Un mega-scandale fait chanceler le Premier ministre espagnol; les médias sociaux se moquent de son intervention télévisée



La semaine dernière, le quotidien espagnol El Pais a publié des documents qui semblent indiquer que le Premier ministre espagnol, Mariano Rajoy (Partido Popular - PP) aurait reçu des sommes versées par des entreprises privées. Les documents, qui émaneraient de la comptabilité du PP, suggère que Rajoy aurait reçu 25.200 euros chaque année de 1997 à 2008.
Ces documents auraient été élaborés par Luis Barcenas, l’ancien trésorier du parti, qui en avait été exclu en 2009 après avoir été au centre d’un scandale de financement illégal. Les enquêteurs avaient révélé que Barcenas possédait un compte bancaire à son nom en Suisse, et qu’à un moment donné, une somme de 22 millions d'euros s’y trouvait. A la suite de ces révélations, certains anciens membres du parti ont commencé à faire des révélations à la presse.
L'opposition espagnole a réclamé la démission de Rajoy, mais le Premier ministre est intervenu dans un discours télévisé au cours duquel il a nié les faits. « Je n'ai jamais reçu ni distribué de l’argent non déclaré » a-t-il déclaré, tandis que des milliers de manifestants protestaient à l’extérieur du siège du parti en brandissant des enveloppes (symboles de corruption) et en criant « voleurs » et « démission ». 
Une image où l’on voit des journalistes couvrant l’intervention télévisée de Rajoy pendant que ce dernier s’exprime sur un poste de télévision a fait le tour des médias sociaux. Les commentateurs estiment qu’en choisissant de s’exprimer dans le poste de télévision plutôt qu’en direct avec les journalistes, le Premier a fait preuve de lâcheté. Un montage sur Photoshop le montre même en train d’affronter la chancelière allemande Angela Merkel de la même manière. Enfin, un dernier montage compare le président des Etats-Unis, Barack Obama, avec le commentaire « un président qui se présente devant les journalistes » avec l’intervention télévisée de Rajoy, commentée « une put**n de honte ».
Une pétition en ligne a été lancée pour obtenir la démission de Rajoy et des dirigeants du PP. Elle avait déjà recueilli près de 770.000 signatures dimanche après-midi.

http://www.express.be/

Commentaires

Articles les plus consultés