La réduction du temps de travail peut supprimer le chomage


LA REDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL, une histoire ancienne

En 1896, en France, un salarié travaillait en moyenne 2 913 heures par an, la population active occupée était de 20,6 millions de travailleurs. L’économie employait donc 60,1 milliards d’heures de travail humain.
En 1991, un salarié travaillait en moyenne 1 537 heures par an. la population active occupée était de 22,2 millions de travailleurs. L’économie n’utilisait donc plus que 34,1 milliards d’heures de travail humain.
Si les salariés d’aujourd’hui travaillaient 2 913 heures par an comme en 1896, la population active occupée ne serait que de 11,7 millions. Dans ce cas, la France compterait 10,5 millions de chômeurs de plus.
C’est la réduction de près de la moitié de la durée du travail qui a créé ces dix millions d’emplois.

35 H... 32 H... SEMAINE DE 4 JOURS... du temps libre... pour travailler tous et mieux vivre...

- Attention aux fausses solutions...
Quand les médias parlent de réduction du temps de travail, ils insistent toujours sur des expériences dans telle ou telle entreprise. Il s’agit de situations où les travailleurs sont contraints d’accepter une réduction du temps de travail pour éviter des Iicenciements. Cela s’accompagne alors d’une baisse des salaires et de conditions de travail plus contraignantes Beaucoup d’inconvénients... sans aucune perspective de réduction du chômage... S’ils ne nous parlent que de cela c’est pour tenter de nous détourner d’un levier essentiel pour combattre le chômage : la réduction massive et généralisée du temps de travail au niveau national.

- Un moyen efficace...
Les études de plusieurs économistes convergent la réduction massive, générale et rapide du temps de travail permettrait de créer entre 1,2 et 2,3 millions d’emplois. C’est un levier essentiel pour créer des emplois. Pour être efficace pour l’emploi. la réduction du temps de travail doit s’appliquer à l’ensemble des salariés des secteurs privés et publics. Elle doit être massive et rapide pour entraîner des créations d’emplois correspondantes. Elle ne doit pas dégrader les conditions de vie et de travail. Un contrôle des chômeurs, des salariés et des organisations syndicales sur les créations d’emplois et sur l’organisation du travail duit permettre de diminuer la précarité, de l’imiter la flexibilité et l’intensification du travail. Le niveau le vie des salariés ne doit pas être réduit. En attendant que des créations d’emplois suffisantes aient permis d’abolir le chômage il faut renouer avec l’ambition du Conseil Nationale de la Résistance et des fondateurs de la Sécurité Sociale : tous ceux qui sont privés de travail doivent se voir garantir les moyens d’une existence digne. En première étape, il faut redéfinir les conditions d’accès aux allocations chômage et supprimer leur dégressivité, ainsi que revaloriser le RMI et l’ouvrir aux jeunes de moins de 25 ans. Travailler 35 H ou moins, avoir des jours de congés et du temps libre en plus... et dans le même temps, donner du travail a tous. Sortir de l’angoisse de perdre son emploi, voilà la perspective que propose AC ! à travers l’action pour la réduction massive du temps de travail.

UNE LOI-CADRE EST NÉCESSAIRE...

Pour fixer une référence légale à une durée hebdomadaire du travail 35 H maintenant, vers les 30 H et la semaine de 4 jours avant l’an 2000,
  • Pour que tous les salariés - et notamment ceux des petites et moyennes entreprises - en profitent avec des garanties d’application (créations d’emplois, conditions de travail...),
  • Pour définir des moyens de contrôle des salariés, des chômeurs et de leurs organisations sur les créations d’emplois, les conditions de travail. l’organisation du travail...
  • Pour définir des moyens de financement permettant le maintien du niveau de vie des salariés et prenant en compte les diversités de situations financières des entreprises,
  • Pour mettre en oeuvre un vaste plan de formation des chômeurs en fonction des qualifications des emplois créés,
  • Pour tracer le cadre des négociations de branches et d’entreprises permettant de fixer des modalités d’application tenant compte des particularités des différentes entreprises et des aspirations des travailleurs,
  • Pour créer des emplois pour satisfaire les besoins sociaux une autre logique de développement est indispensable, celle qui privilégie les emplois utiles à tous,
  • Pour améliorer et développer les services publics et notamment dans les banlieues et les zones rurales,
  • Pour satisfaire les besoins sociaux en matière de logement, d’éducation. de santé, d’équipements collectifs, d’aménagement du territoire, d’environnement...

