5 secrets pour un jardin (presque) sans travail



Par Greg Seaman
 
http://eartheasy.com/blog/wp-content/uploads/2011/04/no-work-garden.jpg
 
Il m'a fallu plus de 20 ans de jardinage pour réaliser que je n'avais pas à travailler autant pour obtenir d'abondantes récoltes. Comme l'énergie sans limite de ma jeunesse a laissé graduellement place aux réalités de l'âge mûr, des expériences lentement accumulées m'ont conduit au concept d'un minimum de travail pouvant aboutir à des récoltes plus importantes.

 
Inspirée en partie par le livre de Masanobu Fukuoka, La Révolution d'un seul brin de paille, ma famille a expérimenté des méthodes de jardinage qui peuvent augmenter la production avec moins d'effort. Fukuoka a passé plus de trente ans à perfectionner sa technique nommée par lui technique du "non faire" : bon sens, pratiques durables éliminant toutes l'usage de pesticides, engrais, le labourage et peut-être le plus important, le gaspillage d'efforts.


Voici les stratégies utilisées qui ont rendu possible une augmentation substantielle de notre production potagère, tout en demandant moins de temps et moins de travail.
 
1. Utilisez la méthode du jardinage sans labourage ni bêchage
 
http://eartheasy.com/blog/wp-content/uploads/2011/04/mulch.jpg 
Le jardinage sans labour se compose d'une série de méthodes grâce auxquelles le sol n'est jamais perturbé, ce qui protège donc l'environnement complexe du sous-sol et bénéficie à la croissance des plantes. Des amendements comme le compost, le fumier, la tourbe, la chaux et les fertilisants organiques sont simplement ajoutés à la surface des parterres et avec le temps s'incorporent dans le sous-sol par l'arrosage et l'activité des organismes souterrains. Il n'y a aucun besoin de bêcher le sol.


Avec un jardinage sans labour, on élimine de manière importante le désherbage. L'utilisation de mulch (paillis) bloque l'apparition des mauvaises herbes et toute herbe qui sort est facile à enlever parce que le sol reste humide. Ce sol humide et meuble est également un parfait intermédiaire pour stimuler la croissance des jeunes plants et des repiquages. Ce processus reproduit le cycle de pousse des plantes dans la nature.
 
En basculant vers des méthodes sans labour, vous n'aurez pas à accomplir le travail pénible de labourage ou de bêchage dont souffrent tant de jardiniers chaque printemps. Il faudra vous assurer que les parterres restent bien paillés et prendre soin de ne jamais les piétiner. Pour en savoir plus sur cette méthode de jardinage, lisez notre article "Jardinage sans labour" [qui fera l'objet d'une prochaine traduction si demande].

2. Du mulch et encore du mulch
 
Une épaisse couche de mulch autour de vos plantes et sur toute la surface du parterre améliorera les conditions de pousse des plantes tout en réduisant le temps passé à désherber et à arroser.


Le mulch économise l'eau parce qu'il réduit la perte hydrique due à l'évaporation et empêche la surface du sol de se dessécher. Le besoin d'arrosage régulier est largement réduit. Le mulch bloque aussi la germination des mauvaises herbes et celles qui passent à travers sont facile à enlever car leurs racines se trouvent dans un sol humide et meuble. Le mulch est l'amendement primordial du jardin dans les régions où l'eau est rare.


Les jardiniers sont toujours à la recherche de sources gratuites de mulch biologique sain à ajouter à leur jardin. Les tontes de pelouse sont une source toute prête et la tonte fraîche est riche en azote. Si les plantes sont près de fructifier, laissez alors la tonte d'herbe sécher et jaunir avant de l'utiliser. Les feuilles d'automne, la paille (pas le foin), les algues et l'humus forestier peuvent servir de mulch. Il vaut mieux ne pas utiliser le paillis d'écorce, la toile géotextile ou les matériaux en plastique pour les parterres de légumes.


Regardez la liste des matériaux courants qu'on utilise comme mulch et leurs propriétés à l'usage.


