La Vérité sur le piratage des comptes Dieudonné



Il y a quelques jours, la communauté juive organisée s’est enorgueillie, depuis le site israélien JSS News, du piratage du site de Dieudonné. Jetant en pâture les informations privées recelées et menaçant ouvertement les personnes innocentes présentes dans les Listes ignobles récupérées, cette même communauté juive organisée nous a montré une fois de plus « c’est qui qui domine » en France, c’est à dire : pas vous, mais elle.
Ce 11 septembre du pauvre (mais tout aussi illégal que le vrai) nous a paru bizarre dès les premières heures…

Retour…
Le 11 décembre, JSS News, le site israélien de l’opinion des Français, publiait un article se réjouissant de l’attaque du site Dieudosphère.com, la plateforme commerciale de Dieudo. Dans les faits, en rendant public le butin de cette énième attaque, à savoir les données privées de plus de 6 500 personnes – y compris des photos – ils n’ont fait que démontrer que, sous Vichy, ils auraient été de ceux qui donnent, pas de ceux qui protègent les innocents.

6 500 ? Pourquoi pas 6 millions ?
Là où ça cloche, c’est lorsque nos ingénieurs ont analysé les données publiées par JSS News et son pornographiste judéo-franco-israelo-roumain et pirate du dimanche Gregory Chelli, alias Ulcan le démon bifleur.
Les informations publiées montrent un listing incomplet, présentant de nombreux manques, dont des adresses mails ou les noms/prénoms.
Lorsque nous filtrons ces informations pour récupérer les plus consistantes, nous arrivons à un listing d’à peu près 5 900 adresses email, dont des centaines invalides (mal écrites ou supprimées). Et encore, ces adresses là ne représentent pas du tout un ensemble de données complet. Traduction : dans ce listing, il n’y a que peu de données réellement vraies ou utilisables.
En plus de cette Liste, nos sionistes ont publié des captures d’écran de base de données ne représentant aucune structure de base de donnée connue. Cela ressemble plus à une base faite à la main pour y stocker ces listings et impressionner les journalopes de BFMTV, qui ont repris l’information plus vite que la musique, sans prendre le temps de vérifier quoi que ce soit. Preuve, si on en a encore besoin, que la caste médiatique nous suit de près, mais sans jamais rien y comprendre.
Mais ce qui gêne le plus, c’est que Dieudosphère compte beaucoup plus que 6 500 comptes. En fait, il en compte même beaucoup plus que 10 000. Mais nous nous réservons l’information. Attendons que nos hyènes hystériques nous donnent le vrai chiffre, si elles savent vraiment « pirater ».

Alors, que s’est-il passé ?
Tout porte à croire qu’il s’agît d’un gros bluff. Au regard des éléments dont nous disposons pour le moment, une chose est sûre : nos danseuses n’ont jamais pénétré la base de donnée de Dieudo. S’ils l’avaient fait, ils auraient foutu le bordel, ils auraient effacé le site, publié la copie complète… Mais surtout, elle ne contiendrait pas de données invalides ou anciennes ! Leurs captures d’écran sont fausses, comme tout le reste. N’est-ce pas Victor Hugo qui faisait dire à Fabiani : « Juif qui parle, bouche qui ment » ?
Gregory Chelli (et le petit pirate du shabbat qui l’aide) a peut-être pu profiter d’un fichier Excel égaré quelque part, ou encore, d’une faille limitée du site qui lui a donné accès à des informations qui ne servent pas pour le fonctionnement normal (sinon, le site ne fonctionnerait pas). Il a peut-être pu aussi aspirer certaines pages trop bavardes… Qui sait ? Peut-être même pas eux…
Kléamolétix

Commentaires

Articles les plus consultés