Le parasitisme extraterrestre ou le syndrome de la possession

 
Nous n’employons pas tout le potentiel de notre cerveau, nous affirme la science. Nous sommes des créatures imparfaites, tourmentées, aliénées, plongées dans un enfer terrestre, souligne la tradition gnostique. Et si notre aliénation ainsi que la face prédatrice de la nature, son côté fragmenté, divisé (en pôle négatif, positif etc.) étaient provoquées par une cause «extérieure», un parasitisme d’une force stupéfiante ?
Il s’agit d’une thématique fascinante et très mystérieuse qui pourrait incarner un enjeu pour le devenir de l’âme humaine. Il s’agit sans doute du sujet le plus difficile à dépeindre rationnellement.
Pourtant, depuis qu’à Karmapolis, nous avons entamé nos enquêtes sur le phénomène extraterrestre, l’histoire des religions et civilisations et des recherches sur les « anomalies et théories de la conspiration », ce thème du parasitisme et de la manipulation de l’être humain par une entité “externe” (extraterrestre ou interdimensionnelle) nous est revenu à chaque fois en plein visage.
Soyons directs : ce dossier réalisé en symbiose avec l’écrivain et chercheur américain John Lash et son site Metahistory.org se focalise sur l’idée que l’être humain n’est pas “lui-même”, que sa conscience pourrait être parasitée par une entité mystérieuse venue des tréfonds du cosmos.
L’idée d’une emprise “étrangère” ou extraterrestre sur la conscience n’est pas si saugrenue.
Elle est presque aussi ancienne que notre civilisation puisque les premiers mystiques gnostiques en ont fait un thème central de leur cosmologie. On la retrouve de façon répétée dans la thématique des enlèvements extraterrestres, du « Mind Control » (contrôle du comportement et de la pensée) et du Milabs (Military Mind Control and Alien Abduction).
Des civilisations très anciennes et des traditions chamaniques et ésotériques évoquent ce concept clairement dans leurs mythes, légendes et traditions souvent orales avec leur propre bagage terminologique.
Dieu aimant ou esprit malade ?
Selon la tradition gnostique, c’est finalement l’ensemble de notre monde qui serait infecté, déconnecté de sa source créatrice et manipulé par les Archontes ces “Dieux” maudits et sombres, surgis d’une erreur et créateurs de “mondes” perdus.
Lisez par exemple l’Apostasie des Archontes ou encore l’Apocryphon de Jean, un texte du Nag Hammadi qui nous raconte une toute autre histoire sur la genèse de notre monde que celle narrée par la Bible.
Peut-être que c’est l’ensemble même de la création -hommes, animaux, plantes- qui est parasitée et “infectée” par une implantation étrangère. On nous a toujours appris que nous vivions dans un monde de merveilles, dans une nature d’une beauté harmonieuse créée par un Dieu aimant.
Nous savons pourtant que le spectacle offert par l’homme est affligeant. Regardez objectivement la nature, observez ces “superbes lois” naturelles où toutes les créatures animales et végétales vivent aux dépens les unes des autres. On appelle cela “la chaîne alimentaire” à travers laquelle les animaux les plus faibles développent des stratégies multiples fondées sur la concurrence, la peur et la faim pour survivre au carnage des grands prédateurs.
L’ensemble de la création s’articule autour de la prédation et du parasitisme.
Les comportements et les consciences sont investis par la peur et l’instinct de survie. Croyez-vous sincèrement que ce “spectacle extraordinaire” de l’homme et de la nature est le fruit d’un Dieu infiniment aimant comme la tradition judéo-chrétienne veut nous le faire croire ou plutôt généré par un esprit malade, ce que les Gnostiques ont tenté de nous démontrer avec force ?
Ce n’est ni l’homme, ni la terre «mère», ni la «matière» les composant qu’il faut remettre en cause, c’est une «implantation étrangère» qui aurait infecté notre esprit et qui manipulerait la réalité de façon à ce qu’elle devienne un enfer.
Les religions «traditionnelles» comme la religion chrétienne voudraient nous faire porter le fardeau de la culpabilité de cette infection. C’est un renversement des rôles. Une stratégie habile pour nous asservir selon certains auteurs.

