lundi 3 août 2020

LA DOUBLE FACE DU SYSTÈME BILL GATES ?

Une grande pièce de théâtre !



A TA SANTÉ #6 : Facebook, Bill Gates, Chloroquine, manifestation, Covid-19



Les réseaux sociaux durcissent la modération des messages en faveur de l'hydroxychloroquine. Twitter, Facebook et YouTube ont supprimé une vidéo dans laquelle des médecins défendent l'usage du médicament contre le Covid-19.

 https://www.lefigaro.fr/secteur/high-...

 Mark Zuckerberg a indiqué que pour protéger les utilisateurs de Facebook il était important de censurer les posts qui pouvaient les mettre en danger vis-à-vis de traitements dangereux. 

 https://www.lemonde.fr/pixels/article... 

 Mark Zuckerberg préférant en effet s’allier à Bill Gates pour unir leurs efforts dans la recherche d'un traitement contre le Covid-19

Mark Zuckerberg qui a fait en mars un don de 25 millions de dollars au "COVID-19 Therapeutics Accelerator", un fond mis en place par la fondation Bill et Melinda Gates. 


https://www.businessinsider.fr/bill-g...

 Bill Gates qui selon The Sun vient d’avertir que de multiples doses de tout vaccin contre le coronavirus pourraient être nécessaires pour être efficaces et que les écoles devraient rester fermées pendant une année supplémentaire.
The Sun rapporte : Le milliardaire de Microsoft, M. Gates, a déclaré que la Maison Blanche avait commis de « graves erreurs » en prédisant que les écoles pourraient être fermées jusqu’à l’automne 2021.

https://www.thesun.co.uk/news/1220191...

https://www.anguillesousroche.com/san... 

Un projet qui ne semble pas plaire aux centaines aux 500 000 manifestants de ce samedi 1er août à Berlin, où France 24 nous apprend qu’ils s’étaient réunis cette mobilisation intitulée "fin de la pandémie, jour de la liberté". "Bas les masques", "pas de vaccination obligatoire", "retour des libertés !" étaient ainsi scandés. En vue de l'abolition des mesures restrictives mises en place pour combattre le Covid-19. Selon les manifestants, ces mesures devraient disparaître. En effet, pour eux, la crise sanitaire est désormais passée.

"C'est une pure tactique de peur : je ne vois pas du tout de danger avec le virus", a affirmé à l'AFP Iris Bitzenmeier.

Selon la police cette mobilisation ne regroupait pas 500 000 mais 20 00 personnes avec qu’elle ne disperse la foule et il s’agissait de complotistes et militant d’extrême droite.
500 000 militants d’extrêmes droite ? En fait la deuxième vague ne serait pas celle d’un virus mais d’un retour du nazisme si on en croit police et médias. 
2001, 1 million de personnes, 2020, 20 000 selon les médias

2001, 1 million de personnes, 2020, 20 000 selon les médias


 https://www.france24.com/fr/20200801-... 

Marginalisation toujours La ZAD de la Dune expulsée et brûlée en plein confinement.

https://lareleveetlapeste.fr/la-zad-d... 

Ils échapperont en tous cas à ce problème rapporter par le site Lanutrition.fr : Une recrudescence de l’épidémie due à la climatisation. Avec cette canicule on peut donc oublier le Rivotril pour les Ephad, il suffira de promulguer une loi visant à interdire la climatisation dans les hospices pour économiser quelques médicaments et achever les vieux qui ont survécut à cette euthanasie généralisée. 

https://www.lanutrition.fr/covid-19-l...

dimanche 2 août 2020

En lisant ce message de Joanna Wheeler, j’ai changé d’avis


J’AI DÉCIDÉ DE PORTER LE MASQUE (mode "Mougeon" ON)

J'ai vu la lumière et il est évident que je me suis trompée.

Les masques préviennent les virus mais sont également très sûrs.
J'ai décidé de porter mon masque à tout moment.
Je le porterai au magasin, dans ma voiture, sur la plage et je le porterai même à la maison.

J'ai également commencé à porter des préservatifs à tout moment, car la protection à tout moment est très importante.

Si j’ai appris quelque chose, c’est que notre gouvernement nous aime, ne nous ment jamais et a toujours notre meilleur intérêt à l’esprit.
L'histoire montre qu'il faut toujours faire confiance au gouvernement sans aucun doute.
Ils sont grands.

