L'âge de fer

Chicago night. Un nouvel Eden ? La dernière page de la saga ?

Tout ce qui est petit, tout ce qui est bas, tout ce qui nous restreint et qui voile notre pure lumière, tout cela s'appelle l'âge de fer. Or c'est maintenant qu'il nous faut vivre, en plein âge de fer, dans le règne du vil, du superficiel et du néant dévorant.


Tous les âges ont cherché l'éveil. Le nôtre n'échappe pas à cette quête... mais elle est bien cachée derrière un fatras d'immondices. L'origine de l'âge de fer est celle d'une religion, le Judaïsme. Notre âge démarre avec Moïse et Salomon en quête de surhumanité. Puis vient la religion du Christ, qu'on l'appelle Jésus ou Constantin. L'amour remplace l'éveil. Mais les druides se souviennent, Merlin à leur tête. Rome ne viendra jamais à bout des Celtes. Puis l'empire contre-attaque avec les Templiers.

Police privée, armée, banque, hôpital, tour operator, bâtisseur sacré, le Temple a tout réinventé, même la Vieille religion. Suivront les guerres de religions, les pieux massacres, la religion du fric, du progrès mécanique, des idées noires et de la fête du flip. 

Pour les aliens qui voient nos mégapoles de loin, chacune est un gros diamant somptueux, qui brille des mille feux de l'opulence et du bien-être. De plus près, le gros diamant est un collage de millions de solitudes et d'isolements.

Vu du ciel tout paraît noble et riant. Ce bouquet de misères, d'injustices, de meurtres et de viols fait une si belle vitrine de Noël. Halleluyah ! Trop de doigts dans trop d'engrenages… Quand nous n'avions pas de machines, nous avions des pouvoirs. Pourquoi faire des efforts, puisque nous avons fait les machines ? Ce dialogue montre bien ce qu'il faut entendre par l'âge de fer, ce triste Kali Yuga où nous sommes encore, on dirait. En attendant l'âge d'or ou l'ère du Verseau. Qui prend son temps.


Il y a encore pas mal de paons, de poux et de pets qui doivent changer avant l'âge d'or. Qui d'entre nous peut se dire tout à fait prêt pour l'eden ? Trop visible est notre déchéance, dieux que nous fûmes, et ce n'était pas que du tabac. Trop bas sommes-nous. L'âge de fer est ingrat, temps sans coeur où le subtil cède au grossier, où la matière supplante l'esprit. Ici, toutes les valeurs se trouvent inversées. L'humanité fait le Pendu... Les élites sont corrompues, les gens de bien restent dans l'ombre.

Ayuthaya, image du Bouddha mangé par les lianes d'un figuier de l'éveil…

Voici ce qu'en dit le seigneur Krishna dans le Mahabharata : "Je vois venir un autre âge, dominés par des rois barbares, monde pervers, brisé, vidé, des hommes à la vie courte, aux cheveux blancs dès la seizième année, petits, sans force, sans courage, et tous très durs, ils s'accouplent avec des bêtes, les femmes putains parfaites, leur bouche sert à l'amour, vaches taries, arbres stériles, fini les fleurs, fini la pureté : ambition, fausseté, commerce, c'est l'âge kali, c'est l'époque noire…"


Ambition. Fausseté. Commerce. Descendus au dernier sous-sol du matérialisme, on nous abreuve de consommation, confort, conneries que nul n'emporte au paradis : un linceul n'a pas de poches, souviens t'en. Ce n'est pas comme ça que tu voyais la vie quand tu étais petit. "Foule sentimentale, on a soif d'idéal, attirés par les étoiles, les voiles, que des choses pas commerciales" C'est le moment de rêver d 'étoiles. Pendant le passage, nos rêves peuvent devenir réalité. Mais nos cauchemars aussi.


Unis sur terre. Le nouveau monde sera ce que nous en ferons.

Selon la religion des Hopis, nous allons quitter le Quatrième monde pour entrer dans le cinquième. Mais pourquoi le passage se ferait-il dans la douleur ? D'après les Mayas, nous courrons vers la fin du Cinquième et dernier Soleil. Ensuite doit venir la Grande Transition. Au lieu du système euro-asiatique des Quatre âges de valeur dégressive dont la répétition est immuable, les Olmèques croyaient que le temps était partagé en Cinq Soleils, après quoi viendra… autre chose.


Après, on nous promet un nouvel âge d'or. Or le Kali yuga doit s'achever autour de l'an 2000. Ces jours-ci, c'est à dire. Alors, le nouvel Age d'Or est déjà là ? On voit bien que non ! Selon certains auteurs, le Kali Yuga s'est achevé vers 1950. D'autres ne prévoient pas sa fin avant 2200. Personne ne sait. A prévoir des fausses dates, combien de Paco Rabanne se sont couverts de ridicule. Ouvrons les yeux. Quand nous verrons le paradis sur terre, l'âge d'or sera là. A priori, il nous reste encore du chemin à faire...
  

D'ailleurs, selon la tradition des Quatre yugas, l'entrée dans le nouveau Krita Yuga, le nouvel âge d'or, s'annoncera par un cataclysme total. Un brasier planétaire, un globe de feu qui tout dévore, comme Yahveh l'a promis à Noé. Ou un mouvement de la terre, terriblement destructeur, comme le croient les Aztèques. Ou un grand coup de balai vers l'ailleurs, comme le croient les Hopis. Enfin quelque chose de total et de gratiné. Un bouquet final, une apothéose, un départ en fanfare. Rideau. Exit l'espèce humaine.


S'il reste une chance, une seule chance face à des milliards de malchances, se pourrait-il qu'on s'en sorte encore ? Absolument. Les statistiques jouent contre nous mais on peut miser sur la survie de notre espèce. Pourquoi ? Parce que depuis toujours, la vie défie les statistiques. Il y avait si peu de chances pour que le monde existe, si peu de chances pour qu'on soit ici, si peu de chances pour qu'on résiste à tant d'anciens cataclysmes, si peu de chances pour qu'on invente le web. Et pourtant…


Pourtant, on l'a fait. Et ce qui nous attend maintenant, c'est un changement notable. Une page décisive de l'histoire humaine va se tourner, à nous de mettre toutes les chances du bon côté. "Pendant cette période très particulière du passage, la force de notre pensée se trouve amplifiée (avec tout le reste d'ailleurs comme l'information, la globalisation, la surpopulation, la pollution, la violence, etc.), et donc notre pensée qui a toujours été créatrice, l'est de plus en plus aujourd'hui.


Et nous sommes en train de créer à chaque seconde ce que sera notre futur. Ça a toujours été vrai, mais pendant le passage, l'effet karmique de chaque pensée devient immédiat. Gardons-nous alors de propager de terribles nouvelles car elles pourraient bien arriver. A l'inverse, en projetant notre conscience au plus haut, notre désir de lumière devient réalité. Pour les personnes sensitives, branchées avec le changement profond qui s'opère au plan cosmique et sur l'humanité, cette période est une bénédiction. Elle permet d'amplifier les transformations intérieures que chacun peut initialiser et elle va favoriser une élévation des consciences vers plus de clarté intérieure." Que vienne l'aube nouvelle.

Commentaires

Articles les plus consultés