SCOOP - Exclusif: comment l’État français se prépare à l’effondrement !

Mes chères contrariées, mes chers contrariens !
Chaque jour nous apporte de nouvelles blagues gouvernementales absolument géniales. Créatifs, drôles, avec des scénarios de premier ordre, il n’y a pas à dire, cette guerre en Syrie nous permet de passer d’excellents moments ensemble.
Le ministère des Finances à Bercy (crédit: Minefi)

Aujourd’hui, par exemple, nous avons appris que le chauffeur du consulat français en Israël a été arrêté.

En effet, les douaniers israéliens d’Allenby, au point de passage entre la Jordanie et la Cisjordanie, ont saisi dans son véhicule 152 kilos d’or, des chèques pour près de deux millions de dollars, 500 kilos de tabac et 800 téléphones portables. L’homme a été très vite expulsé vers la France. Une affaire crapuleuse, dit-on du côté des autorités.
Vous noterez tout de même qu’il y avait dans cette voiture 152 kilos d’or, une espèce de vieille relique barbare qui ne servira jamais de mode de paiement… Bien sûr que non. Une fois la calculatrice sortie et la multiplication faite, cela fait la modique somme de 5 075 208 euros ! Soyons sympas et arrondissons à 5 millions. 5 millions d’or auxquels s’ajoutent des chèques pour près de 2 millions de dollars. Je dois vous dire qu’à ce niveau, j’aimerais bien avoir la photocopie desdits chèques pour voir la liste des noms dessus… Se faire payer par chèque lorsque l’on est trafiquant… franchement ! Autant prendre la CB ou encore les tickets resto… soyons sérieux.
Mais ce n’est pas tout ! Le type, il avait aussi 500 kilos de tabac. Le problème avec le tabac, c’est que c’est volumineux. 500 kilos ça en prend de la place. Si le type en question conduisait une Twingo de fonction, il devait avoir l’air passablement suspect avec ses cartouches de clopes sur le toit…
Du coup, je penche sur l’hypothèse de l’utilisation d’une camionnette du corps diplomatique français. Il faut que je vous dise autre chose. 500 kilos de tabac auxquels on ajoute 500 kilos d’or nous font, en gros, une tonne, ce qui est bien plus que le PATC – poids total autorisé en charge – de votre véhicule (courrez vérifier votre carte grise).
À mon avis, c’est une Renault Trafic couleur gris anthracite qui a été utilisée et portant des plaques diplomatiques avec sans doute le 1,9 litre DCI de 120 chevaux car il fallait au moins ça pour transporter cette cargaison.

Le problème avec le journaliste de France Info, c’est qu’il ne semble pas croire à ce qu’il raconte !

Grâce au miracle des téléphones portables qui permettent de joindre n’importe qui à n’importe quel moment, c’est le branle-bas de combat à Paris :
« L’affaire monte très vite dans la hiérarchie ; le consulat de France est alerté. Son numéro deux ne peut que conseiller à son agent de se plier aux injonctions des douaniers. Qui réplique qu’il risque gros puisqu’il transporte une marchandise pas franchement anodine. Le diplomate alerte alors le Quai d’Orsay, à Paris. Qui conseille de faire ouvrir le véhicule, histoire de ne pas donner l’impression de couvrir une affaire crapuleuse. »
Et l’article, de se conclure sur ce passage fameux…
« L’homme, chef de garage au consulat, est immédiatement arrêté, et expulsé vers la France. Sans que l’on sache s’il a été ou non interpellé sur le sol français. Personne ne sait à qui était destinée la marchandise. Tout juste explique-t-on qu’il s’agit, sans doute, d’une affaire crapuleuse et non d’un quelconque financement du terrorisme. »
Comme de bien entendu, il est évident que le chauffeur du consulat s’est mis à se balader avec plus de 10 millions d’euros dans une région dangereuse uniquement parce qu’il voulait aller visiter le site de Pétra. Et puis à Pétra, il aurait pu fumer tranquillement en attendant le coucher de soleil, ce qui paraît-il est magnifique.
Alors circulez braves gens. Nos zautorités ne paient jamais de rançon. Elles ne financent que les super méga gentils de chez gentil. Nos zautorités sont gentilles, nous n’avons pas de services secrets. La France n’espionne pas ses zamis. La France n’a aucun barbouze en opération actuellement dans la région.
Le problème c’est que de temps à autres, un barbouze se fait attraper… Mais il faut dire que le coup de la camionnette du consulat chargée comme un mulet avait forcément de quoi se faire se gratter la tête à un douanier. Je pense que ce pauvre garçon n’a pas été très bien formé et que, restriction budgétaire oblige, on a pris le stagiaire du coin pour faire l’opération, vu qu’il y avait sans doute personne disponible à ce moment-là. La prochaine fois, le gouvernement confiera le job à un pro… À moins que, justement, le gouvernement ne voulait pas que ce soit confié à un pro, parce que de vous à moi, envoyer un type de la DGSE faire le job c’est encore à notre portée, alors peut-être que c’est parce qu’on ne voulait pas… Ce qui voudrait dire qu’il y aurait de grandes tensions entre le gouvernement et certains services, mais chut, c’est confidentiel défense et cela ne nous regarde pas.
Donc résumons l’affaire : le stagiaire du consulat de France se promène en Renault Trafic gris anthracite chargé d’une cargaison d’une tonne, dont 5 millions d’euros en or, et se fait attraper comme un bleu à la frontière parce que sa camionnette « sent le tabac », selon la version officielle.
Eh bien moi je vous dis que tout cela fleure bon le coup tordu, mais là n’est pas l’essentiel.

Pour l’État, que des actifs tangibles !

Non, l‘essentiel c’est que cette dépêche de France Info, qui sera sans doute rapidement censurée… heu pardon réécrite conformément à l’histoire officielle, prouve que l’or est la monnaie.
Point de cash dans cette histoire. Que des actifs tangibles. De l’or et des clopes ! Laissez tomber le coup des chèques en dollars, je suis un peu sceptique sur le tas de tickets resto retrouvés… Ça doit être des faux pour justement accréditer l’idée que c’est frauduleux ! Pensez donc, il y avait des chèques volés et maquillés, le chauffeur est une horrible crapule qui a comme premier réflexe de téléphoner non pas à son avocat mais à son chef… qui se charge de le rapatrier par le premier avion après avoir obtenu sa libération immédiate. Ha ha ha ha, ils sont super sympas les chefs du Quai d’Orsay !
Nous sommes en 2013, et en 2013, lorsque l’État veut opérer des transactions financières discrètement et acceptées évidemment par la partie d’en face, il doit faire appel aux actifs tangibles. Les cigarettes et l’or.
C’est extraordinaire, c’est bien une preuve que dans certains coins du monde, les billets ne servent pas à grand-chose. Il y a l’anonymat évidemment mais pas uniquement. C’est aussi une question de monnaie d’échange. Or en Syrie, en plein chaos, un tas de billets de 500 euros ou de 500 dollars n’est d’aucune utilité alors qu’une cigarette, oui. Car il y a de la demande pour les cigarettes ! Donc cela s’échange. Donc cela possède une valeur intrinsèque.
Une bien belle leçon de survie économique par l’absurde, donnée par l’État français lui-même et à son insu, à bien retenir pour les temps qui s’annoncent.
Source

Commentaires

Articles les plus consultés