Entretien avec Pierre Hillard à propos de l’intervention française au Mali





Mecanopolis : Dans votre texte, « Un plan sioniste contre le monde arabe », vous indiquez que la « balkanisation des pays arabes » est un plan sioniste. Vous le démontrez d’ailleurs en citant « The zionist plan for the Middle East ». Pensez-vous que l’intervention de la France au Mali participe à l’accélération de ce processus ?
Pierre Hillard : Suite aux événements qui ont secoué les pays arabes depuis 2011, nous assistons à une extension de ces troubles. Malheureusement, la France de François Hollande continue le travail délétère de Nicolas Sarkozy. Rappelons que notre président de la République est « Young Leader » de la Fondation franco-américaine dont une des têtes pensantes et agissantes s’appelle Frank Carlucci, ancien patron du groupe Carlyle très impliqué dans les attentats du 11 septembre 2001. Ajoutons aussi que Carlucci était, entre autres, l’ancien directeur-adjoint de la CIA. Pour arriver à la tête de la présidence, il faut montrer patte blanche. François Hollande a sûrement apporté des gages de fidélité. Le système a misé sur lui. Ce dernier doit maintenant renvoyer l’ascenseur. L’intervention française au Mali, en n’oubliant pas l’arrière-fond économique (or, pétrole, uranium…), est la continuation logique du processus de déstabilisation des pays arabes. Il est vrai que des mouvements islamistes fanatiques progressaient vers le Sud du Mali. Mais nous ne devons pas oublier que l’intervention franco-anglaise contre la Libye de Kadhafi a permis d’armer ces rebelles qui, maintenant, se retournent contre nous. Nous avons été pyromane et nous devenons pompier. Cette politique de Gribouille est sans fin. Le risque est grand que ces méthodes désastreuses ne fassent tâche d’huile et déstabilisent l’Algérie et le Maroc. Après tout, pour les tenants du mondialisme, tout le monde doit être à la fête.

La terminologie employée par le ministre de la Défense, Jean-Yves le Drian, qui indiquait dès le début de l’opération SERVAL, que la « France est en guerre contre le terrorisme », de même que la déclaration du président Hollande, samedi dernier lors de ses vœux à Tulle, qui n’a pas hésité à prétendre que « les terroristes au Mali représentent un danger pour le monde entier » n’est pas sans rappeler la dialectique de l’administration Bush au lendemain des événements du 11 septembre 2001. La France a-t-elle un intérêt à faire en sorte que la théorie du « Choc des civilisations » devienne une réalité ?
PH : D’abord, rappelons les origines de l’expression « Choc des civilisations ». C’est Bernard Lewis, Juif anglais naturalisé américain et proche de Zbigniew Brzezinski, qui a théorisé cette formule en 1957 dans son ouvrage « Islam ». Samuel Huntington n’a fait que reprendre cette expression en 1992 qui a fait florès par la suite. Lewis, acquis à l’idée de recomposer les Etats arabes, a profondément marqué les élites dirigeantes américaines. Ce n’est pas l’effet du hasard si le lieutenant-colonel Ralph Peters a publié dans la revue militaire américaine AFJ, en juin 2006, une carte du Proche-Orient balkanisée en fonction des critères ethniques et religieux. Son auteur a pu publier son article, intitulé tout simplement « Frontières de sang » ainsi que la carte, parce que le comité de rédaction de cette revue militaire était en communion de pensée avec ce genre de politique. Ajoutons que Ralph Peters dans le New York Post du 22 juillet 2006 n’hésitait pas à se déclarer pro-israélien. Précisons que l’article d’Oded Yinon – appelant à une balkanisation des pays arabes en 1982, en particulier en prônant l’éclatement de l’Irak en trois zones (kurdes, sunnites et chiites), publié à l’origine dans la revue « Kivunim » (voir les références) – obéit aux mêmes critères. En publiant la carte du « grand Israël » avec les noms de Theodor Herzl et du rabbin Fischmann (les sources d’origine sont indiquées en bas de la carte) ainsi que le texte évoquant la balkanisation des pays arabes, les membres du comité de rédaction et le rédacteur, Yoram Beck, ont cautionné les propos brûlants de son auteur. Il serait intéressant d’étudier les CV des dirigeants de cette revue qui doivent, il y a de grandes chances, fréquenter les milieux sionistes. Admirons, si l’on peut dire le texte d’Oded Yinon qui, en 1982, annonçait cette politique de déstabilisation des pays arabes. Même en retenant cette hypothèse absurde d’un Yinon agissant seul, on pourrait lui décerner la palme de grand visionnaire car tout ce qui se passe depuis 2011 est conforme à ses dires. Alors, pour répondre à votre question, il va de soi que la France s’engage dans une politique folle en attisant le « Choc des civilisations ». En effet, cela ne peut aboutir qu’à un chaos généralisé. Dans la mystique maçonnique, le chaos est nécessaire pour passer à un niveau supérieur (« Ordo ab chao » selon la formule). La France en fera les frais. N’oublions pas que le mondialisme est un messianisme.

