Big Pharma a tué des milliers de citoyens indiens avec ses ignobles tests de médicaments



Le deuxième plus grand pays du monde, l'Inde, est devenu le vivier d'une imposture pharmaceutique avec des fabricants de médicaments sans scrupules, la plupart occidentaux, qui continuent d'utiliser les populations indiennes, pauvres pour la plupart, comme cobayes pour des tests cliniques non éthiques et totalement inhumains. Et la Cour Suprême de l'Inde se décide enfin à réagir contre ce crime organisé massif en ordonnant au ministère de la santé de justifier son approbation des 162 essais cliniques qui ont été pratiqués dans le pays.

Parce que l'Inde est une nation en rapide développement avec des protocoles laxistes de régulation, elle est la première cible du cartel pharmaceutique dans sa recherche sans fin de domination du système médical mondial. De grandes sociétés pharmaceutiques ont largement réussi à berner le gouvernement indien en lui faisant approuver des essais pour toutes sortes de "nouvelles entités chimiques", dont une bonne partie a été testée sur les indiens ruraux de communautés pauvres, où l'accès à des soins médicaux corrects est minimal.



La situation en Inde serait devenue tellement hors de contrôle que plusieurs groupes de défense des droits humains ont pris à parti le système légal, en déposant une pétition en février pour presser les officiels du gouvernement à passer à l'action. La Cour Suprême a écouté et, à la suite d'une récente audience, a convenu de donner au gouvernement un ultimatum l'obligeant à fournir des preuves étayant l'aspect scientifique derrière son approbation de ces essais. Le ministère de la santé n'aurait que deux semaines pour se soumettre à cette ordonnance.

"Les essais cliniques de ces 'nouvelles entités chimiques' sont menés sans suivi d'un protocole correct et les sociétés profitent des gens démunis", dit Amulya Nidhi, coordinatrice du
Forum pour les droits de la santé, un organisme sans but lucratif qui cherche à mettre fin en Inde aux essais illégaux et non-éthiques de médicaments

Le site de l'organisation ajoute qu'un nombre croissant d'essais cliniques se pratique dans le pays sans réelle supervision, ce qui entraîne des risques extrêmes pour la santé des gens. La preuve en est que plus de 1500 indiens sont morts durant les essais cliniques réalisés uniquement entre 2010 et 2012. Et bien d'autres les suivront précocement dans la tombe, sauf si le gouvernement intervient et empêche les multinationales pharmaceutiques de s'en prendre aux moins fortunés en vue de gains financiers massifs.

"Les essais de ces nouvelles entités chimiques ont déclenché une controverse en Inde en raison du nombre élevé de morts ces dernières années", écrit Dinsa Sachan pour
Chemistry World. "Selon l'information du ministère de la santé, 1542 décès ont été enregistrés au cours des essais cliniques de 2010 et 2012."
Des médecins et des dirigeants dénoncent la corruption pharmaceutique en Inde


Parlant au nom des gens simples de ce pays, C.M. Gulhati, éditeur d'un magazine médical, a dit aux journalistes que tester les nouvelles entités chimiques en Inde "n'aide pas le pays". Au contraire, dans un aveu publique courageux, il dit que cela n'aide que les multinationales pharmaceutiques "à baisser leurs coûts et à éviter de payer des indemnisations".

Chinu Srinivasan, d'une autre organisation sans but lucratif défendant l'accès aux soins pour les plus démunis, est d'accord. Il a dit aux journalistes que les phases II et III des essais cliniques des nouvelles entités chimiques, qui sont les seules actuellement autorisées en Inde, sont incohérentes avec la structure politique et sociale de son pays. Comme beaucoup d'autres, Srinivasan reconnaît qu'un cadre de régulation fait cruellement défaut à l'heure actuelle, ce qui facilite la généralisation d'abus du système par des sociétés pharmaceutiques corrompues.


"Nous sommes inquiets et nous nous engageons pour les intérêts du peuple", ajoute Nidhi parlant du but de la campagne menée par son organisation, soulignant que elle et de nombreux autres se fichaient complètement que les sociétés pharmaceutiques puissent s'exposent à des pertes résultant d'une structure de régulation améliorée empêchant le peuple de son pays d'être utilisé et abusé par Big Pharma.

Source
Traduit par le BBB.



Commentaires

Articles les plus consultés