Je vais aussi prendre tous mes vaccins parce que pourquoi quelqu'un voudrait-il nous rendre malades ?
Il est temps de faire confiance à toute la science, tout comme nous devrions faire confiance au gouvernement.

J'ai recommencé à boire du fluor parce que le gouvernement le recommande et j’utilise également cet incroyable dentifrice fluoré pour aider à renforcer mes dents.

J'ai commencé à consommer des aliments génétiquement modifiés parce qu'ils sont définitivement les mêmes que les aliments biologiques.
L’alcool fait partie de notre meilleure vie, alors je bois aussi tous les jours.

Plus important encore, je regarde à nouveau la télévision et je reçois toutes mes informations des médias grand public. Ils sont formidables pour nous donner des informations factuelles et j'aime la façon dont ils travaillent directement avec le gouvernement pour nous apporter la vérité et nous dire comment vivre nos vies, nous tenir au courant de tous les derniers points de vue que je devrais avoir, intérêts que je devrais partager, des gens que je devrais détester et des choses à faire pour garder mon identité cachée lorsque je rapporte les actions de mes voisins, amis et surtout des membres de ma famille.

Je veux être comme tout le monde, ce qui est une autre raison de se cacher.

J'adore me tenir sur tous ces petits panneaux sur le sol dans les magasins qui m'indiquent dans quelle direction je devrais aller, alors je me distancie correctement dans le but de protéger tout le monde. C’est aussi très amusant de suivre toutes les flèches dans ces magasins qui vous indiquent où aller, car c’est comme «WHOA! Où m'emmenez-vous ensuite ??? "Tellement amusant !
C’est une course exaltante.

Je suis également désolé pour tout le monde parce que j'ai publié beaucoup de choses qui ont été démystifiées par les vérificateurs de faits et les snopes, donc je suis vraiment désolé de me tromper et je suis heureux que ces sources fiables d'informations factuelles aient pu me corriger.

Il est bon de savoir que les médias veulent que nous ayons tous les informations les plus à jour et les plus exactes à tout moment.

Quoi qu'il en soit, qui est prêt pour ce vaccin anti-covid accéléré ?
Je pense que la partie la plus excitante est d'obtenir un vaccin non testé qui contient de l'ADN fœtal avorté.
C’est comme si nous étions des pionniers de l’avenir scientifique et que nous faisons notre part pour que l’humanité se porte volontaire pour ce vaccin afin de prouver notre amour et notre loyauté à nos dirigeants gouvernementaux bien-aimés et transparents qui nous aiment tous sans condition.
Ils font en sorte que je me sente en sécurité, en sécurité et pris en charge.
Et vous ?

Sans compter que nous pouvons probablement obtenir la micropuce en même temps afin que le gouvernement puisse nous protéger en nous surveillant encore plus étroitement à tout moment.
Je sais à quel point ce que cela signifie pour eux, alors ce DOIT être une action nécessaire.
Droite ?

De plus, avec l'arrivée de la société sans numéraire, nous devrons être bons et suivre les commandes afin d'être payés via notre puce électronique, donc je veux vraiment faire un effort pour être le meilleur citoyen que je puisse être.

Tout dépend de la «nouvelle normalité » que nous contribuerons tous à créer.

C'est incroyable la rapidité avec laquelle tout le monde s'est conformé et cela vous fait réaliser à quel point tout le monde doit vraiment se soucier les uns des autres.
Je veux dire, pourquoi les gens qui sont obèses morbides, qui prennent du fast-food et s'arrêtent au magasin d'alcools, seraient-ils également masqués ?

De toute évidence, tout le monde se soucie profondément de la santé et du maintien en bonne santé.

Arrêtez d'être égoïste et faites ce qu'on vous dit, ne sommes-nous pas tous dans le même bateau ?
Je veux dire, quelle est la grandeur du Nouvel Ordre Mondial pour nous unir tous et nous rapprocher ?

Cela me donne juste la chair de poule de me sentir tellement aimée par ceux qui contrôlent ........
Et vous ?

