Cette guerre au Mali qui tombe à pic pour François Hollande

C’est aussi pour tenter de faire oublier les conséquences désastreuses de sa politique économique et sociale au service de la grande bourgeoisie que Hollande a décidé d’envoyer des troupes au Mali.

Malheureusement, si l’on en croit les sondages, la propagande visant à justifier cette nouvelle intervention militaire hors de nos frontières n’est pas restée sans effet sur la population. [1] Cette guerre, dont Hollande a annoncé qu’elle durerait « le temps nécessaire », aura pourtant un coût important qui devrait suffire à faire réfléchir.

Le gouvernement ne parle-t-il pas en permanence d’austérité, de contraintes budgétaires et de réductions des dépenses publiques ?

Chaque jour d’entretien du dispositif militaire au Mali est estimé à 400.000 euros, nous dit-on. Quant au coût total, bien qu’on ne puisse prévoir la durée de cette opération, il se mesurera sans aucun doute en centaines de millions d’euros. [2] Est-ce à dire que l’argent qui manque tant pour les besoins de la population pourrait être dépensé sans compter dès lors qu’il est destiné à une guerre impérialiste ?

Hollande avait promis de lutter contre le despotisme des marchés financiers, le chômage, les injustices sociales... Mais c’est seulement au « terrorisme » au Mali, qu’il s’attaque !
Souvenons-nous de la guerre menée en Libye, guerre que les Français ont, dans leur majorité, eu l’imprudence d’approuver, au moins passivement.

Aujourd’hui, que constate-t-on ? Que la « révolution » dont on nous a tant vanté les exploits n’a abouti qu’à un chaos sanglant, au demeurant largement prévisible. Au point que les ressortissants occidentaux, craignant pour leur sécurité, sont contraints de quitter la ville de Benghazi devenue un fief des groupes « islamistes » armés.

Que dira-t-on de l’intervention au Mali, dans quelques mois, quand la réalité reprendra enfin ses droits sur la propagande ?

En attendant, ceux qui nous gouvernent savent, qu’au plan intérieur, la guerre reste un puissant moyen pour « fabriquer », tout du moins à court terme, un consensus permettant de perpétuer leur politique au profit de la classe dominante. Hollande, comme ses prédécesseurs, l’a bien compris quand, à propos de sa décision d’intervenir au Mali, il a déclaré : « Dans ces circonstances, le rassemblement des Français est une force supplémentaire pour la réussite de notre action ».

Inventer des ennemis extérieurs pour mieux servir les intérêts des puissants à l’intérieur, telle est la règle qui vaut en France, comme aux Etats-Unis.
PNG - 169.6 ko
Politique-spectacle : Hollande fait la promotion de sa guerre...
PNG - 179.4 ko
Et, pendant ce temps... à Vire (Calvados)
 
http://zebuzzeo.blogspot.fr/ 

Commentaires

Articles les plus consultés