Le porte-parole du mouvement d’opposition à l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes condamne les violences de la manifestation

Julien Durand, porte-parole de l’Acipa, Association citoyenne intercommunale des populations concernées par le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, après une conférence de presse, le 19 février 2014. © AFP PHOTO / JEAN-SEBASTIEN EVRARD
Julien Durand, porte-parole de l’Acipa, après une conférence de presse, le 19 février 2014. © AFP PHOTO / JEAN-SEBASTIEN EVRARD

Julien Durand est le porte-parole de l’Acipa, association citoyenne intercommunale des populations concernées par le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Suite à la manifestation de samedi, la plus importante depuis le début du mouvement d’opposition, il dresse un bilan du rassemblement et s’exprime sur ses débordements.
Comment s’est déroulée la manifestation ?
La manifestation a rassemblé autour de 50000 personnes selon nous, 20000 selon la police. Au-delà de la bataille des chiffres, c’est une réussite totale, qui surpasse nos espérances. Les opposants sont venus de toute la France, comme en témoignent les 65 bus acheminant des membres des nombreux comités de soutien au mouvement. Ces comités, qui sont au nombre de 200 à travers toute la France, ont apprécié l’organisation et l’ambiance et sont déterminés à revenir en cas d’attaque de la police sur le site de Notre-Dame-des-Landes. Le rassemblement a également été marqué par une forte présence paysanne, avec 520 tracteurs venus de Loire-Atlantique et des départements limitrophes. C’était une manifestation populaire, festive et intergénérationnelle.

Que pensez-vous des dégâts causés pendant la manifestation ? Qui en est à l’origine ?
Nous sommes désolés des dérapages qui ont eu lieu au cours de la mobilisation. Ces violences n’ont concerné que quelques centaines de personnes en fin de cortège, extérieures à notre mouvement de résistance et venues profiter d’un grand rassemblement pour laisser libre cours à leur agressivité. Nous nous opposons à ce type de réactions violentes qui ne font pas partie de nos pratiques. Nous regrettons ces débordements et la sur-médiatisation qui les accompagne, car ils occultent le caractère du mouvement d’opposition tel qu’il est réellement : pacifique, familial et populaire.

Quelle est la suite du mouvement ?
Nous entamons l’organisation d’un rassemblement les 5 et 6 juillet prochains sur le site de Notre-Dame-des-Landes, comme celui qui avait eu lieu l’année dernière : un rassemblement festif et populaire, avec des forums de discussion. [Les 3 et 4 août 2013 avait été organisé un weekend de conférences, débats et concerts sur le site. De nombreux artistes, tels que Tryo et Sanseverino, étaient venus se produire sur place, NDLR].
L’opposition citoyenne n’est plus à démontrer puisque la participation se fait de plus en plus forte. Quant à l’aspect juridique, des recours ont été déposés au début du mois concernant la loi sur l’eau et la destruction des espèces protégées. Nous demandons l’abandon définitif et immédiat du projet. On espère que les politiques écouteront les voix populaires qui s’expriment à travers nos rassemblements et qu’ils accepteront de discuter de notre contre-proposition sur l’amélioration de l’actuel aéroport de Nantes Atlantiques.

Propos recueillis par Hélène GELOT
Source 

Commentaires

Articles les plus consultés