Alexandra Henrion-Caude, généticienne : « Covid-19 : fin de partie, reprenons nos esprits ! »

La directrice du SimplissimA Research Institute, le Pr Alexandra Henrion-Caude, suit la crise de la Covid-19 de près depuis ses débuts, particulièrement l’évolution des recherches publiées et diffusées dans les milieux médicaux et scientifiques. Si elle nous offre un éclairage original du bilan global de ce confinement, elle explique aussi ici, avec clarté et simplicité, toutes les formes de la maladie et pourquoi elle considère risquée une stratégie vaccinale étendue contre le nouveau coronavirus. Elle espère un réveil collectif sur une compréhension des gestes hygiéniques de base, et rappelle aux leaders comme à chacun l’importance fondamentale de prendre conscience de notre capital santé et des mesures de prévention.

La suite ICI

Les quatre Yugas et notre époque...

Quatre âges ou yuga empruntent leur nom à quatre faces d'un dé :

krita, la face qui présente quatre points,

trétâ, celle qui en présente trois

dvâpara, celle qui en présente deux,

et enfin kali, la face qui présente un point.

 

Selon les Purâna et le Mahâbhârata, le Krita Yuga est l'âge d'or dans lequel tous les hommes sont vertueux et heureux ; comme on y vit heureux, le besoin d'échapper au cycle des réincarnations ne se fait pas vraiment sentir. C'est l'âge de l'accomplissement et de la sagesse, de la pureté, de la plénitude, de la satisfaction. Dans ce premier âge, règnent la justice, le bonheur, la fécondité. Les hommes, tous vertueux, vivent très longtemps. La mort est un passage parfaitement conscient d'une condition à une autre. Le roi de cette période est le mythique Prithu, né du feu, qui trait " la Vache qui exauce  les désirs", la Vache divine qui nourrit tous les êtres.

 

Dans le Trétâ Yuga se font sentir les premiers signes de déclin progressif des valeurs spirituelles, avec l'irruption de la cupidité et le désir de possession de biens matériels. C'est l'âge des trois feux rituels, qui voit le développement des civilisations sédentaires, agricoles et urbaines. Les hommes sont soumis à la mort, dans le sens actuel du mot, au fait de souffrir, de travailler, de prier les dieux ; la communion naturelle avec le monde divin commence à se perdre. La notion du Dharma commence à s'estomper (ordre cosmique, lois de la nature).

 

Le Dvâpara Yuga est caractérisée par l'avidité, la vice et la fraude. C'est l'âge du doute qui voit naître les religions et les philosophies qui questionnent. L'homme perd le sens de la réalité divine du monde et s'éloigne encore plus du Dharma. Le taureau du dharma ne marche plus que sur deux pattes.

 

Enfin, le Kali Yuga, l'"âge des conflits",  l'époque actuelle, âge funeste et obscur. Tout est décadence et douleur, la souffrance au sein du Samsara y est à son maximum. Ainsi que la soif de délivrance. Le Kali Yuga débute avec la mort de Krishna, en 3102 av. J.-C., et s'achèvera quand une nouvelle descente de Vishnou, un nouvel avatar, dans environ 427 000 ans, ramènera l'ordre et le bonheur sur terre (Krita Yuga).

 

A noter que cette date de 3000 avant JC est fortement présente dans l'histoire humaine, comme une date butoir dans la mémoire collective. Quelques exemples :

. début du calendrier maya (3113 avant JC)

. règne du Pharaon Ménès, unificateur de l'Egypte, première dynastie de l'Ancien Empire

. Premières écritures à Sumer, dans le bassin de l'Indus, en Egypte

. Mythe du déluge en Mésopotamie, repris par la Bible

. Civilisation minoenne en Crète

 

Ces quatre ères cosmiques forment le Mahâ-Yuga ("grande époque") et se répartissent de la manière suivante :

 

Krita Yuga :         4800 années divines =          1 728 000 années humaines

Trétâ Yuga :         3600 années divines =          1 296 000 années humaines

Dvâpara Yuga :     2400 années divines =          864 000 années humaines

Kali Yuga :           1200 années divines = 432 000 ans années humaines

Mahâ-Yuga :        12 000 années divines = 4 320 000 années humaines


Aux diminutions progressives de la durée de chaque nouveau yuga correspond sur le plan humain une diminution de la durée de la vie accompagnée d'un relâchement des moeurs et d'un déclin de l'intelligence.

