Le mystère du peuple aux crânes allongés

Carte incluant la péninsule, dans la Réserve nationale de Paracas.

A quatre heures de route au sud de Lima, au Pérou, se trouve la Péninsule de Paracas, en partie une réserve naturelle, où l’on peut observer des lions de mer et d’innombrables variétés d’oiseaux de mer. La région est incroyablement riche en fruits de mer, et il y a beaucoup d’eau douce juste en dessous des sables du désert.

C’est donc un endroit idéal pour y vivre. On a retrouvé dans cette région des outils de pierre, aux formes et styles variés, qui dateraient de 8000 ans. Le plus grand des archéologues péruviens selon moi, Julio Tello, a étudié cette région en 1928 et fouillé le côté nord de la péninsule, dans la zone centrale de la grande baie semi-circulaire. Il a découvert un immense cimetière, très élaboré, où il y avait une famille entière dans chaque tombe, chacune richement enveloppée dans plusieurs couches de tissu en coton très stylisé, tissé et coloré. Il a aussi trouvé dans le sable de nombreux vestiges de maisons souterraines, et il y en avait tellement que le village devait s’étendre sur 1 ou 2 km.
Mais la plus étonnante de ses découvertes a été certains crânes extrêmement allongés. Les scientifiques parlent de dolichocéphalie. La plupart des crânes qui présentaient ce trouble avaient clairement subi une déformation artificielle. Comment la faisaient-ils ?



Le crâne d’un très jeune enfant est souple à la naissance, et le reste pendant des mois. Il est donc possible, en attachant une corde autour de la tête, avec une planche placée à l’arrière du crâne, et peut-être à l’avant aussi, de modifier la forme de la tête au fil du temps. Plusieurs auteurs affirment que la période de temps nécessaire est d’environ 6 mois à 3 ans, mais comme la pratique n’est plus effectuée à ma connaissance, personne ne sait vraiment. Au XXème siècle, les derniers exemples de cette technique se retrouvent sur les enfants du Congo en Afrique et sur l’île de Vanuatu dans la zone sud de l’Océan Pacifique appelée Mélanésie, mais on la retrouve aussi en Égypte, durant la période amarnienne, au Soudan, en Irak, en Syrie, en Russie, sur l’île de Malte, en de nombreux endroits du Pérou et de Bolivie, et chez les Olmèques du Mexique.
Cette technique permet de changer la forme du crâne, mais pas le volume réel. Vous pouvez modifier la forme, mais pas la taille. Cependant, Tello a découvert de nombreux crânes, au moins 90 sur le site de Cerro Colorado près du cimetière principal de Paracas, qui avaient un plus grand volume crânien, et dans certains cas 2,5 fois plus grand qu’un crâne humain moderne ordinaire. Comment est-ce possible ? Comme je l’ai dit, la déformation peut modifier la forme, mais pas le volume de matière osseuse, et certainement pas deux fois plus.
Il est donc évident que nous avons affaire à deux phénomènes différents; l’allongement artificiel et l’allongement génétique. Les crânes Paracas sont les plus grands que l’on connaisse dans le monde. De quelle « race racine » proviennent-ils ? Il est ridicule de penser que l’allongement naturel soit dû à une hydrocéphalie ou à une autre maladie, étant donné que Tello en a retrouvé au moins 90, et qu’on ne sait pas combien il en reste, sous terre, dans des collections privées, sous la poussière des entrepôts de musée péruviens, ou ailleurs. L’hydrocéphalie tend à agrandir le crâne uniformément, ce qui les rend ronds et pas allongés.
Tello pensait que les Paracas étaient liés au peuple de la culture de Chavín, qui a créé le célèbre site mégalithique de Chavín de Huántar, car il voyait des similitudes dans la conception et le motif des poteries, en particulier dans les représentations de félins. Cependant, à ma connaissance, aucun crâne allongé n’a été trouvé dans la zone où vivaient les Chavíns, au nord de Lima, dans le district d’Ancash. Cela n’explique donc pas leur origine. Mais, comme Tello était l’expert et l’archéologue principal de la culture de Chavín, qu’il fait remonter à au moins 3000 ans, il pensait qu’il en allait de même pour les Paracas, et personne n’a osé ou pris la peine de réfuter sa chronologie jusqu’à maintenant.
Le peuple Paracas, qui vivait près de la côte, était clairement des pêcheurs, comme en témoigne le filet qu’on a trouvé enterré dans le sable, ainsi que les tertres anciens, des amas de coquillages. Aucune datation exhaustive au carbone 14 n’a été effectuée sur la matière organique des sites archéologiques, et Tello ne l’a certainement pas fait, car il menait ses recherches en 1928, alors que la datation au carbone 14 ne date que des années 40. En outre, très peu recherches ont été menées à Paracas depuis l’époque de Tello, et le sable a de nouveau recouvert les maisons souterraines.
Il semble évident, mais pas encore prouvé, que les Paracas descendent peut-être d’une culture antérieure de marins. Comme le lien Chavín-Paracas avancé par Tello semble improbable, en raison du manque de crânes de Chavíns allongés, c’est une hypothèse valable.
Je me suis rendu sur les sites des fouilles, notamment celles du cimetière et du village voisin, qui s’étire et longe la côte sur presque 2.5 km, en mai 2011, avec l’équipe de tournage de la série télévisée américaine Ancient Aliens. Toutes les maisons et les tombes souterraines étaient remplies de sable, à cause du vent constant, soufflant de l’océan.
Le site de Cerro Colorado, qui était le lieu de sépulture de la classe sacerdotale et dominante du peuple Paracas, est situé en face de la route principale qui emmène les visiteurs dans la réserve écologique. Il est strictement interdit d’y pénétrer. Les huaqueros (pilleurs de tombes) pillent ces lieux depuis au moins l’époque de Tello, à la recherche principalement de pots en argile, de figurines en or et en argent, et des tissus finement tissés qui ont rendus les Paracas célèbres.
M. Juan Navarro, propriétaire et directeur du musée local, le Musée d’Histoire de Paracas, a une belle collection d’objets d’art de toutes les cultures connues ou supposées avoir existé dans cette région, y compris les Paracas, Nazca, Chincha et Inca. Parmi sa collection d’outils de pierre et de pots d’argile se trouve un crâne allongé. Quand on lui demande de quand il date, il dit croire dur comme fer à la chronologie de Tello, selon laquelle le crâne aurait 3000 ans, ou en tout cas au moins plus de 2000. C’est parce que la théorie qui prévaut est que le peuple Paracas s’est éteint à peu près à l’époque du Christ, ayant été absorbé par les Nazca, qui était la culture majeure à vivre là ensuite, s’étendant de la région qui porte leur nom.
Ce qui est intriguant, c’est que la très grande collection de crânes du Musée Régional d’Ica nous permet de voir que la présence physique de crânes allongés diminue au fil du temps chez les Nazca. Cela indiquerait qu’ou bien le processus de déformation crânienne de la tête elle-même s’est peu à peu éteint, et/ou que le caractère génétique de la boîte crânienne allongée s’est effacé avec la diminution de la population Paracas. Les Paracas semblent également avoir occupé la région de Nazca avant l’arrivée de la population Nazca tribale, et ils sont peut-être les créateurs des célèbres représentations d’animaux sur la plaine de Nazca, les lignes elles-mêmes ayant été effectuées plus tard. L’une des plus célèbres figures est appelée « L’astronaute« . La forme est humaine, mais la tête est anormale. Nous ne savons pas si c’est le style de l’artiste, ou un portrait réaliste.

La suite ICI

Commentaires

Articles les plus consultés