Un préalable nécessaire

Dans cet article, nous évoquerons régulièrement le travail de Carlos Castaneda, un anthropologue d’origine sud-américaine qui s’était établi en Californie pour faire sa thèse sur l’usage des plantes dans une communauté indienne (recherches ethno-botaniques) de la frontière américano-mexicaine.
Au fil de ses recherches, il rencontre don Juan Matus, un étrange personnage, shaman, adepte de ce qu’il appelle la «nouvelle sorcellerie» qui va l’initier à une conception radicale et étrange de la réalité et du monde.
Dans le même ordre d’idée, nous évoquerons les connaissances des Gnostiques, des mystiques (non chrétiens !) qui, aux premiers âges de l’ère chrétienne, nous ont légué des textes incroyables dont les « évangiles du Nag Hammadi ».
Pour en savoir plus sur ces mystiques gnostiques, consultez le site en anglais de John Lash.

“Le sujet des sujets”

Un nombre croissant de chercheurs se posent les questions suivante : peut-être avons-nous tort de considérer ces soi-disant mythes de la création du cosmos avec dédain comme des “historiettes” un peu naïves contenant surtout un niveau symbolique ?!
Peut-être devrions-nous réexaminer la mythologie ancienne et les récits oraux des traditions chamaniques comme étant des témoignages de faits historiques et matériels ?!
Certains de ces récits parlent de cette « manipulation » étrangère.
Au fil de nos articles, cette possibilité d’un parasitisme nous a bousculés, taraudés mais nous hésitions à nous consacrer à ce sujet, qualifié de « sujet des sujets » par Carlos Castaneda et par John Lash. Nous étions partagés entre le rejet pur et simple de cette hypothèse et l’envie d’en savoir plus car ce sujet faisait écho à quelque chose de plus profond qui nous habitait et nous habite encore.
Pour mieux résumer cette hésitation à aborder le “sujet des sujets » ou le “cœur du sujet”, reprenons ce que Castaneda affirmait dans son livre -“Le Voyage définitif”.
Le sorcier don Juan lui apprend l’existence de ces parasites et le met en garde contre le genre de réactions que l’on peut attendre d’un être humain lorsqu’on lui parle de la possibilité que son âme est manipulée par une entité abominable: “ils réagiraient en riant et en se moquant de nous, et les plus agressifs s’énerveraient et nous tabasseraient.
Ce n’est pas qu’ils nous croiraient pas ! Il y a au tréfonds de chaque être humain une connaissance ancestrale, viscérale de l’existence des prédateurs… Tout ce que me racontait don Juan me semblait grotesque, absurde, et en même temps me semblait raisonnable, très simple. Toutes les contradictions humaines s’expliquaient… ”.

Un sujet ignoré ?

La première fois que l’on entend parler de l’existence de ces prédateurs (en lisant Castaneda par exemple) s’opère un choc ontologique, une prise de conscience brutale qui mène à une angoisse insondable. On réagit ensuite par instinct de défense et c’est le rejet total, une sorte de mépris et notre partie cynique nous distille l’idée que l’on a été stupide de s’être fait une telle peur avec de telles “inepties” sorties de la tête d’un sorcier “ givré ” dont “ on ne nous a même pas prouvé l’existence ».
Ensuite, on s’aperçoit que ce thème est récurrent, qu’il est abordé ailleurs dans d’autres recherches, par d’autres auteurs. Il y a les textes gnostiques bien sûr. Il y a aussi certains témoignages.
Il y a également les traditions des shamans de différentes régions du monde qui en parlent chacune à leur manière.
Peut-être que les mystiques musulmans qui mettent en lumière les comportements des Djinns, de ces entités “démoniaques” inorganiques, ces succubes qui infiltrent et rôdent sur le côté gauche de notre corps sont de même nature que ces “planeurs” ou Flyers comme les nomme le sorcier don Juan de Castaneda.
Il y a aussi cette interview que nous avait accordée Nigel Kerner dans laquelle il nous expliquait d’où pourrait provenir notre propre esprit violent, prédateur, mesquin, avide et calculateur : il s’agirait d’un héritage qui doit remonter à l’ère Cro Magnon au moment de ce qu’il appelle les “premières interceptions génétiques” dont nos ancêtres furent les victimes. Mais nous y reviendrons plus loin.
L’existence d’entités parasitaires est donc dénoncée tant dans des textes religieux très anciens que dans des recherches, livres et études contemporaines mais ces informations ne sont pas très « médiatisées », c’est le moins qu’on puisse dire.
Ne sachant donc comment aborder le problème avec un minimum de sérieux et de légitimité, nous avons eu la chance de rencontrer John Lash, écrivain et chercheur, créateur du site métahistory.org, membre de la fondation « Marion Institute », homme d’érudition, infatigable explorateur des textes gnostiques qui a eu l’idée géniale de mettre en parallèle le savoir gnostique avec les traditions et les connaissances chamaniques.
D’ailleurs, pour lui, les Gnostiques, ces authentiques mystiques qui seraient les plus proches de ce qu’aurait du être la mystique « chrétienne » originale (avant qu’elle ne soit prise en main par les disciples et l’église) sont en réalité des shamans, de vrais shamans du Moyen-Orient comme le seraient les ayahuasceros brésiliens, les adeptes bitwis africains de l’Iboga et les shamans sibériens d’aujourd’hui.
John a éprouvé lui aussi avec force et depuis bien plus longtemps que nous cette intuition selon laquelle il convenait de mettre en relation les entités parasitaires décrites par exemple par Carlos Castaneda et son ami shaman don Juan et les Archontes, ces «démons» créateurs et “mangeurs” de mondes en perdition, nés d’une erreur, extirpés de l’ombre et du néant et dénoncés par les Evangiles Gnostiques.
En poussant les recherches plus loin, nous pouvons donc mettre en parallèle ces “flyers” de Castaneda avec les Archontes et d’autres entités reptiliennes tantôt éthériques, tantôt de chair et de sang qui sont décrites dans l’abondante littérature relative aux abductions mais aussi aux abus rituels et sataniques et au désordre de personnalités multiples (MPD).
John Lash et son site Metahistory. Org et nous-mêmes à Karmapolis avons décidé d’unir nos ressources pour donner corps à cette hypothèse selon laquelle l’âme humaine serait réellement parasitée et manipulée par une puissance mystérieuse qui se révèlerait à la fois notre malédiction mais peut-être aussi une force.

