Cheyenne. 1905

« Diversifiées par leurs anciennes cultures et par leurs conditions présentes, les tribus amérindiennes ont aussi vécu différemment la rencontre avec les Blancs. Toutes ont fini par se heurter au colonisateur, toutes en ont subi l'oppression, mais à des moments différents de leur existence, et suivant des modalités qui ont permis aux unes de résister plus longuement et de survivre, et qui ont précipité les autres dans un déclin précoce et définitif. » p 42 La Résistance indienne aux États Unis, Elise Marienstras
Plusieurs techniques ont été utilisées pour ce génocide de trois siècles Ce génocide s'étend sur 3 siècles et a décimé entre 80 et 100 millions d'Awoniens.
 
LES MALADIES TRANSMISES PAR LES EUROPÉENS ONT TUE NEUF DIXIÈME DES AWONIENS

Balancer des corps malades avec des balistes de l'autre côté des remparts des murailles fortifiées fut une technique inventée dans l'Antiquité : Polybe en parle. Les navigateurs du XVIème siècle étaient donc bien conscients des conséquences de leur venue sur ces terres lointaines. Ils ont transmis aux populations locales la variole et autres microbes (choléra, grippe). Cette attaque microbienne décima les neuf dixième de ces habitants.

En 1656, Adriaen van der Donck écrit en Nouvelle-Hollande (la future colonie de New York) :
Adriaen van der Donck
«Les Indiens affirment qu'avant l'arrivée des chrétiens, et avant que la variole ne se répande parmi eux, ils étaient dix fois plus nombreux qu'ils ne le sont maintenant, et que leur population a fondu sous l'effet de la maladie qui en a tué les neuf dixièmes . Un peu plus tôt Champlain et les missionnaires jésuites de la Nouvelle-France rapportent qu'en l'espace de dix ans, le nombre des Hurons était passé de 32000 à 10000 personnes. En 1674, le missionnaire puritain Daniel Gookin note, au cours d'une enquête auprès des Indiens du Massachusetts, que les Pequots, qui pouvaient autrefois lever 4000 guerriers n'en disposent plus que 300, et que chez les Narragansets, le nombre des guerriers est passé de 5000 à 1000. Les Wamesis voyaient leur armée réduite de 3000 à 250 hommes ». Adriaen van der Donck, « A Description of the New Netherlands » ; r. angl, New York Historical Society, Collections, 1re série, I, Boston, 1792
Les attaques microbiennes ont aussi été très directes. En 1763, les anglais ont distribué aux Delaware des couvertures infestées par la variole afin de les décimer tous rapidement.
LES GUERRES : LES COLONS UTILISENT LES INDIENS COMME SOLDATS DANS LEUR PROPRE CONFLIT, LES MONTENT LES UNS CONTRE LES AUTRES OU LEUR FONT UNE GUERRE DIRECTE
Les guerres sont nombreuses et prennent différentes formes.
Les États Européens se font la guerre afin de se partager le nouveau monde. Non seulement ils volent des terres qui ne leur appartiennent pas, mais en plus ils ont le culot de manipuler les premiers habitants pour les intégrer dans leur propre conflit. Par exemple, les tribus du Nord-Est vont participer à la guerre de Sept ans qui oppose les Français aux Britanniques.
Aussi afin de se débarrasser des tribus indiennes trop rebelles, les colons les montent les uns contre les autres.
Mais comme ces braves humains qui vivent en harmonie avec la nature gênent ces nouveaux arrivants dans leur pathologie à vouloir toujours plus, ils décident de les monter les uns contre les autres. Cette stratégie empêche les Awoniens de se soulever contre leur véritable agresseur que sont les colons. Pendant que les « indiens » sont en train de se faire la guerre entre eux, ils n'ont pas l’énergie nécessaire pour combattre les Anglais, les Français ou les Espagnols.

Les Français vont forcer les Indiens Choctaws à décimer les Indiens Chickasaws. Le chantage n'a pas de limite pour les Français. Ils promettent de protéger les Choctaws à condition qu'ils suppriment les Chickasaws.
« En 1750, le traité de Grandpré place les Choctaws sous protectorat français. Le traité prévoit la peine capitale pour tout Choctaw qui tuerait un Français, pour tout Anglais qui serait trouvé dans un village Choctaw et pour tout Choctaws qui l'inviterait à y pénétrer. Le traité prévoit également que les Choctaws recommenceront à faire la guerre aux Chickasaws et « qu'ils ne cesseront jamais de harceler cette race perfide tant qu'il en restera un seul représentant. » » p 82 83 Angie Debo Histoire des Indiens des États Unis

Cette méthode est utilisée couramment dans les guerres menées par l'Occident. Diviser pour régner est une habitude chez les capitalistes du XXIème siècle.

L'avancée vers l'Ouest des colons s'accompagne d'un harcèlement des Awoniens

Les colons américains ne cessent de vouloir gagner du terrain sur les Indiens. Et avec l'avancée vers l'Ouest, ils vont sans arrêt harceler les peuples Awoniens.