 

Cette décadence continue sur tous les plans biologique, intellectuel, éthique, social, etc et prend plus particulièrement du relief dans les textes puraaniques. Le passage d'un yuga à l'autre a lieu, comme nous l'avons vu, au cours d'un crépuscule qui marque un decrescendo même à l'intérieur de chaque yuga, chacun d'eux se termine par une étape de ténèbres. A mesure que l'on s'approche de la fin du cycle, c'est-à-dire du quatrième et dernier yuga, les ténèbres s’épaississent. Le kali-yuga, celui dans lequel nous nous trouvons actuellement, est considéré d'ailleurs comme “ l'âge des ténèbres”. Le cycle complet se termine par un pralaya: dissolution, qui se répète d'une manière radicale, et le 1000ième cycle se termine par le mahaapralaya: la grande dissolution.

 

Les Puranas décrivent largement les caractéristiques du Kali yuga :

 

"Les gens choisissent de préférence les idées fausses. Ils n'hésitent pas à persécuter les sages. L'envie les tourmente. Il y aura de graves sécheresses. Les différentes régions des pays s'opposent les unes aux autres. Les livres sacrés ne sont plus respectés. Dans l'âge de Kali, se répandent de fausses doctrines et des écrits trompeurs. Les gens ont peur car ils négligent ls règles enseignées par les sages et n'accomplissent plus correctement les rites. Les chefs d'Etat ne protégeront plus le peuple, mais, au moyen des impôts, s'approprieront toutes les richesses. Les agriculteurs abandonneront leurs travaux de labours et de moissons pour devenir des ouvriers non spécialisés et prendront les mœurs des hors-castes. Beaucoup seront vêtus de haillons, sans travail, dormant par terre, vivant comme des miséreux. Les gens accepteront comme articles de foi des théories promulguées par n'importe qui. On vénèrera de faux dieux dans de faux ashrams. Les gens prendront leur nourriture sans s'être lavés. Ils ne vénèreront ni le feu domestique ni les hôtes. Ils seront sans joies et sans plaisirs. Beaucoup se suicideront. Souffrant de famine et de misère, tristes et désespérés, beaucoup émigreront vers les pays où poussent le blé ou le seigle."

 

D'après le Linga Purana, "dans le crépuscule qui termine le Kali Yuga, un justicier viendra pour tuer les hommes vils. Son nom est Guerre (Samiti). Il errera sur toute la terre avec une vaste armée. Il tuera des millions d'hommes et la terre sera rasée. Les gens s'entre-tueront furieusement. A la fin, il restera çà et là des groupes de gens qui s'entre-tueront pour se voler mutuellement. Ils seront sans éducation, sans lois, sans honte, sans amour. Ils abandonneront leurs champs pour émigrer hors des frontières de leur pays. Ils auront faim, seront malades et connaîtront le désespoir. C'est alors que quelques-uns commenceront à réfléchir."

 

 

QUELQUES REMARQUES SUR LA DOCTRINE DES CYCLES COSMIQUES

 

Cette division quaternaire d'un cycle est susceptible d'applications multiples, et qu'elle se retrouve en fait dans beaucoup de cycles d'ordre plus particulier : on peut citer comme exemples les quatre saisons de l'année, les quatre semaines du mois lunaire, les quatre âges de la vie humaine; ici encore, il y a correspondance avec un symbolisme spatial, rapporté principalement en ce cas aux quatre points cardinaux.

 

D'autre part, on a souvent remarqué l'équivalence manifeste des quatre Yugas avec les quatre âges d'or, d'argent, d'airain et de fer, tels qu'ils étaient connus de l'antiquité gréco-latine : de part et d'autre, chaque période est également marquée par une dégénérescence par rapport à celle qui l'a précédée; et ceci, qui s'oppose directement à l'idée de « progrès » telle que le conçoivent les modernes, s'explique très simplement par le fait que tout développement cyclique, c'est-à-dire en somme, tout processus de manifestation, impliquant nécessairement un éloignement graduel du principe, constitue bien véritablement en effet, une « descente », ce qui est d'ailleurs aussi le sens réel de la « chute » dans la tradition judéo-chrétienne.

D'un Yuga à l'autre, la dégénérescence s'accompagne d'une décroissance de la durée, qui est d'ailleurs considérée comme influençant la longueur de la vie humaine; et ce qui importe avant tout à cet égard, c'est le rapport qui existe entre les durées respectives de ces différentes périodes.

