Atteindre la paix et transmettre


1/ Arrêter de reproduire le passé

En nous affranchissant de nos peurs, actuelles, en acceptant de donner le pardon maintenant, en reconnaissant à l'autre sa place et ses droits maintenant, nous donnons la chance à la paix pour maintenant et pour le futur. Apprendre des expériences du passé, consiste à pouvoir aller au-delà des conflits, stoppant net les vieilles rancoeurs, en étant plus conscients des enjeux, de nos peurs, de l'impact de nos pensées, en reconnaissant nos émotions et nos réels besoins. C'est le seul moyen de nous libérer de tous les conflits, de toutes les guerres, à quelque échelle que ce soit.
Tant que nous ne tirons pas les leçons de notre passé sous cet angle-là, nous ne pourrons pas construire un avenir plus positif. Tant que nous ne nous décidons pas à ne plus reproduire ce qui a toujours été fait; tant que nous ne brisons pas le cercle vicieux, nous perpétuerons les massacres, resterons prisonniers des rapports de force.

2/ Le bonheur durable ne vient pas de l'acquis mais du perpétuel changement

Si nous basons notre bonheur sur la présence de personnes, de situations, ou d'objets dans notre vie; comme tout à une fin, nous sommes condamnés alors à ne pas rester heureux. « Tout bonheur contient en lui sa part de souffrance. » Seul le changement est immuable. La recherche de tels bonheurs durables est donc vouée à l'échec. En nous identifiant à nos possessions, ou au fait d'être aimé, nous faisons la même erreur que lorsque nous nous identifions à nos pensées. Tout cela ne sont que des moyens d'être et d'évoluer. Le bonheur venant des circonstances procure satisfaction et plaisir, le bonheur que nous trouvons et choisissons en nous, procure joie et paix. Il demande, pour l'atteindre, de faire confiance à la vie, et de lâcher-prise, en acceptant pleinement ce qui est, au moment présent.

3/ Changer de l'intérieur pour transmettre aux générations futures

Selon Thierry Janssen, quelle que soit la religion, le message reste le même : « Le monde est un, la diversité est nécessaire à cette unité, et l'amour s'exprime à travers elle. ». Et il faudra dès lors transformer fondamentalement l'enseignement à nos enfants, et cela commence dès le berceau . Et cette transmission n'est possible que si nous incarnons ce que nous tentons de léguer. Une éducation de punition, de compétition, ne peut que prolonger les mentalités caduques.

4/ Partir de soi pour tous, avec l'aide de la vie

Si la décadence, à un niveau mondial, est encore en train de s'amplifier, il y a en parallèle de plus en plus d'individus, qui, via des chemins très divers, effectuent un travail d'évolution intérieure important. Cela implique un chemin psychologique et spirituel mais également un travail au niveau corporel pour libérer les blocages émotionnels les plus anciens, inscrits jusque dans nos cellules.
Commencer par soi-même est le seul chemin possible, pour retrouver notre essence, délaisser nos haines, et nourrir la bienveillance et la coopération, et retrouver la paix et la sérénité.
A la différence d'une approche politique telle que le communisme, il s'agit d'un chemin spirituel, car il vient du coeur, de la démarche individuelle et consciente, et ne passe pas par l'autorité d'un quelconque rapport de force. « Un message de paix ne peut être diffusé par la guerre, il ne peut être que proposé. » Il s'agit d'un progrès dans la mesure où les progrès atteints par nos connaissances sont alors partagés par tous et pour tous. La satisfaction des besoins se fait alors dans la confiance, pour la satisfaction de tous, et non dans le but égoïste de nous défendre de nos peurs; à la place de l'illusion de liberté que cette attitude nous procurait, nous découvrons alors la véritable liberté, où la conscience nous permet de quitter nos attitudes défensives, en acceptant ce qui est, nos réelles motivations peuvent alors apparaître et nous porter vers l'harmonie dans la diversité.
Dans une telle perspective, il devient difficile de nier l'existence d'une intelligence supérieure qui nous entoure, qui est au fond de nous : la vie.
Quand nous sommes en guerre (quelle qu'elle soit), nous sommes en guerre contre la vie. La tâche et le chemin sont longs pour aller vers la paix, et si nous y parvenons, nous réaliserons une réel saut dans l'évolution. C'est de l'intention que nous pouvons partir, et cette intention peut prendre place ici et maintenant.

5/ Transmettre
 
En positivant notre approche de la vie, nous sommes à même de pratiquer cette intention. Le moyen le plus direct pour y arriver est de reconnaître tout ce qui nous satisfait, nous contente. Même les épreuves de la vie, même nos adversaires, nous rendent service pour nous faire évoluer loin de nos peurs, plus près de l'amour. Ils nous offrent des leçons de vie indispensables pour nous éveiller. L'égo redevient alors l'outil qui peut nous aider. Alors, ceux qui ont commencé à apprivoiser leurs peurs peuvent aider ceux dont le parcours est encore dicté par les peurs, pour rejoindre ensemble l'harmonie, et oeuvrer à une mutation profonde du monde.
La peur stimule la guerre, l'amour engendre la paix. Cette équation défie la rationalité pure, car elle intègre la dimension des sentiments et des émotions, que nous ne pourrons plus ignorer si nous voulons évoluer.



Vu sur http://sechangersoi.be

Photos Mickael Graab 

Commentaires

  1. Je trouve l'article très bien écrit, j'adhère même pas mal à ce qui y est dit. Je suis même très flattée d'être mentionnée comme l'auteure. Mais ce qui m'embête un peu plus, c'est que je ne l'ai pas écrit ;-) même s'il est possible que certaines phrases viennent de mon site.

    Ce serait bien de corriger cela.

    Claire De Brabander

    RépondreSupprimer
  2. Corrigé, merci pour la précision ;)

    RépondreSupprimer
  3. Mais c'est tout de même vous qui avez écrit ce texte non? Car sinon, qui? Ca m'interpelle ;)
    Certaines des idées du textes proviennent apparemment de mon site mais elles ont été réécrites et complétées, joliment et lucidement d'ailleurs.

    Claire

    RépondreSupprimer
  4. J'ai certainement extrait de certains textes, l'essence directrice mais je vous avoue ne plus m'en souvenir, cordialement.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Les commentaires seront publiés après approbation, merci de votre compréhension.

Articles les plus consultés