Les cabinets de lobbying dépensent entre 2 et 3 millions d'euros par an pour influencer députés et sénateurs


lobbying_parlement_09_01_2014.jpg
http://www.assemblee-nationale.fr/13/dossiers/lobbying.asp#sthash.pQJSe2xJ.dpuf
On connaissait leur activité, voici les chiffres. Depuis le 1er janvier, les cabinets de lobbying souhaitant avoir accès à l'Assemblée nationale et au Sénat pour rencontrer officiellement les parlementaires doivent s'être inscrits dans un registre. Une opération transparence destinée à mieux encadrer l'activité de lobbying : tout lobbyiste doit désormais inscrire "les honoraires perçus pour son lobbying au Parlement, les objectifs et missions à remplir, ainsi que le chiffre d'affaires ou les montants dépensés en termes de lobbying", explique Le Parisien.

Certes, la plupart des lobbyistes ont refusé de se soumettre à cette obligation en renonçant à rencontrer les députés à l'intérieur même de l'Assemblée nationale. Pour ces lobbyistes de l'ombre, il suffit simplement de rencontrer les députés... à la buvette d'en face. L'opération transparence a ses limites.

Malgré tout, quelques chiffres ont filtré grâce à l'instauration du registre officiel. Et ces chiffres, bien que très largement sous-estimés, donnent tout de même une idée de l'ampleur du lobbying au parlement : selon les calculs effectués par Mediapart, "une somme globale de 2,3 à 3,1 millions d'euros annuels serait dépensée en lobbying par les entreprises enregistrées, associations, etc., auprès des députés ou des sénateurs". Qui sont les donneurs d'ordre ? "Airbus estime par exemple que ses activités de lobbying lui coûtent 250 000 à 300 000 euros par an ; Thales 100 000 à 150 000 euros ; Réseau Ferré de France 50 000 à 100 000 euros ; l'association Transparency de 10 000 à 20 000 euros ; la Banque de France 155 628 euros ; le syndicat des jeunes agriculteurs de 50 000 à 100 000 euros", énumère le site d'information.

Mais à quoi peuvent bien servir ces sommes ? Que veut dire "faire du lobbying" ? Pour Airbus, qui dépense donc environ 300 000 euros par an pour influencer les députés, on ne peut qu'émettre des hypothèses. Un exemple ? En 2001, des députés ont lancé une pétition pour pousser Airfrance à choisir... des avions Airbus plutôt que Boeing.


*** Sources

- Jannick Alimi, "Lobbys, bas les masques !", Le Parisien, 05.01.2014
- "Lobbying : au moins 2 M€ de dépenses annuelles au Parlement", Mediapart, 02.01.2014
- "Des députés poussent Air France à préférer Airbus à Boeing", Lepoint.fr, 12.06.2011


Source(s) : Politique.net via Actuwiki.fr

Commentaires

Articles les plus consultés