 

Si la durée totale du Manvantara est représentée par 10, celle du Krita-Yuga le sera par 4, celle du Trêtâ-Yuga par 3, celle du Dwâpara Yuga par 2, et celle du Kali-Yuga par 1 ; ces nombres sont aussi ceux des pieds du taureau symbolique de Dharma qui sont figurés comme reposant sur la terre pendant les mêmes périodes.

 

La division du Manvantara s'effectue donc suivant la formule 10 = 4+3+2+1, qui est, en sens inverse, celle de la Tétraktys pythagoricienne : 1+2+3+4=10 ; problème inverse de la « quadrature du cercle », qui exprime précisément le rapport de la fin du cycle à son commencement, c'est-à-dire, l'intégration de son développement total; il y a là tout un symbolisme à la fois arithmétique et géométrique.


Quant aux chiffres indiqués dans divers textes pour la durée du Manvantara, et par suite pour celle des Yugas, il doit être bien entendu qu'il ne faut nullement les regarder comme constituant une « chronologie » au sens ordinaire de ce mot, nous voulons dire comme exprimant des nombres d'années devant être pris à la lettre; c'est d'ailleurs pourquoi certaines variations apparentes dans ces données n'impliquent au fond aucune contradiction réelle.

 

Ce qui est à considérer dans ces chiffres, d'une façon générale, c'est seulement le nombre 4.320, pour la raison que nous allons expliquer par la suite, et non point les zéros plus ou moins nombreux dont il est suivi, et qui peuvent même être surtout destinés à égarer ceux qui voudraient se livrer à certains calculs.

 

Cette précaution peut sembler étrange à première vue, mais elle est cependant facile à expliquer : si la durée réelle du Manvantara était connue, et si en outre, son point de départ était déterminé avec exactitude, chacun pourrait sans difficulté en tirer des déductions permettant de prévoir certains événements futurs; or, aucune tradition orthodoxe n'a jamais encouragé les recherches au moyen desquelles l'homme peut arriver à connaître l'avenir dans une mesure plus ou moins étendue, cette connaissance présentant pratiquement beaucoup plus d'inconvénients que d'avantages véritables. C'est pourquoi le point de départ et la durée du Manvantara ont toujours été dissimulés plus ou moins soigneusement, soit en ajoutant ou en retranchant un nombre déterminé d'années aux dates réelles, soit en multipliant ou divisant les durées des périodes cycliques de façon à conserver seulement leurs proportions exactes; et nous ajouterons que certaines correspondances ont parfois aussi été interverties pour des motifs similaires.


Source

samedi 1 août 2020

Covid-19 : La généticienne Alexandra Henrion-Caude vous dit tout - Le Zoom - TVL

Depuis que le Covid-19 est entré dans nos vies, on ne parle plus que de ça. Pour autant, beaucoup de questions restent aujourd’hui sans réponse. Parfois même, certaines ne peuvent être posées. Ancienne directrice de recherche à l’Inserm, Alexandra Henrion-Caude parle librement. Le virus vient-il d’un animal ou d’une manipulation humaine d’un laboratoire ? Que faut-il penser de la vaccination expérimentée de plus en plus aux quatre coins du globe ? Les conflits d’intérêt ont-ils ôté la liberté de la science ? Avec une humanité qui transparaît à chaque mot, Alexandra Henrion-Caude tranche avec la langue de bois des pseudos spécialistes du comité scientifique et livre sans détour les certitudes et les questionnements qui ressortent de cette crise inédite.

mercredi 29 juillet 2020

France soir: Chronique Covid N°15 – « Pourquoi encore affoler toute la population ? A quels intérêts cela profite-il ?

Voici un extrait caractéristique et significatif de ce que produisent les médias à partir des informations dites « officielles » :

En plus du seuil épidémique (dont on ignore la valeur pour la Covid-19), nous avons maintenant un seuil d’alerte (fixé à 50 nouveaux cas pour 100.000 habitants pour la Mayenne, souvenez-vous dans ma chronique N°13), et même un « seuil de vigilance » que je découvre avec vous, fixé à 10 nouveaux cas pour 100.000 habitants, tout cela est grotesque franchement !

 

Pourquoi ne pas définir un seuil d’éveil de la vigilance à 1 pour 100.000 habitants ?

