L’anomalie de la Mer Baltique : un étrange objet circulaire de 180 mètres


« Quand nous sommes sortis et avons vu les murs qui étaient droits et lisses, cela faisait peur, comme dans un film de science-fiction » – Dennis Åsberg – Co-fondateur d’Ocean Explorer.
baltic_anomaly_updated_by_vaghauk-d54ecmn
Ceci se transforme en l’une des découvertes les plus étonnantes et troublantes de l’Histoire. Si vous pensiez que toutes les questions entourant l’anomalie de la Baltique trouveraient des réponses avec le voyage de retour, alors vous aviez tort …
Tout commence le 19 Juin 2011, lorsque l’équipe d’Océan X découvre un mystérieux objet de 197 pieds de diamètre dans la mer Baltique, alors qu’ils exploraient la mer Baltique entre la Suède et la Finlande à la recherche de trésors engloutis.
Depuis, deux autres opérations d’exploration ont été menées sur les lieux d’origine de la découverte.
L’équipe d’Ocean X a découvert des angles droits, des murs avec des surfaces absolument lisses et des cavités – comme des couloirs à l’intérieur de l’objet, ainsi que quelque chose ressemblant à un escalier – l’étrange est juste devenu encore plus bizarre.
Le Sonar 3D révèle des lignes parfaitement droites et des angles intégrés dans la structure ronde. Résumons les informations concernant cet objet :
L’ objet est circulaire, de 180 mètres de circonférence. Il ressemble à une forme de champignon, comprenant un gros pilier de 8 mètres de haut sur le fond marin, avec un dôme de 4 mètres d’épaisseur sur le dessus et la hauteur totale est de 12 mètres au-dessus du fond marin environnant.
Dans une interview à une radio suédoise récente entrevue, Aasberg décrit quelques caractéristiques étonnantes qui semblent indiquer que l’objet est fait de la main de l’homme, ou peut-être est-ce une formation naturelle qui a été altérée ou travaillée. Dans des entrevues radio et télévision différentes, l’équipe a décrit la surface de la coupole comme étant similaire au béton, à la fois dans la texture et l’apparence. Le pilier massif sur lequel repose le dôme peut être fait d’un matériau différent indiquant que l’anomalie n’est peut-être pas faite d’une seule pièce complète, mais plutôt deux objets distincts, avec le dôme posé sur le sommet du pilier principal, et si oui, qui ou quoi a placé ce dôme sur le dessus ? En outre, quand nous disons pilier… – C’est un pilier qui a environ 180-190 mètres d’épaisseur.
« Nous y sommes allés deux fois, et le point d’interrogation est devenu maintenant tellement grand », dit Dennis Åsberg. « L’endroit est une plaque complètement circulaire avec 180 mètres de circonférence, on estimait donc que c’était les premières traces d’un météore. »
« Mais il y a une piste de 1500 mètres dans le lit jusqu’à l’endroit où se trouve l’objet, et ils ont aussi découvert des angles droits, des murs avec des surfaces lisses et des cavités semblables à des couloirs à l’intérieur de l’objet -. Lorsque nous sommes sortis et avons vu les murs qui étaient droits et lisses, c’était effrayant, comme dans un film de science-fiction », « dit Dennis Åsberg d’Ocean X-Team dès qu’ils ont exploré l’objet inconnu à nouveau. »
Des cavités semblables à couloirs se trouvent à l’intérieur de l’objet. Il y a des parois droites et lisses dans certains endroits, avec de nombreux angles droits.
Il y a des formations visibles sur le dessus de l’objet, qui sont fixés à un angle de 90° et quelque chose qui ressemble à des passages ou des murs, ainsi que ce qui pourrait être un escalier.
 .
Des cercles de pierres, comme des « cheminées »,  et des pierres noires et dures « presque pétrifiées »  de quelques centimètres de diamètre, sur le dessus du dôme.
Pendant la plongée, l’équipe a nagé lentement au-dessus de l’objet en regardant vers le bas où ils ont rencontré le premier des nombreux sites étranges. Des cercles de pierre, comme des « cheminées », noires et dures  « presque pétrifiées » de quelques centimètres chacune de diamètre, comme 4 ou 5 perles d’un collier dans divers arrangements sur le dessus du dôme de 12 mètres de haut au-dessus du fond marin. Les pierres semblent être disposées dans des formes circulaires précises, il n’y a donc aucune possibilité que ce soit le fait d’un processus naturel dû au vieillissement, voire de glaciation.
Stefan Hogeborn, 47 ans, est un vétéran de 6000 plongées étalées sur ses 20 années de carrière. Il est l’un des plongeurs experts qui a été complètement hypnotisés par ce qu’il a vu. « Normalement les pierres ne brûlent pas», a déclaré Hogeborn. « Je ne peux pas expliquer ce qu’on a vu, et je suis allé là-bas pour répondre aux questions, mais je suis revenu avec encore plus de questions », a-il ajouté.
