Sondages : les Français entrent en dissidence


français_en_dissidence
Nous avons commenté dans un précédent article les résultats de l’enquête annuelle du CEVIPOF qui a été faite en Décembre 2013. La publication de cette enquête a été tronquée. Aussi le magazine Valeurs Actuelles, dont les journalistes ont réussi à se procurer l’enquête in extenso, a publié cette semaine les résultats les plus gênants pour le Gouvernement et le Chef de l’Etat mais aussi pour toute la classe politique et le monde médiatique. Ces résultats censurés traduisent, tous, une opinion totalement en rupture avec la pensée unique et parfois de manière étonnante.
  • Des résultats étonnants
Cette enquête met en évidence le fait que nos compatriotes sont inquiets pour l’avenir économique du pays (65%) et qu’ils ne sont pas confiants dans l’évolution de notre économie (10% seulement de confiants). Ils ne l’ont jamais été autant depuis la création de cette enquête. Les Français ne font pas confiance à l’Etat (75%), ni au Gouvernement (74%). De plus ils sont 65% à ne plus faire confiance au système judiciaire. 76% se méfient des médias et 69% considèrent que la démocratie fonctionne mal (+15% en un an). Les partis politiques, de droite et de gauche, sont particulièrement mal perçus : 88% ne leur accordent pas leur confiance. 61% des Français se disent prêts à manifester leur colère dans la rue alors que ce n’était le cas que de 30% en 2010. Le succès de la manifestation intitulée ‘’Jour de colère’’ qui a eu lieu ce week-end à Paris, bien qu’elle n’ait été annoncée par aucun grand média, traduit cette montée de la colère populaire.
Le Président de la République apparaît particulièrement déprécié. 87% des Français considèrent que François Hollande n’a pas l’étoffe d’un Président de la République. 88% pensent qu’il n’est pas à la hauteur pour gérer la crise économique. Le Président ‘’inquiète’’ même 67% des Français !
Le résultat le plus étonnant de tous concerne le régime politique. 50% de nos compatriotes jugent ‘’très bon’’ ou ‘’assez bon’’ un système politique qui a ‘’à sa tête un homme fort qui n’a pas à se préoccuper du Parlement ni des élections’’ ! Ce qui signifie qu’un Français sur deux juge positivement un régime autoritaire personnel ou monarchique. La dévalorisation de la démocratie représentative est décidément très profonde.
  • La faillite de la pensée unique
Les médias et le corps enseignant diffusent depuis plusieurs décennies un discours visant à dévaloriser la France, son histoire et sa culture et à valoriser l’autre et une Europe ouverte sur le monde. Leurs efforts n’ont servi à rien car 75% des Français se disent fiers de leur pays tandis que 5% seulement se disent ‘’pas fiers du tout’’. Quant à l’Europe, la méfiance à son encontre n’a jamais été aussi massive : 35% seulement des Français considèrent que ‘’le fait, pour la France, de faire partie de l’Union Européenne est une bonne chose’’ ! 63% de nos compatriotes pensent qu’il faut ‘’défendre la nation française contre l’Europe’’ tandis que 47% estiment que ‘’la France doit se protéger davantage du monde d’aujourd’hui’’ et que 23% seulement réclament une ouverture plus grande au monde. Comme nous l’avions déjà dit précédemment, 67% des Français considèrent qu’il y a trop d’immigrés dans notre pays.
Par ailleurs un sondage réalisé par l’IFOP pour Valeurs Actuelles indique que 83% des Français ne veulent pas que la Turquie entre dans l’Union Européenne (François Hollande se rend en Turquie cette semaine). Ils sont, de tous les Européens, les plus hostiles à ce projet que Bruxelles, les classes politiques et les médias veulent nous imposer. 72% des Allemands, 68% des Belges, 66% des Britanniques, 50% des Italiens et 44% des Espagnols y sont également opposés.
  • Une crise majeure du régime
De tout cela, il y a beaucoup d’enseignements à tirer. La caste dirigeante essaie de dissimuler les informations gênantes ou politiquement incorrectes. Les gens de médias collaborent étroitement avec les dirigeants politiques. Mais le peuple a parfaitement compris leur jeu. Une très grande majorité, oscillant entre les deux tiers et les quatre cinquièmes, pensent le contraire de ce que leur prônent les castes politicienne et médiatique. La désinformation et la propagande effrénée que nous subissons sont désormais contre-productives. La confiscation du pouvoir politique par la classe politicienne provoque une désaffection profonde à l’égard de la démocratie. Ceci peut dégénérer vu la faveur croissante dont bénéficie l’autoritarisme. La démocratie représentative est à bout de souffle et ne répond plus aux attentes des Français. La politique européenne, approuvée et appliquée par les équipes UMP et PS, conduit à un rejet de l’Europe. Cela risque de se traduire par l’impossibilité de construire quelque organisation européenne que ce soit. Les idées mondialistes reculent très nettement.
Nous sommes bel et bien face à une crise du régime dans sa globalité et une remise à plat s’impose. Pour y remédier, il n’y a sans doute pas d’autre solution que de rendre la parole aux citoyens. La seule façon de le faire passe par l’introduction du référendum d’initiative populaire. A défaut, le goût pour l’autoritarisme qui concerne aujourd’hui un Français sur deux, risque de s’amplifier très vite.
B. Guillard, pour Breizh Info

Commentaires

Articles les plus consultés