Nous avons aussi la « vulnérabilité élevée » pour la Mayenne, la Guyane et Mayotte, et encore la « vulnérabilité modérée » pour la Gironde, le Finistère et les Vosges. Cette « nosologie » (classification des maladies) est définie à partir de la synthèse de plusieurs indicateurs sans qu’on nous dise lesquels et avec quelle pondération. Du grand n’importe quoi !

Le 24 juillet 2020 à 20h20 sur BFM-TV :

« Dans son communiqué du soir la Direction Générale de la Santé évoque une hausse du nombre de cas, plus de 1.000 cas positifs sur les dernières 24h, et en France, hors Guyane, l’augmentation est même de 26% par rapport à la semaine dernière, si l’on regarde sur 3 semaines ce qu’il s’est passé, c’est même +66% l’augmentation du nombre de cas »

La suite sur France soir



Un groupe de médecins américains appelé «Médecins de première ligne de l'Amérique» a tenu une conférence de presse sur la Covid-19, l'hydroxychloroquine, et plus encore devant la Cour suprême des États-Unis. Nous présentons ci-après la transcription et traduction de leur conférence de presse.  La vidéo a été postée sur les réseaux sociaux et a été virale puisque 34 millions de personnes ont vu le message.  La vidéo a été retirée puis remise sur d'autres réseaux. Les médias ont rapporté cet événement important avant d'être signalé et arrêté par plusieurs réseaux sociaux.    

Les participants à cette conférence de presse sont : Simone Gold, Dr Bob Hamilton, Dr. Stella Immanuel, Dr Dan Erickson, Dr James Todaro et le Dr Joe Ladapo. Ce sont des médecins qui ont été actifs sur les réseaux sociaux au cours de la pandémie. FranceSoir a été en contact avec le Dr Todaro notamment au moment de l'étude viciée de The Lancet. 

Bien des questions se posent sur le traitement de l'information au cours de la pandémie.   Le site de AmericasFrontLineDoctors vient d'être "censuré" informe le Docteur Todaro sur twitter.

dimanche 26 juillet 2020

Louis Pasteur VS Antoine Béchamp


Monomorphisme versus Pléomorphisme bactérien

Auteur: Dr Philippe-Gaston BESSON

Source: http://www.ateliersante.ch/bechamp.htm#Béchamp



La "doctrine" du monomorphisme bactérien.

PASTEUR, KOCH


A la fin du 19ème siècle, les bactériologistes Louis Pasteur (1822-1895) et Robert Koch (1843-1910) se rendent célèbres pour leurs travaux en microbiologie, et jettent les bases de la doctrine du monomorphisme.

Cette doctrine énonce que les bactéries apparaissent sous une forme constante et définie, et ne peuvent pas en changer.


Koch découvrit que certains bacilles étaient responsables, chez l'animal, de la tuberculose et du choléra (bacille de Koch), et il fut dès lors généralement admis qu'un type spécifique de bacille était capable de déclencher une maladie précise.

Peu de temps plus tard, de nombreux agents bactériens furent découverts, responsables chacun d'une maladie donnée.

Ces travaux révélèrent la diversité et l'importance du monde bactérien.

A la même époque le botaniste et naturaliste allemand Julius Cohn (1828-1898) contribua à implanter l'idée du monomorphisme en classifiant les bactéries en groupes et espèces en fonction de leur morphologie (structure et forme) et de leur caractéristiques biochimiques, comme on le fait en botanique pour les plantes.


Ces personnalités dominant le monde scientifique de leur époque, ont fortement influencé les recherches postérieures en bactériologie. Leur point de vue s'imposa dès lors comme un dogme, énonçant que toute colonie d'une espèce bactérienne ne peut prendre qu'un seul aspect.


Conséquences de la doctrine du monomorphisme :

1 - Des résultats spectaculaires immédiats :

C'est à partir des conclusions pastoriennes que les bases de la chimiothérapie anti-bactérienne et de la thérapeutique moderne en général ont été jetées.

D'une part le dogme de la stérilité du milieu intérieur faisait de chaque bactérie un ennemi potentiel de l'organisme, responsable d'une maladie. D'autre part, le dogme de la fixité des espèces bactériennes ouvrait la porte à la possibilité de mettre au point un moyen de lutte spécifique et approprié pour chaque espèce.
Depuis Pasteur, le microbe est devenu l'adversaire dont il faut se débarrasser à tout prix.
Les espèces bactériennes sont donc sélectionnées cultivées et étudiées en milieu artificiel. Elles sont soumises à des agents thérapeutiques, pour observer leur comportement en présence de ces produits. Des conclusions sont tirées de ces études, et ces agents thérapeutiques sont utilisés chez l'homme pour se débarrasser de ces mêmes types de bactéries.