Youssef al-Qardoui, président de l’Union Internationale des Savants Musulmans (Oulémas), ainsi que du Conseil Européen pour la Recherche et la Fatwa, de même que le président égyptien Mohammed Morsi, ont condamné l’intervention française au Mali. Pensez-vous que cela soit de nature à faire de la France le nouvel ennemi de l’Islam ?
PH : Disons que cela ne va sûrement pas arranger les choses. La France se range du côté des défenseurs d’Israël et du sionisme. Observons qu’on est bien loin de la politique arabe du général de Gaulle. Les événements allant en s’aggravant, la France va être entraînée dans un tourbillon suite aux tensions croissantes entre le monde arabo-musulman d’un côté, Israël et les organisations sionistes de l’autre. En tant que patriote français, des dirigeants dignes de ce nom n’ont pas à être pro ou anti-arabe comme à être pro ou anti-israélien. Il s’agit de défendre avant tout les intérêts économiques et militaires français et de maintenir intact sa civilisation romaine et catholique. La vraie politique doit se faire en fonction de ces critères. Nous en sommes loin.

Au-delà du risque d’attentats évident sur le territoire français, craignez-vous que le conflit malien puisse être, d’une certaine manière, importé dans l’Hexagone, en faisant éclater des tensions déjà exacerbées par la crise économique ?
PH : Evidemment, le risque est grand. On oublie trop les enseignements de l’histoire. Ils montrent que la force d’un pays réside dans son unité culturelle. La présence de populations issues de civilisations différentes de la France n’aide pas à l’apaisement. Quand on est acquis à la civilisation de son pays, on opte automatiquement pour un comportement qui sert ses intérêts. Le problème est que cet état d’esprit n’est pas celui de millions de personnes en France comme en Europe. La colère de populations extra-européennes peut être attisée par une minorité pour accélérer le processus conduisant à un affrontement entre l’Occident et le monde arabo-musulman. Il va de soi que la crise économique et financière est un merveilleux outil pour déchaîner les haines conduisant à la guerre civile puis à la guerre tout court.

Avec un endettement de plus de 1900 milliards d’euros, un déficit de la balance commerciale de plus de 70 milliards pour 2012 – alors que, dans le même temps, l’Allemagne a réalisé un bénéfice de plus de 160 milliards -, une situation économique proche de la faillite et un taux de chômage record, ne pensez-vous pas que la France avait d’autres priorités que de se lancer dans une guerre à l’issue incertaine ?
PH : En fait, nous sommes esclaves d’une politique faite dans des cénacles anglo-américains et israéliens. Ces milieux sont prêts à nous sacrifier peu importe la situation économique désastreuse de la France. Le mal est trop engagé pour pouvoir faire demi-tour et nos laquais politiciens trop vils pour se reprendre. Nous aurons les conséquences : guerres et destructions en tout genre.

Entretien réalisé par Mecanopolis

Pierre Hillard est docteur en science politique (sous la direction d'Edmond Jouve, voir référence dans "Ouvrages") et essayiste français. Il a fait des études d'histoire, de sciences politiques et d'études stratégiques. Spécialiste du « mondialisme », il critique ce qu'il interprète comme un processus technocratique de décomposition des nations et d'unification du monde, passant par la constitution de « grands blocs continentaux ». Wikipedia

Commentaires

Articles les plus consultés