Australie: comment on étouffe une affaire de réseau pédophile et sataniste

For Kitty again BEn Australie, une sale affaire a fait scandale il y a quelques temps. Presque un classique: une histoire de réseau pédophile et sataniste, dont les membres très bien placés font tout pour éviter qu'il ne soit mis à jour. A l'origine de ces accusations, un médecin, le Dr Reina Michaelson, qui a eu affaire à eux.

La psychologue Reina Michaelson a reçu le prix d'Australienne de l'année en 1996, pour son travail dans la prévention des abus sexuels contre les mineurs. En 1995, elle avait monté une association qui passait dans les écoles de l'Etat de Victoria, afin de faire de la prévention auprès des enfants, via un programme qu'elle avait spécialement créé.
C'est lors de ce programme qu'elle a entendu des enfants qui ne se connaissaient pas décrire les mêmes choses, à savoir des rituels sataniques. Elle a commencé par identifier un prof pédophile couvert par sa hiérarchie, puis très vite, juste après son prix, des gens sont arrivés pour l'aider dans son association.
Parmi eux, un certain Robert Osmotherly (qu'elle nomme sous le pseudo de Bob Sisterly), patron d'un chaîne télé qui se disait choqué par toutes ces horreurs, et voulait l'aider à faire passer son programme dans toutes les écoles de l'Etat en 5 ans. Pour cela, il a dit qu'il débloquerait 500.000$. Sisterly et son ami Ron Snide (pseudo aussi) ont proposé de transformer l'association en organisation indépendante, avec un comité de direction composé de leur amis.
Mais ils n'ont collecté que 25.000$ en deux ans, quand dans le même temps Reina Michaelson et ses proches ont collecté 200.000$ alors que ces types ont tout fait pour la freiner. Et surtout, Michaelson a remarqué que les gens qui donnaient de l'argent étaient littéralement ostracisés de la communauté.
Un ami de Ron Snide, directeur d'une chaîne TV (Network Ten), a donné un véhicule à l'association de Reina Michaelson, mais elle s'en est débarrassé quand elle a appris que le type avait été condamné pour des crimes contre les mineurs, dont la production de pédopornographie.
hs may312005Peu après avoir reçu son prix, Michaelson a rencontré l'un des politiciens les plus puissants de l'Etat, un certain Jeff Kennett semble-t-il (qu'elle présente sous le pseudo de Greg Neckett), qui était déjà réputé comme étant un mari violent dont la femme était souvent admise secrètement aux urgences [1].
La psychologue a vite appris qu'il y avait également un dossier d'abus sexuels sur mineur à son sujet et qu'il était protégé par les flics grâce à son statut. "J'ai aussi appris par un ancien prostitué que Greg Neckett payait souvent des garçons prostitués de St Kilda, et que l'un de ces garçons avait trop parlé aux mauvaises personnes, et qu'il avait fini mort d'une overdose d'héroïne 'accidentelle'", explique Michaelson.
Les viols étaient commis dans des lieux étranges, comme par un exemple un hélicoptère, afin de rendre les témoignages des gamins encore plus incroyables. Michaelson souligne que c'est exactement la même stratégie que dans le cas des abus sexuels dans les crèches et maternelles aux Etats-Unis [2].
Elle a aussi appris qu'il était connu que des personnalités étaient impliquées dans un réseau pédophile puissant, au moins depuis la fin des années 80, et que Neckett en faisait partie. Une enquête avait même lieu à ce sujet, mais elle a été stoppée quand les flics se sont approchés de la vérité, après qu'on ait mis un pédophile pour diriger l'équipe chargée de cette enquête.
Un des amis de SIsterly ne serait autre, selon Michaelson, que Nick Flanagan, qui dirigeait l'unité de police spécialisée dans les crimes contre les enfants. Et c'est Ron  Shide qui a voulu introduire Flanagan au comité de direction de l'association. Mais ils ont tous dit à Michaelson qu'ils ne se connaissaient pas. C'est cette même unité de police qui a étouffé l'affaire du prof pédophile dénoncés par des enfants lors de ses visites dans les écoles.
L'une des victimes de ce prof était une fillette de 12 ans, "Sammy", qui souffrait déjà d'une fragmentation de la personnalité. Michaelson explique que la petite était envoyée jusque dans le Queensland, où était basée la chaîne TV, Network Ten, qui tournait des films pédopornographiques.
D'ailleurs, une star de cette chaîne, un certain Bert Newton, aurait été l'un des piliers de ce réseau. Et une autre star de la télé, Graham Kennedy (décédé en 2005), également. On reconnaît ici le genre de structure qu'on voit aussi à la BBC, où les émissions TV semblaient être un moyen d'approcher les jeunes.

Screenshot_1L'OTO dans le viseur
Reina Michaelson s'est attaquée à un très gros morceau, qui n'est rien moins que l'OTO, l'Ordo Templi orientis, un groupe satanique qui croit à la "magie sexuelle" de Crowley, et qui est aujourd'hui actif un peu partout dans le monde, y compris en France. Crowley était lui-même membre de l'OTO, arrivé là par cooptation au sein de la franc-maçonnerie. On rappelle que Crowley a été viré d'Italie avec son "abbaye de Théléma" parce qu'on l'accusait d'orgies sexuelles et de massacres d'enfants.
L'OTO fait officiellement partie de ces ordres templiers, émanations de la franc maçonnerie, la plupart du temps basés sur un mélange de mystique et de satanisme.

La suite ICI

Commentaires

Articles les plus consultés