Les produits issus de ces recherches portent le nom d'anti-biotique (anti-vie), et il est incontestable qu'ils ont sauvé des millions de vies menacées par des infections aigues.

2 - Effets catastrophiques à long terme :

Mais, l'utilisation intensive et systématique de ces drogues anti-microbiennes pour le traitement des infections chroniques à provoqué de profonds déséquilibres dans l'écosystème microbien de nos organismes, des phénomènes de résistance aux anti-biotiques, le développement d'infections fungiques chroniques tels que les candidoses, des perturbations de notre système immunitaire, et à induit des maladies dégénératives.

Si les antibiotiques sont encore à leur place dans le traitement d'infections aigues mettant la vie du malade en danger immédiat, ils sont maintenant totalement déplacés dans un emploi systématique quotidien pour des infections minimes.


Leurs effets secondaires constituent un réel problème dans le monde médical. De plus cette prescription réflexe systématique éloigne la médecine de sa véritable éthique qui est la prévention.

En supprimant le symptôme, ils ne résolvent pas le problème, qui est toujours un problème de fond.

Malgré tout, nombreux sont les médecins qui prescrivent des drogues anti-infectieuses puissantes pour des infections chroniques, alors qu'ils pourraient tout à fait apprendre à s'en passer.


L'apparition de plus en plus fréquente d'effets secondaires lors de ces traitements en étant la complication la plus immédiate qui oblige habituellement à l'arrêt de ces drogues.


Le dogme du monomorphisme, associé aux intérêts économiques et à bien d'autres facteurs a peu à peu orienté notre médecine vers la recherche de solutions thérapeutiques standards, efficaces pour une maladie, et qui donnerait des resultats positifs pour chaque cas. Cette position intelIectuelle, qui tend à ne considérer que la maladie et ses symptomes, n'a pas donné les résultats attendus. Voir/ sortir la Santé du marché


Le centre du problème ayant semble t'il été sous évalué voire négligé : l'homme dans sa nature unique et les manifestations multiples d'une même maladie.




Pléomorphisme bactérien

Les travaux de Béchamp

Trente ans avant l'instauration de l'idée du monomorphisme, le microbiologiste Antoine Béchamp, docteur ès-Sciences, docteur en médecine, en chimie, et en pharmacie, découvrait, à la suite de travaux expérimentaux et d'observations minutieuses, que toute cellule animale ou végétale est constituée de petites particules capables, sous certaines conditions, d'évoluer pour former des bactéries qui continuent à vivre après la mort de la cellule dont elles proviennent.

Béchamp appela ces petits éléments autonomes, des "mycrozimas".

Béchamp et Pasteur qui étaient contemporains, s'opposèrent farouchement pour défendre leurs théories bactériennes devant les milieux scientifiques de l'époque.

Pasteur défendait la théorie selon laquelle toute maladie infectieuse était causée par des micro-organismes invariables dans leur forme et provenant TOUJOURS de l'extérieur de l'organisme, le milieu intérieur de tous les organismes vivants étant stérile.


Béchamp voyait à la maladie une origine interne, et affirmait que toute matière organique est sujette à des modifications naturelles dus à des processus normaux de fermentation. Ces processus provoquent, dans des conditions pathologiques, le développement des mycrozomas et aboutissent à la formation de bactéries ayant des propriétés de putréfaction et de fermentation.


Pasteur, qui etait chimiste, n'avait pas compris l'importance capitale du milieu et de la bonne santé d'un organisme comme élément essentiel de résistance à la maladie.


Indifférent à l'ambition personnelle, Antoine Béchamp était modeste et confiant, sincère et enthousiaste, pénétré de l'idée du devoir, de la recherche et de la vérité et de la nécessité de la dire. Il négligera toujours toute publicité, et ne fera aucun effort pour rechercher des relations influentes.

Pasteur lui, était un homme médiatique, arriviste et sans scrupule, génie de la publicité et des relations publiques.

En 1900, Béchamp s'était un jour indigné en ces termes : "Je suis le précurseur de Pasteur comme le volé est le précurseur de la fortune du voleur heureux et insolent qui le nargue et le calomnie"...