Dans un récent Q&R sur Facebook, le co-fondateur Peter Lindberg s’est exprimé sur ces pierres qui composent les « cheminées » assis sur le dessus de la coupole - « Alors, est-ce que des résultats scientifiques ont déjà été trouvés à partir des échantillons Peter ? » – « Nous avons récupéré deux pierres en vrac posées sur le cercle. Ils font des tests de laboratoire sur les pierres dès maintenant. Mais je pense que nous trouverons qu’elles sont faites d’un bon nombre de minéraux communs. Je crois que depuis il y a des pierres en vrac posées sur le cercle, le cercle doit être de la pré-ère glaciaire. La glace a déposé les pierres quand elle a fondu. Je ne sais pas, mais si je dois parier mon argent sur quelque chose, je pencherai pour la possibilité que le cercle soit d’âge pré-ère glaciaire. »
Un objet sphérique surnommé « La Meringue », de 4 mètres de large, se trouve au sommet de l’objet.
Il y a un trou de 25 centimètres sur le dessus de l’objet. On ne sait pas encore s’il mène quelque part ou si quelque chose est à l’intérieur.
« Ce que je sais, c’est le fait que nous ayons trouvé un trou rond d’environ 25 cm de diamètre allant tout droit dans la surface du cercle, c’est quand même étrange, non ? Quelle est sa profondeur ? Aucune idée, nous l’avons vue seulement pendant quelques secondes avant que nous décidions de faire marche arrière pour préserver la visibilité pour les plongeurs qui allaient vers le bas plus tard. Ils n’ont pas trouvé le trou. Il pourrait y avoir d’autres orifices, à ce moment précis nous ne le savons pas. » -  Peter Lindberg
Enfin, une longue « marque de dérapage » de 1500 mètres est clairement visible au nord de l’objet.
Des pannes d’équipement inexpliquées
Un phénomène curieux qui a été observé par l’équipe de plongée concerne la coupure constante des équipements électriques lorsqu’ils étaient à proximité de l’anomalie, ce qui pourrait être lié à une perturbation magnétique dans la région.
« Pourquoi rien ne marche ici, quoi que ce soit d’électrique et le téléphone satellite a aussi cessé de fonctionner quand nous étions au-dessus de l’objet, puis nous partîmes à environ 200 mètres et il s’est à nouveau remis à fonctionner et quand nous sommes retourné sur l’objet il s’est à nouveau éteint, ce qui est un peu étrange . » - Stefan Hogeborn
« Les plongeurs ont dit qu’une poudre « noirâtre » avait été attirée sur la caméra, je ne l’ai pas vu moi-même cependant. Une autre chose est que nous ne pouvions pas utiliser le téléphone satellite lorsque nous étions au-dessus du cercle, mais juste quelques dizaines de mètres au large de la position le téléphone a fonctionné. Je ne sais pas pourquoi, mais c’est un fait. En outre, les lumières de la caméra vidéo ont sauté lorsque les plongeurs les ont mises en route à la surface lorsqu’ils les ont testés avant la plongée n° 2. Ils ont décidé de toute façon de prendre la caméra vidéo avec eux et d’essayer d’utiliser leurs lumières ordinaires pour éclairer la vidéo. Quand ils sont descendu la caméra vidéo a commencé à montrer un message d’ « erreur »  sur le petit écran « . - Peter Lindberg
« Le plongeur a redémarré l’appareil photo à plusieurs reprises et finalement il s’est remis à fonctionner. Donc, il a filmé leur plongée, mais rien n’était sur la bande quand ils l’ont regardée par la suite. Le seul problème qu’on a eu avec le ROV, c’est que nous avons constamment eu à redémarrer le sonar. Enfin, il n’a pas fonctionné et nous avons continué avec juste la caméra vidéo. Quand nous avons quitté le cercle, nous sommes allés sur une épave et avons passé quelque chose comme 35 heures à utiliser le ROV sur l’épave, et le sonar a marché tout le temps. Les perturbations magnétiques, vous allez me dire ! »
« Quelqu’un a demandé quelles températures nous avons eues là-bas. Eh bien, le thermomètre des plongeurs a montré -1 degré Celsius quand ils étaient au-dessus du cercle, alors qu’il aurait dû être de quatre degrés Celsius. Le thermomètre a peut-être montré une mauvaise valeur, bien sûr. »
« Nous avons examiné notre ordinateur de plongée (l’ordinateur de plongé en haute mer), et il a dit moins un degré ce qui est assez froid pour un plongeur, mais cela devrait être impossible d’avoir de l’eau à cette température, car elle se transforme en glace à zéro degré, mais ceci pourrait être expliqué par le mouvement de l’eau  » (ndlr : ou le sel) - Stefan Hogeborn, Professional Diver
« Je ne peux pas révéler la vérité avant d’avoir tous les faits. Jusque-là tout est de pures spéculations, même de mon côté. Je ne sais pas si elle peut être creusée, je n’ai même pas encore pénétré la surface … »
« Nous avons encore quelques mois avant qu’il ne soit trop tard pour sortir sur le site. Mais, apparemment, ce sera la dernière expédition pour nous. Je pense qu’une véritable équipe scientifique devrait prendre le relais et faire une véritable expédition dans la région. Après tout, nous sommes tout simplement des chasseurs d’épaves qui essayons de comprendre ce que nous avons trouvé. »

 
Source : Truthfall / Crashdebug

Commentaires

Articles les plus consultés