 
Type de mulch
Propriétés
paille
La paille est idéale pour le mulching – elle est facile à étendre, reste en place et réfléchit la lumière, ce qui aide à la fructification de certains légumes. Prenez soin de vous assurer que c'est de la paille et non du foin. Le foin va introduire des graines dans vos parterres et donneront des herbes indésirables.
Luzerne (alfalfa)
Le foin de luzerne est un bon matériau de paillage parce qu'on le fauche avant qu'il n'ait projeté ses graines. Utilisé comme mulch, l'alfalfa a un taux élevé d'azote et dure longtemps.
Feuilles
Les feuilles sont excellentes comme mulch et elles contribuent aussi aux nutriments du sol quand elles se décomposent. Les feuilles ne sont cependant pas disponibles au printemps ; elles ne sont valables que pour un mulch hivernal. Pour empêcher les feuilles de s'envoler, les recouvrir de terre.
Tontes d'herbe
Les tontes d'herbes sèches fonctionnent très bien en mulch. Les tontes d'herbe verte peuvent servir aussi et elles ajoutent de l'azote à la terre. On ne devrait pas les utiliser en fin d'été quand les plantes terminent leur maturation et n'ont plus besoin d'azote.
Algues
Des algues fraîchement récoltées font un mulch idéal qui contribue aussi à enrichir le sol de minéraux. Les algues sont également dissuasives pour les limaces. On doit les répandre en couche épaisse parce qu'elles rétrécissent beaucoup en séchant. La quantité de sel apportée au sol est minime mais vous pouvez les rincer avant de les mettre si cela vous inquiète.
Papier journal
Des feuilles de journaux peuvent servir pour le mulch, mais il faut les mouiller pour les alourdir ou les recouvrir de terre ou d'un autre type de mulch pour éviter qu'elles ne s'envolent. N'utilisez pas de papier glacé ou des journaux imprimés avec des encres de couleur.
Feuilles de plastique noir
Largement utilisées comme mulch et couverture de sol pour supprimer le problème des mauvaises herbes. On doit les alourdir sur leur pourtour avec des pierres. Prenez un plastique assez épais. Ce mulch aide à retenir l'humidité dans le sol mais on ne peut arroser à travers. Certains jardiniers découpent des trous pour les plantes avec un espace pour arroser. Les feuilles de plastique noir peuvent avoir un effet négatif en cuisant le sol par l'augmentation de température créée. Pour minimiser cet impact, un mulch de couleur claire comme de la paille peut être épandue sur la feuille de plastique.
Sciure ou copeaux
Une sciure fine ne convient pas comme mulch parce que l'eau forme des gouttes qui ruissellent. Une sciure grossière (ou du bois raméal fragmenté) fonctionne bien comme mulch, mais il faut éviter les copeaux faits avec une tronçonneuse, car ils contiennent des résidus d'huile de chaîne que vous ne souhaitez pas dans votre jardin bio.
Écorces de résineux
Couramment utilisées pour les arbustes et dans le paysagisme, on ne devrait pas les utiliser dans les potagers parce qu'elles sont acides. Elles restent cependant excellentes pour recouvrir les allées entre les parterres ; étendre d'abord un géotextile sur les allées et recouvrez avec 5 cm d'écorces.
Compost/fumier
Le compost et le fumier ne devraient pas servir de mulch pour les légumes parce qu'ils contiennent trop d'azote ; le fumier peut contenir des mauvaises herbes. Il vaut mieux les utiliser pour enrichir la terre quand vous créez de nouveaux parterres ou pour surfacer légèrement en début de saison.
 
 
 
 
Une fois le mulch en place, pas besoin de le perturber. Des amendements comme la chaux, le compost ou les minéraux peuvent être ajoutés en surface. Quand on transplante ou qu'on sème, écarter simplement le mulch pour semer les graines puis le remettre en place quand les semences prennent racine.


Le mulch que vous aller épandre sur vos parterres va graduellement disparaître en se décomposant et en s'incorporant dans la terre. Il vous faudra en réappliquer régulièrement, le rythme dépend du type de mulch utilisé et de la saison. Quand le mulch diminue et disparaît, vous saurez que tout est parti élaborer un nouveau sol pour la prochaine culture.

La suite ICI 

Commentaires

Articles les plus consultés