Logiciel Louvois : une association de militaires veut attaquer l'État



Des familles de soldats attendent du ministère de la Défense réparation du préjudice moral et financier créé par le logiciel de solde.
 
La mort de Louvois, le logiciel de solde fou, n'enterrera pas la colère de ses «victimes», qui, dès à présent, entendent obtenir réparation. Cette colère a même été galvanisée par les déclarations du mi­nistre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, qui, face à la chaîne complexe des responsabilités dans ce qu'il a reconnu être un «désastre», a choisi de ne pas chercher de boucs émissaires, «pour ne pas décapiter tout le monde».

De quoi faire bondir les associations qui défendent les droits des militaires, premières à avoir tiré la sonnette d'alarme sur les dysfonctionnements de Louvois, en octobre 2011. «On ne peut pas opposer ce genre d'argument aux familles qui se retrouvent aujourd'hui dans des situations dramatiques, s'indigne Nicolas Bara, ancien de la Marine nationale, président de l'association Militaires et Citoyens. Des hommes et des femmes ont dû vendre leur maison, vider l'épargne des enfants pour continuer à honorer le loyer, revendre leurs parts de retraite pour payer les dettes de cantine des enfants. Une épouse de militaire a même vendu son alliance la semaine dernière pour honorer son crédit mensuel !» C'est donc en leur nom que son association «exige des responsables» et que «des têtes tombent». C'est pourquoi Militaires et Citoyens s'apprête à assigner le ministère devant le tribunal administratif de Versailles, où elle demandera réparation pour le préjudice moral et financier. Les avocats planchent activement sur le dossier et l'évaluation chiffrée du préjudice. «Chercher les responsabilités, ce n'est pas créer des polémiques, comme vous le dites, non, monsieur le ministre, c'est faire la justice ! assène Nicolas Bara. Il ne suffit pas de s'excuser, cela ne coûte pas très cher, ou de rembourser les moins-perçus des militaires pour effacer l'ardoise, la facture de l'inconséquence est trop lourde.»

Cette action en justice a plus une portée symbolique que de chances d'aboutir. Le Code de la défense interdisant la représentation syndicale, toute requête collective émanant des armées n'a pas de légitimité juridique à défendre les intérêts de la communauté. La plainte devrait donc être jugée irrecevable. «Quoi qu'il arrive, on ne lâchera rien, on en fait une affaire personnelle», prévient ce militaire qui a passé vingt ans dans les sous-marins nucléaires.

« C'est la France éternelle »

«Tous responsables mais pas coupables, c'est la France éternelle», commente, plus fataliste, Jacques Bessy, colonel de gendarmerie en retraite, président de l'Association de défense des droits de militaires (Adefdromil). Pour lui, chaque famille de militaires doit établir son propre préjudice et intenter une procédure individuelle, «seule manière d'être peut-être indemnisée». S'il estime qu'il faut «laisser Louvois au passé» pour «se tourner enfin vers autre chose», il espère toutefois que des leçons seront tirées de ce «fiasco». Notamment en procédant à la révision de la concertation sociale au sein des armées et, surtout, à la réforme statutaire du militaire, qui ne peut pas défendre ses intérêts et ses droits dans un cadre collectif. Pas plus pour les erreurs de Louvois que pour des délits plus graves. «Les militaires sont la seule catégorie socioprofessionnelle en France à ne pas être protégée contre le harcèlement moral ou sexuel !» déplore Jacques Bessy.

Source(s) : Lefigaro.fr

Commentaires

Articles les plus consultés