L’Amérique divisée, par Gordon Duff

Parce que la guerre, c’est ceux qui l’ont faite qui en parlent le mieux…
Gordon Duff est un Marine vétéran de la guerre du Vietnam. Il travaille sur des questions relatives aux vétérans et aux prisonniers de guerre depuis des décennies, et a conseillé des gouvernements sur des questions de sécurité intérieure. Il est co-rédacteur en chef et président du conseil d’administration de Veterans Today, en particulier pour le magazine en ligne “New Eastern Outlook”.
Source : Gordon Duff, veteranstoday.com, 4 aout 2014
Pour la première fois depuis la guerre du Vietnam, les américains sont divisés, jusqu’à s’e prendre à la gorge. Nous en avons eu les prémices avec l’Ukraine. Collègues et familles prennent parti, générant amertume et colère. Cependant, ce n’est rien par rapport à ce qui est en train d’arriver face à ce qui est clairement un génocide à Gaza.
Le grand changement a eu lieu dans les média grand public. Ils ne défendent plus Israel, ce qui en déconcerte beaucoup. Avec un Président Obama pris à son propre piège en appuyant ouvertement le droit d’Israël à l’autodéfense, tout en gardant le silence sur le meurtre de 250 enfants, le ciblage des écoles, des bâtiments de l’ONU et maintenant la demande d’un tribunal de guerre.
Les américains sont dorénavant prêts à se retourner contre d’autres américains, et contre leur président , ils sont réveillés et en colère, des décennies et même des siècles de vieilles rancœurs ont refait surface, comme c’est aussi le cas dans le monde entier.

Arrière-plan

Comme ça a souvent été le cas par le passé, les présidents s’entourent de conseillers qui ne voient rien hors de ce qu’on leur dit dans les diners privés et les sorties au golf avec les lobbyistes des groupes d’intérêt. Et quand le monde prend un virage à 180 degrés, et que même les médias télévisés et les journaux que la plupart en Amérique considèrent comme étant sous contrôle strict, à gauche comme à droite, prennent des positions radicales nouvelles, Obama est désemparé.
Aujourd’hui, le président le plus haï par le lobby d’Israël est en train de « mourir » politiquement, catalogué comme criminel de guerre pour avoir fait des déclarations absolutistes tout comme d’autres présidents américains, juste au mauvais moment. Il n’y a jamais eu de plus « mauvais moment » dans l’histoire.
Pour ceux d’entre nous qui se rappellent la guerre du Vietnam, qui ont servi au combat au Vietnam et qui sont revenus prendre la tête des manifestations qui ont arrêté la guerre, un conflit ici, chez nous, ça a quelque chose de rafraîchissant, après des décennies à défendre nos intérêts personnels sans état d’âme.
Quand les médias reflétaient seulement les intérêts d’Israël, le soutien sans conditions au meurtre de palestiniens était considéré bizarre mais inoffensif. Ce qui est effrayant en Amérique c’est que les gens ont l’air d’avoir besoin de permission pour penser ou ressentir. Assassiner des enfants est tout à fait normal jusqu’à ce qu’un journal possédé par une entreprise étrangère ou un fournisseur de l’armée décide de faire remarquer que faire de la boucherie systématique d’enfants, c’est mal.

La suite ICI

Commentaires

Articles les plus consultés