« Observons la nature et cultivons ensuite »

Résumé de ce que j’ai retenu des premiers enseignements de Jean Rivière, jardinier depuis 40 ans, qui s'est chargé de la belle mission de nous ramener à l’évidence et la simplicité dans un jardin qui n’a finalement besoin de presque rien pour offrir abondance de récoltes.

Il s’agit de jardiner, conscients que notre interaction d’amateurs crée la plupart du temps des déséquilibres ou des disharmonies qui engendrent alors des invasions de nuisibles ou de maladies ou autres problèmes de carence.

Les fondamentaux :

  • Le sol doit toujours être recouvert. On utilisera alors un paillage  de 30cm (paille, broyât de bois, voire même de pierre, …) dont l’épaisseur sera fonction des végétaux mais surtout de la température obtenue à la surface du sol.
  • La température à la surface du sol doit être de 25°C. Ce que permet donc un bon recouvrement et qui attire les verres jusqu'à la surface de la terre afin. Ils font 80% du travail du jardinier!
  • Connaitre l’origine des plantes. Ex : tomate -> Mexique -> temps sec, pas d’arrosage
    aubergine, fraisier, haricot vert, artichaut -> Asie -> chaud (25°C) et humide (pluie en soirée)
  • Ne plus arroser, sauf si très importante sécheresse. La nature se suffit de la pluie avec un bon paillage (s’équiper d’un pluviomètre pour suivre l’évolution de l’apport naturel en eau)

Le « paillage » :

L'idéal est de pouvoir préparer son terrain à l'automne pour que la terre soit naturellement travaillée au printemps 
  • Plantes annuelles : utilisation de paille (reste d’une culture de grains (blé, seigle, etc..) et non de foin (herbe fauchées contenant de nombreuses graines non-désirées)
  • Plantes vivaces et persistantes (artichaut, arbustes et arbres, fraisiers, framboisiers, …) utilisation de broyât de bois ou BRF (bois raméal fragmenté), de feuilles séchées, copeaux…
  • L’épaisseur sera fonction donc de la température de surface du sol ainsi que de l’exigence des plantes cultivées (une salade ne pouvant pousser avec 30cm de paille)

Nouveau terrain :

Inutile de bêcher, de gratter ou de travailler la terre de quelque façon que ce soit
  1. Déposer simplement le paillage là où l’on va cultiver. 3 à 6 mois plus tard, le terrain sera travaillé par les verres de terre de 15 à 30cm
  2. Écarter le paillage et planter
  3. Remettre le paillage et arroser par-dessus de 3 à 5l par plant
    (Seul arrosage normalement nécessaire, la pluie suffira ensuite)

Semis :

  1. Écarter le paillage puis semer, toujours sans gratter la terre, en respectant la densité au m² (se référer à la notice pour chaque type de graines. Ex : carotte, radis : 1g/m²)
    Pour les faibles densités, mélanger les graines à du sable pour augmenter le volume et facilité la répartition
  2. Recouvrir de 2 à 3 doigts de paille puis arroser pendant 1 à 2 jours (seulement)


Selon l’origine des variétés :

Il est important d’adapter l’attention que l’on porte à une plante à ses besoins originels.
Une espèce habituée à recevoir des pluies en soirée et une forte humidité apprécieront d’avoir le feuillage arrosé le soir, recréant ainsi un environnement plus propice à son développement !
De même, les plantes ne recevant pas d’eau sur leur feuillage régulièrement apprécieront de rester au sec, comme les tomates et les courgettes.

Arbres et arbustes :

  • Le paillage (BRF) d’environ 30 cm se fait sur une surface équivalente aux recouvrements par les branches. « Vendez votre motoculteur, votre grelinette, etc… et achetez-vous un broyeur de végétaux ! » (et profitez-en pour l’acheter à plusieurs et de meilleur qualité)
  • Pour prévenir des maladies, il faut, encore et toujours, recréer une harmonie en ajoutant de la biodiversité, des fleurs et laisser l’équilibre naturel se faire.
  • Planter des fleurs aux pieds des arbres : Capucines, Ail, Oignon à monter en graine…

«Nuisibles» et maladie :

Par expérience personnelle, il faut quasi autant de fleurs et aromatiques que de légumes afin que beaucoup de vie et d'harmonie se crée.
Si l’on recrée un équilibre et une harmonie dans le jardin, tous les insectes vont venir. Il n’y en a pas de mauvais, car ils servent tous le même but, la vie. Il y a ce pendant des astuces qui permettent de diminuer l’impact de ceux qui nuisent de trop.
Exemple de déséquilibre typique : le sur-arrosage qui va « pousser » la plante attirant bien souvent pucerons qui vont profiter d’un excès de sève aux extrémités de la plante.
Si un bon paillage est fait :
  • Pucerons : à l’arrivée de ceux-ci, chercher les causes (dont on est responsables par ignorance -> se mettre donc en cause) puis nettoyer avec un chiffon les plants colonisés pendant 1 à 2 jours. On peut également arroser le feuillage des arbres, généralement le nuisible ne revient pas.
  • Cloque des fruitiers à noyaux : planter de l’ail tous les 40cm dans le BRF
  • Fourmis, il existe certains répulsifs : Basilic, Lavande, Ail…
  • Rongeurs, taupes, rats taupiers : 4 essences à mettre à la périphérie du potager : Ricin, Fritillaire, Incarvillea et Euphorbe
  • Un arbre très intéressant au potager : le sureau

Source

Commentaires

Articles les plus consultés