samedi 5 décembre 2015

La leçon de l'aigle !



L'aigle a la plus longue vie de tous les spécimens de son espèce : Il peut vivre jusqu'à 70 ans.
Mais pour atteindre cet âge, l'aigle doit prendre une difficile décision en atteignant 40 ans : 

1 - Ses longues serres devenues trop flexibles ne peuvent plus se saisir de la proie qui lui sert de nourriture. 

2 - Son long et pointu bec devient trop coudé.


3 - Ses ailes sont devenues trop lourdes en raison de leurs nombreuses anciennes plumes épaissies, et elles rendent son vol difficile. 



Alors, l'aigle fait face à un choix difficile :
mourir ou passer par un processus douloureux de changement qui durera 150 jours... soit 5 longs mois.

Ce processus exige que l'aigle vole jusqu'en haut d'une montagne sur son nid. Là, l'aigle va frotter et frapper son bec contre une roche jusqu'à ce qu'elle l'érode. Après cela, il attendra la repousse d'une corne neuve et rigide qui formera un nouveau bec.
Ensuite, il tentera d'arracher et d'user ses serres. Après cela de nouvelles serres se développeront selon un processus de repousse permanente.
Puis encore, l'aigle commencera à plumer ses plumes âgées. Après cela, des plumes neuves plus légères et plus souples repousseront.
Et enfin, après ces cinq mois de douloureuse patience, l'aigle prendra son vol célèbre de renaissance et pourra vivre ses 30 années supplémentaires. 
Pourquoi le changement est-il parfois nécessaire pour nous aussi ? Souvent, pour survivre, nous devons, nous aussi, commencer un processus de changement. Nous devons alors parfois douloureusement nous débarrasser de veilles habitudes, souvenirs, coutumes. C'est seulement libéré du fardeau du passé que nous pouvons alors profiter du présent et de l'avenir.
C'est la leçon de l'aigle.  

Auteur inconnu : texte de tradition amérindienne, basé sur des faits réels

6 commentaires:

  1. Le monde vivant et tout ce qui le compose est le meilleur maitre.
    A nous de suivre son exemple et de prendre notre vie en mains.

    RépondreSupprimer
  2. Ce texte est super 👍 on reconnaît bien la la sagesse amérindienne et le sens de l'observation.en tout cas merci 😉 👍

    RépondreSupprimer
  3. C'est effectivement un bel enseignement mais on y voit de la souffrance alors que ça n'est peut-être pas le cas?
    Au niveau humain, la douleur peut être vraiment limitée voire "oubliée" par l'acceptation et nous sommes soutenus quand nous choisissons de vivre depuis le cœur, avec tendresse pour tout ce que nous sommes et en prenant une décision ferme et concertée ou dans l'harmonie des corps.
    Merci Chris pour ce bel article ;-)

    RépondreSupprimer
  4. merci pour ce texte qui exprime la sagesse, et surtout il faut passer par des moments difficiles pour le changement s'opère ! beau message !
    merci

    RépondreSupprimer
  5. Je viens de faire une recherche dans le domaine des sciences pour m'assurer que cela est possible, cette «mue» de l'aigle. C'est une légende. C'est faux. Impossible.

    RépondreSupprimer

Les commentaires seront publiés après approbation, merci de votre compréhension.