Anonymous travaille à un projet de chat pour lequel ni Internet, ni le téléphone ne sont nécessaires


Le collectif d'hacktivistes en ligne Anonymous a annoncé l'élaboration de Airchat, une technologie gratuite qui permet aux consommateurs de communiquer sans devoir faire usage d'un téléphone ou d'une infrastructure internet, mais en faisant appel à des ondes radio.

Le but est de permettre au monde entier de communiquer gratuitement sans disposer d'un téléphone ni de réseaux mobiles ou en ligne, surtout dans les régions rurales et dans les pays en voie de développement. Selon Anonymous, Airchat a prouvé sa faisabilité et que l’on cherche maintenant une assistance pour le développement de cette technologie ainsi qu’un soutien financier.
Anonymous affirme avoir déjà pu organiser avec succès des compétitions d'échecs entre des participants éloignés les uns des autres d'environ 200 kilomètres  grâce à une forme expérimentale d’Airchat. Selon le collectif, des photos ont déjà pu être échangées et des conversations ont déjà pu avoir lieu. Pour pouvoir utiliser Airchat, l’utilisateur doit disposer d'un récepteur radio portable, d'un laptop et doit avoir accès à des logiciels spécifiques.

Anonymous fait remarquer que le récepteur coûterait environ 40 dollars ce qui devrait être abordable pour la plupart des utilisateurs ou communautés.
« Presque chaque maison dans le monde dispose d'un système radio AM/FM commun », ajoute Anonymous. « Celui qui ne peut pas acheter un récepteur bon marché, aura la possibilité de décoder des données envoyées par une station pirate ».

« Airchat ne veillera pas seulement à ce que le citoyen se mette à l'abri d'un espionnage de la part des autorités, mais il offrirait une alternative dans les pays où internet est interdit ou censuré. En outre, le système peut être utilisé par des expéditions, des organisations d'assistance ou des équipes médicales qui doivent communiquer à partir d'endroits très isolés ».

Anonymous a déjà auparavant tenté de mettre au point des canaux de communication gratuits. Par exemple, après le Printemps Arabe, le collectif a dans cette région remplacé des réseaux sociaux bloqués par les autorités. Anonymous a aussi collaboré avec le groupe dissident Telecomix pour donner accès à des activistes à des réseaux bloqués, notamment dans l'émirat de Bahreïn, en Egypte, en Lybie, en Jordanie et au Zimbabwe.

Commentaires

Articles les plus consultés