La super-batterie au graphène, chargée en un instant, autonome pendant des semaines

Une représentation des particules de graphène. (Photo via Wikipedia)
Une représentation des particules de graphène. (Photo via Wikipedia)
Des chercheurs de l’université Vanderbilt dans le Tennessee sont parvenus à fabriquer une puce en silicium et graphène capable d’alimenter téléphone ou ordinateur portable en énergie bien plus longtemps que les batteries classiques.
Un coup de fil très important à passer, ou un mail à envoyer, et votre smartphone qui tombe en rade. Puis, une fois le chargeur trouvé, de longues minutes de patience avant de pouvoir le rallumer… Qui a connu ce supplice du XXIe siècle comprendra pourquoi l’invention d’une équipe de chercheurs de l’université Vanderbilt aux Etats-Unis relève du miracle. Car, si leur super-batterie en silicium et graphène fonctionne bien et qu’elle finit par alimenter tous nos terminaux mobiles, cette situation relèvera bientôt de ces souvenirs technologiques dont on se remémore avec quelque nostalgie, un peu comme les téléphones à cadran avec leurs fils en tire-bouchon toujours entortillés.
Une super-puce dopée au graphène
Leur invention pourrait en effet mettre fin à l’épreuve de la batterie déchargée. Celle-ci consiste à remplacer le stockage chimique de l’électricité par une puce en silicium capable d’assembler des ions à la surface d’un matériau poreux. Jusqu’à présent, des tentatives similaires avaient échoué. Mais grâce à l’usage du graphène, étalé en couche sur la surface du silicone, cette équipe de chercheurs serait parvenue à stabiliser le processus et à accroître la densité d’énergie stockée. Ils en ont fait part dans un article publié le 22 octobre dans la revue scientifique Nature. Leur article est également résumé sur le site internet de l’université située dans le Tennessee.
Plus rapide à charger, plus autonome, plus résistante
Ce procédé permettrait de réduire considérablement le temps de chargement de l’appareil utilisant cette puce. Celui-ci durerait « quelques secondes » et l’appareil pourrait fonctionner « pendant des semaines » sans avoir à être de nouveau chargé. Cerise sur le gâteau: sa durée de vie est bien plus importante qu’une batterie classique: 5.000 rechargements en moyenne contre 1.200 pour le système aujourd’hui le plus répandu dans les appareils mobiles.
Bruxelles mise un milliard d’euros sur le graphène
Le graphène est une matière découverte en 2004 et constitué de particules de carbones. Ses propriétés fantastiques en font l’un des champions de la recherche technologique. Cette année, la Commission européenne a ainsi décidé de miser un milliard d’euros sur 10 ans pour développer les projets scientifiques relatifs à ce matériau.
source latribune.fr 

Commentaires

Articles les plus consultés