La technologie dans la peau : Nokia invente le tatouage vibrant

Après la perfide RFID Nokia aurait déposé un brevet aux Etats-Unis d'un tatouage (que l'on espère amovible) qui aurait la propriété de vibrer sur la peau lorsque l'on reçoit un coup de téléphone, un message électronique ou un SMS.
 
 
On n'arrête pas le progrès. Enfin, si l'on considère ce nouveau brevet comme un progrès, ce que chacun appréciera. Le groupe finlandais vient en effet de déposer un brevet à l'Office américain des brevets et marques déposées d'un tatouage qui pourrait envoyer une impulsion à la peau lorsque quelqu'un essaie de vous joindre.

Lorsque Frank Sinatra chantait "I've got you under my skin" que l'on peut traduire par "je t'ai dans la peau", il est certain qu'il ne pensait pas à une telle application. Toutefois en hommage à "The Voice", nous proposons à Nokia de baptiser sa trouvaille Sinatra et d'utiliser l'album Tattoo you des Stones comme illustration.

Trêve de plaisanterie, selon le brevet enregistré, le téléphone pourrait communiquer avec le tatouage au travers d'ondes magnétiques, le téléphone comme émetteur et le tatouage comme récepteur. Lorsque les ondes atteignent le tatouage, celui-ci enverrait une réponse tactile à la peau de l'utilisateur.

Le brevet suggère également qu'il sera possible de personnaliser la réponse physique selon l'appelant, à la manière des sonneries personnalisées. On imagine déjà le guili-guili délicieux pour son ou sa chéri(e) et la pique vengeresse du banquier ou de la belle-mère et toute autre combinaison que nos lecteurs voudront bien imaginer.

Selon le site unwired view qui a publié en premier cette information, le fonctionnement de cette "merveille" serait sensiblement similaire à ce qui se produit avec la synchronisation Bluetooth.

Le brevet Nokia suggère l'utilisation d'encre ferromagnétique, c'est-à-dire incorporant du fer ou de l'oxyde de fer. Avant de se placer sur la peau du "client", le tatouage serait démagnétisé par un chauffage à haute température. Il serait ensuite remagnétisé en frottant un aimant sur la surface tatouée. Le brevet indiquerait également deux possibilités : un vrai tatouage et une version moins invasive sous la forme d'un auto-collant doté de propriétés magnétiques.

Source:
Tout est fait pour pucer, traquer, espionner et même plus avec ces différentes ondes induites par ces dispositifs sous-cutanés pour fabriquer des moutons bien dociles.

Commentaires

Articles les plus consultés