OUI MAIS, QUI VA PAYER ?


Malgré la crise, l’économie crée toujours plus de richesses...
En francs constants (1980), le PIB est passé de 2414 milliards de francs en 1974 à 3579 milliards de francs en 1993 soit + 48 %.
Les entreprises ont accumulé des capacités financières importantes. En 1980, après distribution des bénéfices à leurs actionnaires, elles pouvaient financer 56 % de leurs investissements. Aujourd’hui leur capacité d’autofinancement atteint 128 %. Ce surplus de 28 %. qui représente 140 milliards de francs, sert surtout à la spéculation financière.



Les richesses produites sont de plus en plus inégalement réparties...
Dans les entreprises, la part des salaires dans la richesse produite valeur ajoutée est passée de 69 % en 1982 a 61 % (en 1993). Comme l’investissement n’a guère progressé, ce sont les profits des actionnaires et les placements financiers qui en ont bénéficié. Dans la société les revenus salariaux stagnent alors que les revenus financiers et du patrimoine croissent sans cesse, aggravant les inégalités. Selon l’INSEE, 1 % des ménages les plus riches possèdent 20 % du patrimoine global, 10 % en possèdent 54 %, mais 50 % de la population la plus pauvre ne possèdent que 6 % du patrimoine global. Le nombre de redevables à l’impôt sur la fortune a doublé entre 1985 (88000) et 1994 (178000), les riches sont plus nombreux et plus riches. Entre 1979 et 1989, la consommation des plus riches a progressé de 20 %.

ET LE MAINTIEN DES SALAIRES...

Pour les patrons, la réduction du temps de travail doit entraîner une réduction des salaires. Alors qu’ils ont restauré leurs profits par l’austérité salariale depuis dix ans ils voudraient aller plus loin et même supprimer le SMIC. Nous refusons cette perspective. Historiquement la réduction du temps de travail s’est faite sans réduire les salaires. Une baisse des salaires aurait par ailleurs des effets négatifs sur la consommation et, finalement, sur l’emploi. Des moyens financiers existent aujourd’hui aussi pour garanti le niveau de vie des salariés.



Il faut mieux répartir les richesses pour financer... la réduction du temps de travail et les créations d’emplois...
Les gains de productivité des entreprises doivent servir l’emploi et au maintien des salaires plutôt qu’au gonflement des profits. L’impôt sur les bénéfices des entreprises pourrait être réévalué de 33,33 à 40 % (moyenne européenne). Une partie de l’argent actuellement utilisé pour financer le chômage pourrait, au fur et à mesure de sa réduction, servir à favoriser l’emploi et la réduction du temps de travail.
Des mesures de taxations fiscales doivent contribuer à la solidarité les revenus du capital, de la spéculation financière et des placements boursiers. Il faut refuser les velléités gouvernementales de réviser la baisse les tranches supérieures de l’impôt sur le revenus mais, au contraire, accentuer la lutte contre la fraude fiscale dont profitent les revenus non-salariaux. Ces diverses mesures pourraient alimenter un « Fonds d’action pour l’emploi » qui permettrait d’aider au financement de la réduction du temps de travail et des créations d’emplois.

La compensation salariale c’est moins un problème économique qu’une question de rapport de force à imposer au patronat par l’action de tous.

- Réduire le temps de travail, créer des emplois, ce n’est pas partager la misère.
- C’est substituer à la logique du chômage et de l’exclusion, celle de la solidarité et de la citoyenneté.


Lien d'origine: 
http://www.ac.eu.org/spip.php?article40

Commentaires

  1. Cet article a déjà plus de 20 ans... Voici une vision plus réaliste et plus actuelle du problème:

    https://solydairinfo.wordpress.com/2017/02/16/partage-du-travail-ou-reduction-du-temps-de-travail-cest-pas-la-meme-chose/


    Luniterre

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Les commentaires seront publiés après approbation, merci de votre compréhension.

Articles les plus consultés