Pourtant, sur son lit de mort, Pasteur aurait reconnu la pertinence des travaux de son rival en énonçant cette phrase célèbre : "Béchamp avait raison, le microbe n'est rien, le terrain est tout".


Dans son livre "Béchamp ou Pasteur ?" E. Douglas Hume décrit et objective admirablement cette lutte.


Malgré l'importance des travaux de Béchamp, la grande majorite des microbiologistes du début du 20ème siècle furent influencés par les travaux de Pasteur, et la doctrine du monomorphisme microbien est celle qui domine encore actuellement la pensée scientifique de la bactériologie modeme.

vendredi 24 juillet 2020

Le 4 ème singe actuel !



Masque & Covid : Les explications d'un vrai scientifique et chercheur indépendant

Un document majeur, apte à convaincre les plus influencés par la propagande officielle !
De passage à Ottawa, ThéoVox Actualités a eu l'honneur et le privilège d'échanger avec M. Denis Rancourt Scientifique et Chercheur qui les a reçu à son domicile. M. Denis Rancourt a été : - Scientifique, chercheur et ancien professeur à l'université d'Ottawa - Il a pratiqué plusieurs domaines de la science - Il a été financé par une agence nationale - Il a dirigé un laboratoire reconnu internationalement - Il a publié plus de 100 articles dans des revues scientifiques importantes - Il a publié plusieurs essais de commentaires sociaux. Il travaille aujourd'hui comme scientifique et chercheur à l'Association des libertés civiles de l'Ontario. Il est sans contredit un chercheur émérite ayant fait sa marque non seulement au Canada mais à travers le monde. Ayant fait plusieurs recherches sur diverses controverses rattachées à la pandémie de la covid-19, il répond ici aux questions notamment sur le port du masque, le confinement et la distanciation sociale.Artémisia Collège

Les masques de la honte ! Encore les abus du pouvoir !

L’avocat Me Carlo Alberto Brusa a réalisé une vidéo très intéressante sur sa page Facebook dans laquelle il explique dans le détail pourquoi l’obligation de porter des masques en France ne repose sur aucun texte légal.




#Inside19 - Touches pas a mon masque !

A quoi servent les masques ?

dimanche 19 juillet 2020

Voyager autrement avec le WWOOFing

wwoofing
Depuis quelques temps, nos préoccupations écologiques s’invitent même en vacances : quid de l’impact écologique des trajets en avion ? De l’impact du tourisme de masse sur les écosystèmes et les populations qui y sont confrontés ? Doit-on forcément aller très loin pour se dépayser ? Il y aurait beaucoup à dire sur l’impact écologique de nos voyages ! Mais aujourd’hui, nous allons parler d’une pratique en particulier : le WWOOFing.

Qu’est-ce que le WWOOFing ?

Le WWOOFing consiste à aller passer de quelques jours à quelques semaines dans une ferme biologique, en France ou à l’étranger afin d’apporter une aide en échange du gîte et du couvert.
Attention, il ne s’agit pas d’être simplement exploité ! L’idée forte du WWOOFing se trouve justement dans l’échange de compétences et l’acquisition de compétences et de connaissances.
Certes, vous allez prêter main forte dans une exploitation. Mais, en échange, vos hôtes vont vous apprendre des techniques, et vous apporter leur savoir-faire. Ils vont aussi partager avec vous leurs repas et leur expérience.

L’origine du WWOOFing

Le woofing est né dans les années 1970 à Londres dans le but de permettre à des citadins d’aller « au grand vert » tout en soutenant l’agriculture biologique.
Le mot « WWOOF » signifiait à l’origine : « Working Week-ends on Organic Farms » (week-ends de travail dans des fermes biologiques). Mais, le mot « travail » pouvant poser problème, la signification des lettres a été changée en 2000. Depuis, elle signifie donc « World-Wide Opportunities on Organic Farms », c’est-à-dire : « opportunités dans des fermes bio du monde entier ».
Aujourd’hui, cette pratique a toujours le vent en poupe et s’est beaucoup élargie. En effet, ce ne sont plus seulement des citadins en quête de nature qui tentent l’aventure, et elle s’est étendue au monde entier !

La suite ICI

Vivre et apprendre dans des fermes et jardins biologiques: WWOOF France