Sommes-nous civilisés ?


L'astronome russe Nikolaï Kardashev et le physicien étasunien Freeman Dyson ont établi un stupéfiant tableau des civilisations  développées, classées en  trois types. Quand la science s'adonne à la SF, on croit rêver.


Freeman DysonUne civilisation de Type I est dite planétaire, car elle maîtrise toutes les formes d’énergie de sa planète. Elle peut en modifier le climat, exploiter les ressources de ses océans, extraire l’énergie de son noyau. Elle consomme toute l'énergie planétaire. L'environnement et les ressources naturelles sont gérés avec soin et respect à travers une coopération élevée entre les pays. Donc un système de communication global très perfectionné, des programmes de développement et des échanges économiques mondialisés.


Il n'y a plus de réseaux de corruption, ni de régimes totalitaires, ni de fanatismes, ni aucune activité qui puisse nuire à l’intérêt général. Ce qui implique un code moral, des valeurs spirituelles, intellectuelles et subtiles partagés. Les guerres ne sont plus que de mauvais souvenirs d’enfance. Une telle civilisation peut visiter toutes les planètes de son système stellaire. Jusqu’à présent aucune civilisation du Type I n’a été détectée. Dyson estime que la terre peut atteindre ce stade vers 2200.


KardashevLa civilisation de Type II est dite stellaire, car elle maîtrise l’énergie de son étoile. Dyson a imaginé que des civilisations parvenues à ce niveau seraient sûrement capables de construire une sphère géante autour de leur étoile centrale pour capter son énergie. Construite en matériaux légers, elle devra être suffisamment lointaine pour ne pas brûler, mais suffisamment proche pour ne pas laisser perdre trop d'énergie. Dans le cas du Soleil, la sphère pourrait se situer à la distance de la planète Mars.


Cette captation, aussi efficace soit-elle, laisserait sans doute une partie de l'énergie stellaire s'échapper sous forme de chaleur. A ce signe, nous pourrions repérer d'éventuelles civilisations de Type II : un programme de recherches astronomiques est en quête d'un rayonnement infrarouge  qui pourrait être l'indice d'une civilisation de ce type. Aucun rayonnement suspect n'a été détecté pour l'instant. Kardaschev aurait prévu que nous pourrions atteindre le stade II en  5200.


La civilisation de Type III est dite galactique,  car elle exploite l'énergie de tous les systèmes stellaires d’une galaxie. Cette civilisation se déplace à son gré dans la galaxie, et parvient à y fédérer toutes les civilisations de type I. Star Wars, Dune, Valérian, Lanfeust, la SF nous a fourni bon nombre d'empires galactiques, ou de fédérations, comme Sillage. Une civilisation galactique est forcément très ancienne, elle s'appuie sur des centaines de milliers, voire des millions d'années d'évolution.


Ce type de civilisation est le candidat idéal pour expliquer le phénomène OVNI. Il est possible que les dieux d'avant, nos "créateurs", aient appartenu à une civilisation galactique. Ils ont modulé la vie sur cette planète, qu'ils ont terraformée et ils ont fabriqué une race intelligente. Dans 2001 : L'Odyssée de l'espace, un monolithe noir transforme des singes en êtres intelligents. Mais ce n'est qu'une parabole, un légominisme. La vérité est plus concrète. Pour Kardaschev, nous atteindrons le stade III à l'horizon 7800.


Qu'est-ce qu'un légominisme ? Le mot est de Gurdjeff. C'est une fable dont l'intérêt n'est pas dans ce qu'elle raconte mais dans une structure spirituelle, ésotérique, que le légominisme développe chez l'élève. L'enseignement soufi utilise les contes dans ce but. Idries Shah les nomme des histoires-enseignements.


A la suite des travaux de Kardashev et Dyson, on a tenté d'extrapoler deux autres types, le Type IV, civilisation d'un amas ou d'un superamas galactique, qui parvient à fédérer plusieurs galaxies. La BD Sillage en offre un parfait exemple. Enfin, le dernier stade, la civilisation de type V est unique puisqu'elle occupe la totalité du monde connu. C'est la civilisation universelle. Je vous vois venir : qui est le grand patron ?? Allons bon. Son patron, si elle en a un, peut bien s'appeler Big Brother, Allah, Dieu le Père ou Shiva, c'est encore un intermédiaire, il n'est toujours pas la Source.


Hou le dragueur ! Hou le pédophile ! Hou le vicelard ! Hou le vieux cochon ! Attendez, vous savez de qui vous parlez ? Ce type est Zeus, et c'est à partir de son nom qu'on a formé le 

mot Dieu. Nous allons bientôt connaître les civilisations qui nous ont faits et qui nous regardent grandir, autant laisser tomber toute naïveté. Les Grecs, comme les Hébreux, avaient une vision angélique des premiers dieux qui incarnaient la Nemesis, la Norme Parfaite, la Conduite Idéale à laquelle tout homme voulait se conformer. Pourtant, Zeus le suborneur n'est pas un parangon de vertu. Yahveh le jaloux n'est pas non plus un modèle de justice. Ils ne sont plus, c'est à notre tour de porter la flamme olympique.

Les travaux visionnaires de Kardashev et Dyson, un Russe et un Etasunien ensemble, nous montrent le chemin de l'unité qui mène au Type I. Dyson l'a prévu pour 2200. C'est demain. La meilleure préparation consiste à relire notre lointain passé avec un oeil actuel.


Pandore, détail, par Jules Edouard Lefèbvre, 1882 Les Anciens ont longtemps fréquenté la civilisation galactique. Et ça leur a plu. A tel point qu'ils  en ont fait des religions en souvenir de l'âge d'or, le temps où les dieux vivaient parmi les hommes. Les géants d'avant étaient sans nul doute des savants de Type III. Leur générosité fut réelle, ainsi que leur talent manifeste pour la terraformation des exoplanètes comme la nôtre : ils ont fait du beau travail. Quand leur terme est arrivé, ils nous ont créés pour continuer leur tâche.

A voir le soin qu'ils ont mis à créer la femme, cette Pandore douée de tous les talents et de toutes les grâces, on se dit qu'ils ne se sont pas foutus de nous, nos très grands-parents. Restent quelques bugs dans notre programme : une vie trop courte, des virus, des méchants qui s'attachent à nuire, des comploteurs, des exploiteurs, mais ceux d'avant nous ont laissé la clé sur la porte. Maintenant qu'on a trouvé la serrure, on va finir le boulot. Debout les coeurs, le Surhomme arrive. Nos descendants vivront plusieurs siècles. Seront-ils plus heureux pour autant ?

Non, nous ne sommes pas encore civilisés. Et chacun de nous peut le constater chaque jour.


"Un homme fait son devoir - en dépit des conséquences personnelles, en dépit des obstacles, des dangers et des pressions - et c'est la base de toute morale humaine."
Winston Churchill

Source

Commentaires

Articles les plus consultés