Dix informations que les media traditionnels ne vous ont pas dites au sujet de l’étude Séralini sur le maïs OGM.

Cela fait presque un an que le chercheur français Gilles-Eric Séralini a publié son étude sur les effets délétères de l’ingestion du maïs OGM NK603 de Monsanto et il y a toujours des millions de personnes qui se demandent que penser à son sujet. Pour aider à y voir plus clair, voici dix faits au sujet de cette étude que vous n’avez probablement jamais entendu dans les media traditionnels.
1) L’étude de Séralini est une étude sur la toxicité chronique et non sur le cancer. Peu de temps après avoir été publiée, cette étude a été consciencieusement démolie par les « sceptiques », les media, et beaucoup d’institutions soutenues par l’industrie qui ont argué que c’était une étude mal conçue sur le cancer. Mais la vérité est que l’étude de Séralini était bien une étude sur la toxicité chronique parfaitement en accord avec les standards de la recherche. 

2) Aucune autre étude longue sur le NK603 de Monsanto n’a été conduite. Le choeur des pleureuses qui s’en est suivi au sujet de l’étude de Séralini qui contredirait d’autres études similaires s’avère faux : aucune autre étude comparable n’a jamais été conduite.

3) Les types de rats utilisés par Seralini ne posaient pas de problème. Une autre critique populaire implique la variété Sprague-Dawley (SD) de rats utilisée par Seralini dans son étude. Cette même variété a été utilisée par Monsanto à plusieurs reprises lors de ses études d’”innocuité” d’une durée de 90 jours sur les OGM.

4) Les rats de la variété SD et les humains sont presque autant sujets à développer un cancer. Contrairement à ce que vous pourriez avoir entendu, les rats SD ne sont pas plus intrinsèquement sujets à avoir un cancer que les humains, et en fait, le risque pour eux est presque égal à celui des humains. Cela fait d’eux un choix parfait pour une étude d’innocuité de long terme sur les OGM, ce qui justifie leur utilisation par Seralini.

5) L’étude de Seralini fut plus approfondie que toute autre étude d’”innocuité” jamais conduite par Monsanto. Il est hypocrite de la part du courant dominant de la communauté scientifique d’avoir critiqué la méthodologie employée par Seralini dans son étude, en particulier si l’on considère le fait que cette méthodologie fut bien plus rigoureuse que celle de Monsanto pour obtenir l’autorisation de commercialiser les OGM. Les tailles des échantillons de Seralini, les protocoles de test et les autres méthodes utilisées excédaient tout ce qui est utilisé habituellement par l’industrie biotechnologique.

6) Si l’on rejette l’étude de Seralini, alors il faut aussi rejeter toutes les études d’innocuité qui ont été soutenues par le lobby OGM. Pour être logique, on ne peut pas rejeter les résultats des recherches de Seralini, sans rejeter aussi les résultats des études soutenues par le lobby et prétendant que le maïs OGM est sans danger. En utilisant les mêmes arguments que ceux des scientifiques et des médias acquis à la cause des OGM et qui ont attaqué Seralini, la masse des données publiées sur les OGM est ainsi erronée, ce qui signifie que les OGM n’ont pas leur place sur le marché des consommateurs.

7) L’étude de Seralini prouve que celles menées par le lobby sont frauduleuses. Etant la seule de son genre à avoir été conduite sur plus de 90 jours, l’étude de Seralini montre aussi que les dangers des OGM, souvent niés, sont tout à fait réels. Ils apparaissent juste après le seuil de temps retenu dans toutes les études soutenues par le lobby – les premières tumeurs ne se développant pas avant quatre mois selon l’étude de Seralini.

8) La toxicité relevée dans les études menées par Monsanto a été confirmée par celle de Seralini. Bien que cela ne soit pas souvent reporté, les propres études d’innocuité de Monsanto sur les OGM ont observé une toxicité résultant de leur exposition et de leur consommation. Mais cette toxicité est habituellement écartée, étant présentée comme “non significative au niveau biologique”. Mais l’étude de Seralini confirme que, si celles de Monsanto étaient réalisées sur une période supérieure à 90 jours, ces mêmes marqueurs de toxicité évolueraient en ces maladies observées par Seralini.

9) Les gouvernements ne requièrent pas d’études de long terme comme celle conduite par Seralini. La raison pour laquelle l’étude de Seralini fut accusée d’être inappropriée est qu’aucune autre étude similaire de long terme n’a jamais été menée, parce que les gouvernements de par le monde n’en requièrent tout simplement pas. S’ils le faisaient, le monde aurait une compréhension bien différente au sujet de l’innocuité supposée des OGM.

10) Même les études de court terme ont observé un degré de toxicité des OGM. En dépit d’un manque de tests d’innocuité à long terme, un certain nombre de laboratoires et de fermes d’étude ont, en effet, relevé de la toxicité en conséquence à une exposition à des OGM. Prétendre le contraire est tout simplement mensonger, et l’étude de Seralini aide à affirmer cet autre résultat de recherche.

Commentaires

Articles les plus consultés