« Plus au Nord, cependant, les Grandes Plaines restèrent jusqu'à la fin du siècle le lieu d'affrontements violents, de harcèlements et de guérillas qui suivaient l'avance des pionniers vers les Rocheuses. » p 143 La résistance indienne aux États Unis Elise Marientras
Au fur et à mesure que les colons avancent, ils parquent les Awoniens dans des réserves.

Marlon Brando décrit la violence psychologique qui accompagne ces agissements  :
« Après le vol de leurs terres, les survivants en haillons furent parqués dans des réserves et le gouvernement envoya des missionnaires pour les forcer à devenir chrétiens. Après m’être intéressé aux Indiens d’Amérique, je me suis rendu compte que beaucoup de gens ne les considèrent même pas comme des êtres humains. » (Songs my Mother Told Me (1994))
D'autres fois une politique plus directe de suppression d'une tribu est mise en place. C'est le cas pour les Apaches. En 1784, il est donné l'ordre d'exterminer tous les Apaches qui ont plus de 7 ans d'âge. (source Angie Debo, Histoire des Indiens des États-Unis, Paris, Albin Michel, 1994 p.112)

Il y a aussi les rebellions indiennes qui ont rythmé toute la période génocidaire. Les Indiens ne se laissent pas faire. Les révoltes sont nombreuses. A chaque fois, les colons ripostent violemment. Ils tuent toute la tribus (voir image wounded knee avant et après le massacre )

Il y a les guerres seminoles en Floride entre 1817 et 1858, la guerre des Black Hills entre 1876 et 1877 contre les Sioux. La dernière guerre ouverte contre les Indiens est le massacre de Wounded Knee (29 décembre 1890) dans laquelle 250 Sioux sont tués par les Américains d'origine Européenne
Au XIXème siècle, les Awoniens sont privés de tout ce qui fait l'essence de leur mode de vie. Ils ne peuvent plus chasser, ce qui leur permettait de vivre. Spoliés de leur terre et parqués dans des réserves pour permettre aux Américains d'origines Européennes de s'étendre encore un peu plus.

Cette politique s'accompagne de lois ayant pour ambition de supprimer toute la culture et l'identité des Awoniens. Ils n'ont plus le droit de parler leur langue, plus le droit de pratiquer leur religion...
Les conséquences sont gravissimes pour les Awoniens. Non seulement ils perdent leur identité, leur culture mais en plus ils n'ont plus de quoi subvenir à leurs besoins. Certains sont morts affamés, d'autres comme les Creeks sont décédés de désespoir.


Ce génocide Indiens qui a fait entre 80 et 100 millions de morts au total et 18 millions
pour l'Amérique du nord n'a pas suffit aux colons Américains qui ont tués en plus vingt huit millions d'Africains. Comme les colons américains trouvaient que les indiens ne tenaient pas le choc quand on les mettait en esclavage, ils ont décidé de faire la traite. Des bateaux partaient d'Europe pour rejoindre les Côtes Est Africaine afin de capturer des Africains pour les mettre dans des navires (que l'on nomme négrier). Ces Africains étaient ensuite vendus comme esclave en Amérique. Il faut donc ajouter à ce génocide indien de 80 à 100000 personnes, celui des Africains comptabilisé à 17 267 000 personnes (source wikipédia démocide)

Ce sont malheureusement les porteurs de la maladie consumériste qui ont gagné. Ce sont eux qui gouvernent le monde actuellement. Ce sont eux qui ont détruit notre belle planète. Combien de temps va-t-on les laisser décider de notre sort ?

http://institproentraideantiviolencesaenfantsantifranceafric.blogs.nouvelobs.com/tag/awoniens 


 LIRE AUSSI

mardi 10 juin 2014 Awoniens Des Innovants mis en lumière par le postmarxisme quand les mal-nommés « Amérindiens » restent les victimes de l'idéologie smitho-marxiste

  Jacques Chirac, alors président de la République française, a explicitement parlé en 2005, dans une conversation privée avec un journaliste, de l'existence — selon lui — d'un génocide amérindien qui aurait été perpétré après les conquêtes espagnoles au XVIe siècle : « Après l'arrivée des hordes hispaniques en Amérique, c'est un des plus grands génocides de l'histoire de l'humanité, qui a été perpétré : 80 millions d'Amérindiens massacrés en un peu plus de cinquante ans, du Mexique à la Terre de Feu, voilà le travail ! Tout ça, au nom de l'or et de la prétendue supériorité de notre religion !

Wikipedia

1 commentaire:

  1. vous avez tout dit,triste réalité malheureusement,j'ai 68ans et depuis 20 ans j'ai comme surnon lakota enyeto ( qui marche comme un ours)le plus grand predateur de l'homme est bien lui meme,et pour finir je dirais qu'une chose,RESPECT a tout ce peuple.

    RépondreSupprimer

Les commentaires seront publiés après approbation, merci de votre compréhension.