Des Gris, des Drones et des Clones

John Lash, dans son étude, dresse un parallélisme entre les “planeurs” de Castaneda et les Archontes de la tradition gnostique.
Selon Castaneda, ces entités parasites qui nous ont infiltrés ont conféré à notre esprit son côté routinier, répétitif, maniaque, peureux, avide, violent, calculateur : “les prédateurs ont remplacé notre esprit par le leur qui est bizarre, incohérent, grincheux et hanté par la peur d’être percé à jour” (Carlos Castaneda, Le Voyage définitif).
Les Archontes qui ont aussi certaines de ces caractéristiques selon les textes gnostiques, ont cette obsession de rester caché et de ne pas être découvert.
Nigel Kerner que nous avons longuement interviewé en 2004 évoque, tant dans l’entretien qu’il nous a accordé que dans son livre “The Song of the Greys”, l’héritage que nous ont légué les Short Greys, les extraterrestres Gris. D’abord, Kerner les compare à des coquilles vides, des robots mais aussi des clones, des drones explorateurs qui ne sont plus que le pâle reflet complètement déconnecté de leur « Etre Premier » (Prime Being), l’entité qui les a créés il y a bien longtemps.
Par le biais de plusieurs interceptions génétiques (d’où les innombrables récits d’enlèvements extraterrestres contemporains ou plus anciens quand ils étaient perçus comme des démons et des succubes par exemple), les Gris auraient inséré dans notre patrimoine génétique des caractéristiques qui font de nous des êtres hybrides, mélange d’homme et de Gris.
L’interception aurait concerné principalement l’espèce Cro-Magnon et sa descendance indo-européenne, c’est à dire l’homme blanc occidental.
Ce dernier montre, selon Kerner, une plus grande propension que d’autres “familles” ethniques humaines (le concept de race est une hérésie en biologie) à des comportements agressifs, territoriaux, impérialistes, froids, calculateurs, vivant toujours dans la crainte d’une agression, d’une menace.
Ce sont ces traits de caractère qui lui auraient donné sa force conquérante d’expansion territoriale ainsi que la doctrine de l’élimination du moins apte. Kerner y voit un programme mis au point par les Gris pour aboutir à la suprématie de l’homme blanc et à l’élimination des autres civilisations et autres traditions culturelles, sociales et mystiques plus axées sur la coopération, la compassion, l’équilibre. L’homme blanc a été créé entre autres choses pour procéder à l’élimination d’autres “expériences” menées par des Gris ou peut-être par d’autres « Etres Avancés » ou entités extraterrestres.
Reprenons ce que nous avait déclaré Nigel Kerner dans un entretien exclusif à propos des conséquences de cette interception. A l’instar de la pensée gnostique qui désigne les Archontes comme les coupables de notre aliénation existentielle ou celle de Castaneda qui accuse les planeurs du même méfait, Kerner estime qu’à cause de l’intervention des Gris, nous ne sommes plus en contact direct avec notre vrai potentiel, notre véritable conscience et surtout notre lien avec l’Etre Premier qui nous a créés : “Nous sommes piégés dans une existence physique parce que nous avons certaines « restrictions », certains traits, certaines « caractéristiques » qui reflètent chez nous un manque de compréhension de la véritable nature de la réalité.
Ces « caractéristiques » sont la haine, l’envie, l’avidité, l’agressivité etc… Ces caractéristiques sont des forces mentales d’impulsion qui séparent en parties, qui divisent au même titre que l’univers sépare, segmente en parties.
Ces caractéristiques sont des sentiments équivalents à des impulsions qui segmentent toute chose, aux forces entropiques physiques de la séparation au sein de l’univers. Donc, elles amènent de fêlures, des « empreintes de saleté » sur les « lentilles » individuelles que nous sommes à travers lesquelles la lumière de Dieu s’exprime pour briller en nous.
Ces défauts déforment, dénaturent cette « lumière » qui définit chacune de nos individualités comme des prolongements de la différence, de nos différences individuelles face à cette lumière. C’est comme cela que se définissent nos individualités au départ. L’interception extraterrestre ajoute d’autres « griffures », d’autres taches de saleté qui se révèlent être des extra à nos propres restrictions ou encore « péchés ».
Par conséquent, l’interception extraterrestre est un abus, une imposition supplémentaire qui nous est infligée” affirme Nigel Kerner .
« Le but des Gris est de permettre à leurs “maîtres”, les clones, de retrouver une âme éternelle, soit un lien vers leur Etre Premier”.
Kerner ajoute au sujet de ces drones, sorte d’entité vide: “ Leur nature prédatrice est due au fait qu’ils nous perçoivent comme des sujets expérimentaux. S’ils étaient humains et qu’ils agissaient sous l’empire de la haine ou de la cruauté, alors ces émotions les conduiraient vers leur propre destruction en tant que peuple mais parce qu’il s’agit en réalité de machines capables de se générer elles-mêmes, elles peuvent continuer à poursuivre leur programme aussi longtemps que leurs proies sont des entités physiques pensantes ”.
Kerner a une pensée typiquement gnostique lorsqu’il évoque le fait que l’être humain vit dans un monde de servitudes et que le Christ, par exemple, n’est pas venu pour « racheter » nos péchés et nous sauver mais pour nous avertir d’un danger effroyable : l’existence de ces prédateurs, Archontes ou Gris.
Il affirme encore dans l’entretien:
“Je suggère que nous nous accordions sur ce que le mot “damné” signifie. Le sens commun indique qu’il s’agit d’un aller simple pour l’enfer. Le livre « the song of the Greys » suggère que notre monde physique se révèle être notre véritable enfer. Notre damnation se définit par le fait que nous sommes coincés ici bas.
C’est notre propre esprit, ce sont nos propres actions qui nous lient mais on peut très raisonnablement penser que nous aurions été sans doute moins susceptibles d’avoir été piégés, coincés s’il n’y avait pas eu une influence extérieure comme les Gris.
C’est peut-être pourquoi des êtres comme Jésus seraient venu ici pour nous montrer un chemin pour libérer de notre captivité….oui, nous sommes captifs comme des animaux le sont, nous sommes « élevés » par les Gris comme des animaux. Peut-être est-il venu restaurer l’équilibre…
Dans les anciens textes du Nag Hammadi (ndtr: textes sacrés gnostiques découverts il y a une cinquantaine d’années dans la localité de Nag Hammadi), il est dit qu’il y aurait des Puissances extérieures qui auraient un intérêt dans l’humanité depuis son commencement ”.
Nous serions des êtres hybrides, envahis par une implantation étrangère.
Dans l’Apocryphon de Jean, le Christ dit clairement: “Je suis celui qui existe éternellement, celui qui est sans souillure et sans mélange”. Ces parasites, cette hybridation n’ont pas d’emprise sur lui. C’est la vraie bonne nouvelle.
La puissance du Christ des Gnostiques (ndr : qui n’aurait aucun rapport avec le Christ des chrétiens) ne parle pas de nos repentances et de nos péchés mais veut nous aider à sortir tout simplement de ce bourbier par l’illumination.
Extrait de cette page

Commentaires

Articles les plus consultés